AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Family blues [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Family blues [libre]   Mar 29 Sep - 0:26

Après sa rencontre avec Ambre, Anya avait prit la route des quartiers résidentiels. Alors qu'elle avançait vers l'appartement de sa génitrice, les rues lui semblaient de plus en plus familières. Ces allées grisâtres et mornes ne faisaient rien pour rehausser son moral. Elle avait horreur de prendre ce chemin, non pas parce qu'il était plus laid ou moins bien fréquenté qu'un autre, mais pour ce qu'il représentait. Chaque semaine Anya redoutait le face à face avec sa mère et y allait plus à reculons qu'autre chose. Pourtant elle se devait de le faire, même si elle n'en avait aucune envie. Sa mère était dépendante de sa visite hebdomadaire, elle ne pouvait se permettre de la laisser seule trop longtemps.

Bientôt elle arriva devant la vieille façade défraîchie qu'elle ne connaissait que trop bien. Elle s'arrêta cependant pour la contempler un instant, tentant de résister à l'irrépressible envie qu'elle avait de faire demi tour. Lâchant un soupir lourd de sous-entendus, Anya s'avança vers la porte de l'immeuble. Elle tapa machinalement le code d'entrée qu'elle connaissait par cœur et poussa la porte avant de se diriger vers les escaliers poussiéreux qui menaient vers ce troisième étage qu'elle aurait préféré éviter. Elle monta les marches une à une d'un pas lent et dénué de toute énergie. Elle lâcha un nouveau soupir sur un fond de grincement de vieux bois.

Devant la porte elle marqua un temps d'arrêt. Elle ne parvenait pas à appuyer sur la sonnette. Elle prit une longue inspiration et tenta de se calmer puis pressa finalement sur le bouton. Une sonnerie stridente retentit de l'autre côté de la porte. Des bruits de pas traînants suivirent l'appel et la serrure cliqueta. La porte pivota sur ses gonds laissant apparaître un visage blafard et étiré. Un léger sourire plissa les lèvres d'Eva Stadtfeld et une petite lueur apparut dans son regard froid et éteint.


"Ah, c'est toi?" fit la mère d'Anya d'une voix fluette.

*Bien sûr que c'est moi, qui voulais-tu que ce soit d'autre?* se retint de dire Anya, voulant éviter de débuter leur entrevue par une remarque acerbe.

Eva s'effaça, laissant passer sa fille qui entra d'un pas raide dans l'appartement. Du premier coup d'œil Anya remarqua la poussière qui s'était accumulée depuis son dernier passage, évidemment Eva avait encore "oublié" de prendre soin de son propre environnement de vie. La mère d'Anya referma la porte et se dirigea vers le salon et s'installa dans un fauteuil fatigué devant la télévision qu'elle n'avait même pas pris là peine d'éteindre pour voir sa fille. Anya s'assit sur le canapé tout aussi usé que le fauteuil maternel. Comme d'habitude elles échangeraient quelques banalités sans importance puis Anya ferait l'inspection des provisions ainsi qu'un brin de ménage.


"Alors ça va toujours ton travail à l'armée?" demanda Eva dans un sursaut de lucidité en quittant l'écran des yeux.

"Maman, tu sais bien que j'ai quitté ce boulot..." soupira Anya.

"Ah, oui, c'est vrai... Tu fais quoi depuis déjà?"
"Je te l'ai déjà dit, je suis dans la sécurité."
"Oui, la sécurité, oui. Alors ça marche comme travail?"
"J'en vis... Tu es sortie cette semaine comme je t'avais demandé?"
"Oui, oui, je suis allée au parc jeudi."
"Le parc est fermé pour travaux depuis deux semaines! Tu ne peux pas y être allée!"
"Ah bon..."
"Tu n'es pas sortie en somme..."
"......non....."
"Tu sais bien qu'il faut que tu t'aères de temps en temps! C'est pour ton bien que je te demande ça!"
"Oui, je sais. Je le ferai cette semaine."

*C'est ça, prends moi pour une idiote... Tu ne te changes même plus si je ne te dis pas de le faire...* songea amèrement Anya.

"Bon je vais dans la cuisine voir ce dont tu as besoin puis je ferai la liste pour la livraison, comme d'habitude."
"Merci, Any."

Anya soupira, Sa mère ne daignait même plus l'appeler par son prénom complet, lui préférant ce maudit surnom enfantin qui lui rappelait tant de mauvais souvenirs. La jeune femme se leva et se dirigea vers la cuisine. La vision du monceau de vaisselle sale dans l'évier et des deux sacs poubelles remplis à raz bord posés négligemment dans un coin fit monter une bouffée de déprime chez la jeune femme. Eva n'était même plus capable d'un minimum d'hygiène se contentant de laisser sa fille s'en occuper, comme une simple boniche. Anya ouvrit le réfrigérateur et en inspecta son contenu. La moitié de ce qui restait était déjà périmé. Avec un nouveau soupir, Anya se débarrassa des aliments dont la date de péremption était dépassée et nota mentalement ce qu'elle devrait inscrire sur la liste de courses. Elle passa ensuite aux placards. Alors qu'elle inspectait les différents paquets pour en vérifier le contenu et la quantité, elle fit tomber une boîte de métal, cachée derrière les autres, qui s'ouvrit avec fracas laissant se répandre une poudre blanche sur le plan de travail. Soudain prise d'un doute affreux, Anya prit un peu de poudre sur son index et la goûta du bout de la langue. Pas d'erreur possible, c'était de la drogue...
Anya déboula comme un tempête dans le salon, la boîte à la main et se planta devant sa mère qui leva un regard absent vers elle.


"Qu'est ce que c'est que ça?" lâcha Anya furieuse.
"Euh...c'est...c'est du sucre en poudre." répondit Eva en fuyant son regard.
"ARRÊTES DE TE FOUTRE DE MOI!" explosa Anya ne contenant plus sa colère. "Comment tu te l'es procurée, hein? Qui es ton dealer?"
"Je...je sais plus comment il s'appelle."
"Cesses un peu de mentir!"
"Ne...ne t'inquiètes pas pour ça, je ne l'appellerai plus, je vais arrêter..."
"Tu me prend vraiment pour une idiote, hein..." fit Anya avec un léger tremblement dans la voix.
"Essayes de me comprendre. J'en ai besoin."
"Besoin? Putain, mais tu t'entend déblatérer des conneries pareilles? T'as juste pas envie d'arrêter parce que tu sais très bien que si tu dégrise tu te rendras compte que tu te complais dans ton taudis comme une larve en laissant ta propre fille nettoyer tes merdes comme la dernière des boniches! Ca te plais, hein? Ca t'amuse de me faire venir chaque semaine dans ta poubelle pour faire ta vaisselle et ton ménage? Ca ne te suffit pas d'avoir bousillé ta vie, tu veux aussi bousiller la mienne, c'est ça?" rugit Anya, lâchant tout ce qu'elle avait sur le coeur depuis des années. Eva écarquilla les yeux en entendant sa fille craquer devant elle.

"Any..."
"Ta gueule, bordel! Tu comprend pas que je déteste ce foutu surnom, que ça me sort par les yeux de venir chaque semaine servir de servante à une junkie impotente? Je te hais! Tu entends? Je te déteste!" gronda Anya avant d'attraper son sac et de sortir de l'appartement en claquant violemment la porte. La jeune femme dévala l'escalier quatre à quatre, les larmes aux yeux et s'enfuit de l'immeuble en courant. Elle couru jusqu'à épuisement. Quand elle ne se sentit plus capable d'avancer, elle s'adossa au mur d'un bâtiment de la ruelle et se laissa glisser jusqu'à se retrouver assise à même le sol. Son buste commença alors à se contracter sporadiquement alors qu'elle se mettait à sangloter de tristesse et de douleur. Elle n'entendit pas plus qu'elle ne vit la personne qui approchait tant sa tristesse la dévorait.
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mer 7 Oct - 14:25

"Allons allons jeune fille... Vous êtes jolie, des larmes ne devraient pas souiller ce visage."
Un vieil homme en costume de facture éminemment luxueuse de couleur gris sombre lui tendait une grande et épaisse main, souriant de façon bienveillante.

L'un de ses quatre gardes du corps approcha, la main sous sa veste et le vieux Vladimir fit claquer sa langue plusieurs fois d'affilée pour lui intimer un "non" catégorique et hautain.
"Ça va aller Laasad, tu vois bien que c'est juste une jeune femme."
L'homme aux traits orientaux décrispa sa main et la retira de son veston sous le regard neutre de ses coéquipiers dont les yeux s'attardaient maintenant aux alentours, surveillant sans cesse l'environnement.

"Monsieur, nous allons être en retard." Affirma Herald sur un ton monocorde.
"En retard pour quoi?"
Vladimir se tourna l'air mauvais, il détestait que ses hommes lui fassent la moindre remarque sur son emploi du temps, qui plus est lorsqu'il n'en avait pas ! Il poursuivit de sa voix rocailleuse, tombant telle un tonnerre sur l'employé trop bavard.
"Je n'ai pas rendez-vous sombre crétin... Je viens de terminer un rendez-vous et je sortais pour m'acheter une boite de cigares de Dystria... La prochaine fois avale ta langue abruti !"

Il se retourna à nouveau vers la fille. Elle avait tout l'air d'une cyberpolitaine, et les légères aspérités sous le vêtement de son bras droit laissaient penser à une greffe. C'était imperceptible, mais il en avait tellement vu de ses yeux de vieil homme, ces gens qui tentaient de cacher la honte qui les rendait moins humains que les autres... Cette honte de ne pas être "entier", perdre un morceau de soi, de son corps, et enfin de sa personne...
Enfin ce n'était pas non plus étonnant, une cyberpolitaine ici...
Mais cela lui rappelait ce mensonge permanent... Ce jeu auquel il jouait, les connaissances qu'il voilait.
Une personne était au courant, une seule.
Alchimiste.
La dernière chose qui lui rappelait sa vie passée, Yana, Dimitri...
Perdre quelque chose, quelqu'un... Tel un morceau de pain sec donc les miettes s'échappent dès lors qu'on le scinde pour le partager... Partager sa vie, perdre une part de soi...

Il soupira et tendit à nouveau sa grande patte
"Allons ne faites pas attendre un vieil homme au dos fatigué, debout !"

Le chauffeur un peu plus loin attendait impatiemment devant la grande berline en tapant du pied et en regardant frénétiquement sa montre... A croire que celui-ci n'était à l'aise qu'en roulant dans sa Jaguar...
Pourquoi tous ces gens étaient ils si pressés par le temps constamment?
Le temps passait pourtant tellement vite... Et lorsque l'on regrettait de ne pas en avoir profité, il était déjà bien trop tard.

"Bon mademoiselle mes gens sont pressés, vous allez m'accompagner un peu sinon ce sont mes propres employés qui vont me massacrer... Tout ça pour une maudite boite de cigares... Ah ces plaisirs futiles et malsains de la vie..."
Il rit tout seul de bon cœur sous le regard incrédule mais habitué des hommes en costume noir.

Pourquoi était-elle partie subitement... Il tentait de ne pas s'y intéresser, après tout, sa vie la regardait...

Il se calma et sourit à nouveau, comme le vieillard qui aime tant la vie qu'il est, comme l'homme qu'il a toujours été.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Jeu 8 Oct - 15:40

Une voix s'éleva près d'Anya. Cette voix s'adressait à elle. Elle était grave, empreinte de sagesse et de compassion. La jeune femme leva son regard embué de larmes et découvrit tout d'abord une main tendue vers elle. Une main à la peau fine, usée par le temps mais tout de même élégante dirigée dans une attitude charitable. Anya se frotta rapidement les yeux pour évacuer le trop plein de larmes tout en tentant de faire refluer ses sanglots puis continua à lever le regard. La main appartenait à une homme d'âge mûr engoncé dans un costume gris sombre tiré à quatre épingles qui lui souriait avec cette bienveillance que peuvent avoir les grands-parents envers leurs petits-enfants.

Légèrement en retrait par rapport à lui se tenaient quatre gardes du corps en costume trois pièces, raides comme des piquets. L'un d'entre eux porta sa main sous son veston, cherchant probablement à empoigner une arme de service mais son patron l'arrêta d'un claquement de langue réprobateur avant de lui signifier qu'il n'y avait aucun danger. L'homme se décrispa légèrement puis se mit à scruter les environs avec ses partenaires. Tous quatre étaient trop nerveux, ils n'avaient probablement suivi qu'un entraînement civil. Mais Anya n'avait pas la tête à se soucier de ce genre de détails pour le moment. Un autre garde du corps intervint, faisant à l'homme à la coiffure grisonnante une remarque sur son emplois du temps que ce dernier ne sembla pas apprécier du tout puisqu'il se releva pour lancer une réplique acerbe à son employé. Ce dernier encaissa la réprimande avec stoïcisme et se tut.

L'homme au costume gris se retourna une nouvelle fois vers Anya et lui tendit de nouveau la main en l'encourageant cette fois à la prendre par quelques mots. Ce n'est qu'alors qu'Anya se rendit compte qu'elle était restée complétement amorphe depuis son arrivée, se contentant d'observer la scène en silence. Cette prise de conscience lui fit l'effet d'un choc électrique et elle mit sa main dans celle de son interlocuteur qui l'aida à se relever.


"Merci." fit-elle d'une voix presque éteinte avant de repasser son bras sur son visage pour définitivement sécher ses larmes. L'intervention du vieil homme qui semblait débordant de vitalité avait au moins mit fin à ses pleurs, même si sa détresse restait entière. L'interlocuteur d'Anya ironisa quant à la tension qui semblait habiter les personnes responsables de sa sécurité et invita donc cette dernière à le suivre avant de partir d'un franc éclat de rire. Un sourire timide, à peine esquissé, naquit sur les lèvres de la jeune femme devant la bonhommie de cet homme. Sa joie de vivre était si communicative qu'elle n'avait pu le réprimer. Comment ses gardes du corps pouvaient ils rester ainsi de marbre ? Peut être le trouvaient-ils inconscient. L'homme au costume impeccable emmena Anya jusqu'à une grande et luxueuse berline dont le chauffeur bondit sur la portière arrière pour permettre à son employeur de monter alors que ce dernier était encore à plusieurs mètres de distance. Sur invitation de ce dernier, Anya monta à sa suite dans la voiture. Elle ignorait pourquoi elle suivait cet homme et encore plus pourquoi ce dernier lui proposait de l'accompagner mais elle suivait docilement le mouvement, comme si son corps avait été télécommandé à distance et qu'elle n'avait été que spectatrice de cet étrange manège. Les gardes du corps montèrent à leur tour puis le chauffeur s'installa au volant et la voiture démarra. Anya regarda un instant le visage souriant de son hôte. Elle ignorait pourquoi mais il lui inspirait confiance. Certains de ses traits lui étaient étrangement familiers comme si elle l'avait déjà rencontré, lui ou quelqu'un de sa famille.

"Excusez moi, mais...qui êtes vous ? Pourquoi vous préoccupez-vous de moi ?" parvint finalement à articuler Anya, brisant le cocon de silence dont elle s'était entourée. Elle ne savait pas vraiment si sa question était appropriée au vu des circonstances, mais, à vrai dire, elle n'avait pas la moindre idée de ce qui pouvait être approprié dans ce cas-là... La situation lui semblait si étrange, si surréaliste qu'elle ne savait pas du tout comment réagir.
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Jeu 8 Oct - 16:34

Il éclata d'un rire franc, c'était décidément presque son sport de la journée, un peu plus et il n'aurait pas à faire son jogging le lendemain matin...

"Et bien, disons que j'aime parler de tout, voire de rien, avec des gens, qu'importent qui ils sont, PDG, médecins, ouvriers ou mêmes sans abris... J'aime échanger des mots sans intérêt comme d'autres plus profonds et intellectuels... Tels qu'un éventuel "sens de la vie" mais ce ne sont que de grandes paroles destinées à charmer l'assemblée ou à passer pour un sage... Enfin... J'estime que les hommes peuvent s'apporter beaucoup en communicant, ne vous méprenez pas sur mes intentions, elles sont parfaitement louables et sans arrière pensée. J'aime juste m'entourer de belles choses, n'est-ce pas ce qui fait de moi un être humain somme toute normal ?"

Il sourit puis demanda quelque chose en Triev au garde du corps resté avec eux, assis à l'avant côté passager.

"Tu diras à Léo de s'arrêter à "La Ciuta Bianca", ok ? Pense-y, parce que si je ne regarde pas la route je vais oublier de lui dire de s'arrêter. Réactivité !"

Puis il reporta son attention sur la jeune femme assise à ses côtés :
"Vous allez me dire, pourquoi je n'ai pas de limousine ? en fait c'est simple, c'est bien plus visible qu'une simple berline aux vitres teintées ! Vous savez, on m'a déjà tiré dessus, j'ai failli y passer ! QUATRE balle m'ont traversé la panse !"

Vladimir insistait sur le chiffre, jouant de ses mains pour raconter sa brève tel un chef d'orchestre accompagnant de ses mains le vol gracieux de ses paroles.

Il ricana grassement, toussant discrètement en plaçant la main sur sa bouche.
"Et je suis encore là, Vladimir, 71 ans, qui s'entoure de gardes du corps pour sortir acheter des cigares... Ah quelle vie, quelle vie. Voilà qui répond à vos questions je crois."

L'homme arrêta un instant son incessant flux de vieillard qui raconte les anecdotes de sa vie passée, immisçant sûrement un soupçon de confiance à la jeune femme pour qu'elle lui parle, après tout tout allait par l'échange.
Je te raconte ma vie, tu me racontes la tienne. Je me confie, me présente, tu en fais de même...
Il le connaissait bien l'humain, même si elle lui mentait, il aurait au moins de la compagnie le temps d'aller chercher ses cigares et peut-être pour un simple dîner, une conversation, et peut-être qui sait, peut-être connaissait-elle des gens utiles...

"Et vous mademoiselle, qu'est ce qui pouvait bien vous mener à sangloter contre le mur de mes locaux ?"

Sa petite fille, jamais il ne l'avait vue pleurer, comme jamais il ne l'avait vue triste ou même à l'air enjoué... Elle était si différente, si neutre, tellement dissemblable à Yana, à Dimitri... Mais en réalité, cette jeune fille, il l'avait en sorte abandonnée...
Il ne la connaissait pas au fond, elle était si imperméable à toute discussion empreinte d'intérêt, si vide de joie. Il trouvait cela dommage mais prenait ses responsabilités. Par manque de temps il ne s'en était jamais occupé, comme par manque de délicatesse il avait laissé son fils partir...
Comme il avait laissé Yana mourir...
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Jeu 8 Oct - 19:10

Un homme qui prenait simplement plaisir à discuter avec des inconnus pour s'enrichir de leur contact et les enrichir du sien, voilà comment se définissait ce riche gentleman. C'était presque trop beau pour être vrai. Anya avait fait tant de rencontres déplaisantes dans sa vie, avait côtoyé tant de personnes motivées uniquement par le profit, leurs intérêts personnels ou sa croupe de jeune cyberpolitaine, qu'elle en avait presque oublié qu'il pouvait encore y avoir en ce monde des gens au comportement simplement bienveillant.

"Un humain normal ? Je dirais une personne louable. Il me semble malheureusement que les humains normaux ont plus à cœur de marcher sur leur prochain que de l'écouter..." répondit elle avec un léger brin d'amertume et de mélancolie dans la voix. Elle pensait à sa mère qui ne se préoccupait même plus d'elle, au dealer qui profitait de la faiblesse d'une vieille femme pour s'enrichir, à ses supérieurs qui visaient leur prochaine promotion en envoyant leurs hommes à la mort, et à tant d'autres encore. Ce tableau n'avait rien de particulièrement réjouissant. Au contraire, il était même plutôt déprimant. Mais il semblait que malgré tout il reste certaines touches positives dans tout cela si l'on en croyait son interlocuteur. Ce dernier d'ailleurs n'avait pas l'air d'avoir sa langue dans sa poche puisqu'il se mit à parler des raisons pour lesquelles il avait choisi cette voiture plutôt qu'une limousine avant de se présenter. Il ne devait pas être mauvais conteur, si l'on se fiait aux différents tons et mimiques qu'il utilisait pour souligner ses paroles.

"Oui, parfaitement. Je comprend pourquoi vos hommes sont si prudents maintenant." commenta Anya en désignant le garde du corps assit à côté du chauffeur. Celui-ci ne paru pas relever les propos de la jeune femme.

"Enchantée de faire votre connaissance, Vladimir. Je m'appelle Anya." finit par dire Anya qui commençait à se détendre et à occulter momentanément ses soucis pour écouter le vieil homme. Cette petite conversation ainsi que l'entrain de Vladimir lui faisaient du bien après son altercation avec sa mère. Mais, finalement, Vladimir lui demanda pourquoi il l'avait trouvée en train de pleurer dans cette rue qui bordait ses locaux. Anya dut donc se replonger dans ces souvenirs encore vifs et douloureux. Après un court instant de réflexion, Anya jugea qu'il n'y avait pas de mal à en parler avec un parfait étranger. Raconter ce qu'il s'était passé à quelqu'un ne pouvait que la libérer de ce poids et il n'y avait aucun risque à cela.

"Je...ma mère habite non loin d'ici. Elle n'est pas aussi âgée que vous mais elle n'a pas un centième de votre énergie. Elle passe ses journées à ne rien faire. Je dois tout faire à sa place et elle ne fait rien pour que cela change. Et vous voulez savoir le pire? Elle se drogue en croyant que je ne m'en rends pas compte. Elle ne fait que bousiller sa santé en vivant à mes crochets. Je ne supporte pas cette situation mais elle s'en fiche pas mal. Je sais bien qu'elle m'aime à sa façon, mais... Je n'en peux plus... Elle m'avait juré de décrocher mais aujourd'hui je suis tombée sur son stock de drogue. Il y en avait pour assez d'argent pour payer son loyer à l'année. Alors j'ai craqué. Je lui ai dit des trucs horribles. Et je suis partie, je l'ai abandonnée dans son taudis. J'aurais du essayer de...de... En vérité je ne sais même pas ce que j'aurais dû faire. Ça m'a juste rendue furieuse. Ça me fait mal de la voir comme ça, je ne supporte pas ça. Elle ne se rend même pas compte que ça me rend triste."

Tout était sortit d'un trait. Cela faisait bien longtemps qu'Anya n'avait pas été aussi bavarde. Elle finit par s'en rendre compte et s'arrêta en baissant légèrement les yeux.

"Excusez moi, je n'avais pas à vous ennuyer avec ça..." ajouta t elle finalement. Parler de cela lui faisait indéniablement du bien et l'aidait à s'éclaircir les idées mais elle se sentait un peu égoïste d'obliger un inconnu à supporter cette histoire sordide. Vladimir avait certainement mieux à faire que d'écouter une jeune femme lui raconter ses problèmes privés. Bien sûr c'était lui qui avait posé la question, mais elle n'avait pas besoin de tout développer en détail. Un simple "je me suis disputée avec ma mère" aurait suffit...
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Jeu 8 Oct - 23:56

"Et bien et bien mademoiselle, ne vous excusez donc pas cela soulage, de temps en temps, de déballer ce que l'on a sur le cœur."

Vladimir, comme a son habitude riait gentiment et poursuivit :
"Vous savez, une famille est quelque chose de précieux, ce n'est que lorsqu'on la perd, que l'on se rend compte à quel point c'est important."

Le vieil homme ne riait plus, mais souriait tristement.
"Votre mère a besoin d'aide, pourquoi ne pas l'épauler, je n'entends pas à ça la laisser vivre à vos crochets, mais lui donner les moyens de réussir à s'en sortir et de subvenir à ses propres besoins."

Il sortit un pocketPC et rechercha quelque chose sur l'Intranet.
"Regardez."

Puis tendant à la jeune femme l'ordinateur de poche dont l'écran affichait des adresses d'associations d'aide aux personnes droguées, ou même aux personnes en difficulté, il continua :
"Vous savez, ne serait-ce que pour son addiction, des cures existent. Et en y réfléchissant bien, cesser de payer son loyer et ses frais, notamment ce qu'elle revient en... *il toussota* drogue, pour un traitement pris en charge ne reviendrait pas plus cher. Ensuite certaines associations prennent le relais pour aider ces personnes à se réinsérer, leur trouver un travail, un logement... Ce n'est pas lâche que de confier quelqu'un qu'on aime aux bons soins d'autres dès lors que l'on en est pas capable ou que tout nous dépasse..."

Il se tut, réalisant soudain ce qu'il venait de dire... Si, c'était méprisable d'abandonner un proche à d'autres se persuadant qu'il serait mieux ailleurs, oui c'était lâche de confier la vie de quelqu'un pour se débarrasser du fardeau de son existence... Mais c'était tellement plus accommodant lorsqu'il y avait tant d'enjeux derrière...
Vladimir soupira.

"Enfin... Je crois sincèrement qu'il y a une solution à chaque affaire, allons donc, vous êtes jeune et cela fait partie de la vie, ce n'est que fort malaisé mais vous en rencontrerez de pires comme de meilleures, ainsi va la vie."

Soudainement le vieux hurla
"HOY HOY HOY !!!! Nom d'un chien Léo !!! Arrêtez vous !!"

Oui, c'était là et l'idiot de garde du corps avait simplement omis de signaler sa halte au chauffeur. Ils s'arrêtèrent et le vieil homme manda au conducteur d'aller lui chercher sa marque favorite de cigare. Lorsqu'il revint, Vladimir s'adressa à Anya :

"Préférez-vous que nous vous ramenions ou désirez-vous peut être vous 'évader' de votre quotidien en acceptant de partager un modeste repas avec cet humble vieillard que je suis?"
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Ven 9 Oct - 15:00

"Vous savez, une famille est quelque chose de précieux, ce n'est que lorsqu'on la perd, que l'on se rend compte à quel point c'est important."

Ces mots furent accompagnés d'une expression grave, triste et un brin mélancolique sur le visage du vieil homme. Il y avait de fortes chances qu'il parle d'expérience. Anya comprenait ces paroles et était même persuadée de leur bon sens. Elle n'avait d'ailleurs jamais totalement réfuté son affection pour sa mère quand bien même cette dernière avait plus souvent amené la tristesse et le doute que la tendresse et l'amour dans sa vie. Cependant la vie n'était jamais aussi simple. Une unique phrase, fut elle juste et pleine de bon sens ne pouvait pas régler ce genre de situation.

Vladimir sortit un micro ordinateur et fit une recherche rapide sur l'intranet avant de lui en présenter les résultats. Il s'agissait de sites de maisons de désintoxication. Vladimir lui prodiga quelques conseils de son cru, comme quoi il serait sans doute mieux qu'elle y envoit sa mère et laisse ce genre d'établissement se charger d'elle. Anya eut un sourire amer.


"Croyez vous que je n'ai jamais songé à cette solution?" fit la jeune femme en se retenant d'ajouter un "je ne suis pas idiote" acerbe. Vladimir ne cherchait qu'à l'aider, il aurait été injuste qu'elle rejette une partie de sa frustration sur lui. Malgré tout il n'était pas facile d'accepter ce genre de leçon de la part d'un inconnu. Bien sûr tout cela ne partait que de bonnes intentions, mais quand il s'agissait de vos proches il était dur de ne pas prendre un simple conseil comme une critique implicite.

"J'ai déjà essayé d'emmener ma mère dans ce genre d'institution mais elle n'a rien voulu entendre. Et quand j'ai tenté de l'y amener de force elle a attenté à sa vie... Elle m'a prise en otage. Si je la forçais à quitter sa petite vie douillette alors j'aurais sa mort sur la conscience..." soupira Anya avec une légère irritation. Le souvenir de cet épisode avait toujours cet effet chez elle. Elle avait toujours été furieuse qu'Eva utilise cet odieux chantage contre elle.

C'est alors que le chauffeur manqua de dépasser la boutique où Vladimir voulait s'arrêter. Ce dernier du intervenir pour que cela n'arrive pas, puis demanda à son chauffeur d'aller lui chercher ses précieux cigares. L'employé s'exécuta avec rapidité et diligence. Il fut bientôt de retour et reprit sa place dans la voiture. Vladimir proposa alors à Anya de la raccompagner ou bien de l'inviter à diner, selon son humeur. La jeune femme réfléchit un instant avant de répondre. Elle n'aimait pas s'imposer mais avait bien besoin de se changer les idées pour le moment. Bien sûr il y avait aussi la possibilité non nulle que cette invitation ne soit pas tout à fait honnête. Certaines personnes mettaient une énergie folle à se bâtir une façade respectable afin d'attirer de jeunes femmes comme elle dans leurs filets. Même si cela s'avérait être le cas, Anya n'était pas du genre à craindre un vieil homme et ses quelques gardes du corps. Elle s'était déjà sortie de situations assez désespérées pour ne pas redouter un simple dîner avec un inconnu. Et puis un repas gratuit ne lui ferait pas de mal. Ses revenus étant plutôt aléatoires il valait mieux profiter de chaque occasion de ce genre. Elle n'aimait pas trop ça, se jugeant égoïste et cupide quand elle résonnait ainsi, mais elle avait bien besoin de manger pour vivre, alors...


"J'accepte volontiers de me joindre à vous pour le diner." répondit elle avec un petit sourire.
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Ven 30 Oct - 9:23

"Très bien"
La voix enrouée du vieil homme tromba tel un séisme.
"Eh bien, nous allons vous laisser chez vous, vous n'aurez qu'à revenir... Disons là où nous vous avions trouvée, vers 20 heures, à moins que vous ne préfériez que quelqu'un vienne vous chercher."
Une carte se présenta alors sous le nez de la jeune femme.
"N'hésitez pas à m'appeler en cas de problème, d'empêchement, toutes ces choses qui feraient que nous ayons à débarrasser votre couvert, après tout il y en aura plus pour moi si vous ne venez pas."
Puis le vieil homme rit de bon cœur. Ils déposèrent la jeune Cyberpolitaine à l'endroit qu'elle leur indiqua puis rentra chez lui.

L'immense portail en fer forgé aux allures baroques s'ouvrit, dernier rempart de sa vie Cyberpolitaine, dernier rempart de son mensonge Technopolitain.

***

"William, nous avons une invitée ce soir. Prévoyez un couvert de plus."
"Bien Monsieur. Est-ce une personnalité importante dont je doive impérativement connaître le nom pour son arrivée?"
"Oh non, ce n'est pas une personne d'affaires *Vladimir se mit à tousser... Il songeait qu'il serait peut être temps d'arrêter le cigare...* c'est une jeune femme appelée Anya."
Le majordome réfléchit un instant.
"De quoi mademoiselle a-t-elle l'air?"
"Haha encore cette vieille manie de vouloir découvrir ce que les gens aiment par leur physique, vous êtes incorrigible William, vous savez que ça ne fonctionne pas."
William fut vexé et bouda quelques secondes.
"Booon bon, athlétique, brune aux cheveux courts, décontractée, sûre d'elle d'un côté de sa vie et brisée de l'autre."
"Hum je vois."
Puis l'homme se retourna et disparu en cuisine. Vladimir explosa d'un rire strident qui ne manqua pas d'échapper à l'oreille de William maintenant à l'autre bout de l'aile.
"N'importe quoi..." Dit le patriarche Sevastianev qui s'était à présent installé dans son fauteuil.
***

Il commençait à pleuvoir, et Vladimir sentait ses articulations se raidir. Il regarda ses phalanges coincer par à coups et se leva en direction de la cheminée, allumée alors depuis quelques minutes. Puis il saisit l'objet destiné à soulager ses mots, son fidèle appui.

"Eh bien Vladimir, tu te fais vieux toi aussi... Tes rhumatismes ne sont que saisonniers, je vais te prescrire quelques antalgiques. Faudrait que tu manges moins gras aussi..."
"Ah, tu parles d'un exemple de vie saine..."
"Oui ben moi j'ai pas ton âge et surtout j'en ai rien à foutre..."
"Certes, bon dépêche toi... Au fait je t'ai déjà parlé de ma petite fille?"
"Oui. Tu radotes, Alzheimer te guettes aussi."
"... Toujours aussi plaisant Zaihan. Bref, je me disais, je pourrais te la confier un moment? Apparemment j'ai dû faire face à une erreur que je commettais depuis 10 ans..."
"Hum, comme tu le sens. Je ne suis jamais là de toute façon, si ce n'est que mon appartement et quelques soirées dans le mois avec un vieux croûton devant une entrecôte et des patates sautées... Tiens, t'auras besoin de ça quand tes rhumatismes se déclencheront."


Il regardait le pommeau de sa cane dont la pierre ronde et lisse se colorait sous la lumière de l'âtre. Il ne l'avait jamais quittée, cette bonne vieille cane offerte par son ami.
"Monsieur votre invitée est arrivée."
"Très bien faites-la entrer."

Il s'assit dans son fauteuil, soulageant ses jambes du poids de la vieillesse.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Jeu 5 Nov - 21:48

- 20h devant chez moi, alors. Je ne manquerai pas de vous appeler si je dois me désister, ne vous en faîtes pas. fit Anya avec un sourire.

Le chauffeur du vieil homme s'arrêta là où le lui demanda la jeune femme. Anya sortit du véhicule qui redémarra aussitôt. Elle le regarda un instant s'éloigner puis se mit à marcher sur le trottoir. En réalité elle n'avait pas donné au chauffeur sa véritable adresse, mais une autre, dans une rue parallèle à la sienne. Simple précaution prise plus par habitude que vraiment par méfiance. Il ne fallut pas très longtemps à la cyberpolitaine pour retrouver son immeuble et remonter dans son appartement.

La première chose qu'elle fit fut de prendre une bonne douche chaude afin de se détendre. La sensation de l'eau presque brûlante s'écoulant sur sa peau et le léger brouillard envahissant la cabine de douche généré par l'évaporation et la condensation successive des molécules d'eau l'aidaient à apaiser les tensions de son corps comme celles de son esprit. Une fois revigorée, la jeune femme entreprit de se choisir une tenue adéquate pour la soirée. Elle ne pouvait pas décemment se présenter à l'invitation dans une tenue négligée alors que son hôte semblait riche et raffiné. Elle opta donc finalement pour un robe fendue de couleur noire, sobre mais tout de même élégante. La robe laissait malheureusement ses bras nus, Anya choisit donc également un gilet à manches longues à enfiler par dessus. Elle s'occupa ensuite de passer un peu de maquillage. D'ordinaire, elle se montrait plutôt nature mais pour les "grandes occasions", elle ne rechignait tout de même pas à "se faire belle" un minimum. Pour autant, elle ne cherchait pas à séduire son hôte, aussi se contenta-t-elle d'un peu de fond de teint. Elle compléta ensuite sa tenue avec des chaussures à talons (qu'elle réservait également aux "grandes occasions") et un sac à main dans lequel elle dissimula un petit revolver (on n'était jamais trop prudente...) avant d'y ranger ses affaires personnelles.

A vingt heures précises, le chauffeur vint la chercher là où il l'avait déposée plus tôt dans l'après-midi. Anya était descendue quelques minutes en avance afin de se montrer ponctuelle. La moindre des politesse était de ne pas faire attendre son hôte. Le voyage se déroula en silence.

Quand la voiture franchit l'imposant portail d'entrée en fer forgé, Anya faillit se pincer afin de vérifier si elle ne s'était pas endormie en chemin. La jeune femme s'était certes attendue à une belle maison, mais certainement pas à un manoir de cette importance. La voiture s'immobilisa devant une volée de marches qu'un domestique descendit pour ouvrir la portière côté passager. Anya s'extirpa du véhicule sans cesser de contempler la demeure.


- Where the hell am I? se dit la jeune femme en mesurant l'immensité de la résidence.

- Par ici, mademoiselle, monsieur vous attend. fit son portier avec déférence en lui indiquant l'entrée du manoir d'un ample et élégant mouvement de bras.

Le domestique la guida, lui faisant franchir le hall ainsi que quelques pièces toutes plus richement décorées les unes que les autres. Anya qui n'avait jamais été confrontée à un tel luxe de sa vie, se sentit bien vite déroutée. Elle avait presque l'impression de se retrouver dans le palais d'un prince mage ou alchimiste. Le domestique lui demanda finalement de patienter devant une grande porte à doubles battants. Le domestique rentra dans la pièce disparaissant un instant de son champ de vision. Elle l'entendit l'annoncer puis il reparut, l'invitant à pénétrer à son tour dans la pièce. Anya s'exécuta, s'attendant presque à se trouver face à une salle de banquet colossale et remplie de monde.
Mais il n'en fut rien. Il ne s'agissait que d'un salon, d'une taille toutefois remarquable et aussi luxueux que le reste de la demeure. Vladimir était assis dans un large fauteuil de cuir près de l'âtre d'une large cheminée dans laquelle un foyer avait été allumé. Anya s'avança doucement dans la pièce, se retenant de trop la balayer du regard.


- Bonsoir. J'espère que je ne vous ai pas trop fait attendre. fut tout ce qu'elle trouva à dire. Elle se sentait tellement étrangère à tant de richesses qu'elle n'en savait même plus comment s'exprimer naturellement. Ce monde n'était pas le sien et la jeune femme s'interrogea un instant sur le bien fondé de sa venue.
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Lun 9 Nov - 17:22

HRP : Un petit air de musique de fond qu'écoute Vladimir


L'horloge annonçait les huit heures, et William vint annoncer la venue de la demoiselle Anya.
Il n'aimait pas qu'on le fasse attendre, et ce même si ce dîner n'avait aucun intérêt social ou commercial, et qu'il changeait radicalement avec les hypocrisies naturelles de ceux que l'on invite pour profiter de leur puissance ou de leur compte en banque.

"Bonsoir. J'espère que je ne vous ai pas trop fait attendre."

Il leva les yeux, et tenta de se déplacer en s'aidant de sa cane. Il se souleva non sans difficulté, boitillant légèrement.

"Non non, pile à l'heure."
Dit-il d'une voix légèrement enrouée qu'il éclaircit en se raclant la gorge.

"C'est bien je n'aime pas trop attendre" Ajouta-il en plaisantant... Ou du moins en ne plaisantant qu'à moitié tout de même. Puis le vieil alchimiste regarda Anya et lui dit en souriant :

"Eh bien, en voilà une jolie robe. Mais vous savez se cacher derrière une telle apparence est complètement surfait, ce n'est qu'un repas de courtoisie, mais j'apprécie l'effort et de dîner avec une jolie femme. Ne prenez pas ça mal, c'est juste qu'en vous il y a bien plus de naturel qu'en tous ces sots que je suis obligé de fréquenter chaque jour. Il est dommage que pour un principe de correction les gens se contraignent à une étiquette vestimentaire, vous êtes aussi très bien en survêtement."
A son habitude tellement prévisible, il rit encore. Il profitait de chacun des rares instants qu'il lui restait peut être. il rit de bon cœur, sans méchanceté, avec une simple joie de vivre communicative.
Puis il regarda Anya et saisit un instant son regard mal à l'aise. Il tendit son bras vers une assez grande photographie sous cadre, pour familiariser la cyberpolitaine à ces lieux, à cette histoire.

"Piotr Sevastianev, mon arrière-arrière-arrière...arrière grand père. Nous sommes septemtrionins à l'origine, ou du moins c'est là bas que notre famille s'est retrouvée après la Jonction. Il a fait fortune avec des alchimistes, en commercialisant certaines de leurs décoctions et plantes aux Technopolitains et Mages de là-bas. Vous savez, c'était vraiment "le bordel", pardonnez-moi l'expression, même soixante dix ans après... Alors cet homme a fait ce qu'il a pu, non pas qu'il fut un grand homme au cœur empli de bonté envers ses semblables, mais il a simplement trouvé un filon qui fonctionnait. Avec les ressources désormais limitées des peuples cyberpolitains et technologues complètement déstabilisés par ce nouveau monde, les reconstructions, ou les habilitations de ces citadelles et bâtiments qui venaient d'autres endroits de Mathétopia, après cette longue guerre il a fallu se serrer les coudes et à la fois profiter les uns des autres pour tenter de se reconstruire plutôt que de se détruire..."

Il se garda de dévoiler le portrait de sa mère, qui s'accordait à la décoration du manoir, héritage de cette puissante lignée d'Alchimistes installée à Range Harbor depuis des générations. A présent perdue entre les grandes barres d'immeubles de types alternant bourgeoisie technologue, luxe cyberpolitain et opulence magistère, la bâtisse s'élevait comme un monument, témoignage d'un passé glorieux. Résidential district portait si bien son nom.

Il s'abstint également de parler de toutes les autres photographies ornant la cheminée... Celles de feu sa dernière épouse, celles de la famille Liekaterinev... Les portraits de sa toute première et aimée femme, de Dimitri et de son épouse avant qu'elle ne décède...

Puis il se retourna vers la jeune femme et lui tendit un bras qui signifiait qu'ils allaient enfin passer à table.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mar 10 Nov - 21:34

La musique emplit le monde d'Anya. Elle n'y avait pas prêté attention jusqu'alors mais le son des violons finit par l'atteindre. C'était du classique. La jeune femme avait bien sûr l'habitude d'écouter des morceaux bien plus "mouvementés" comme toute cyberpolitaine qui se respecte ou presque. Pour autant la mélodie ne lui sembla pas ennuyeuse. Au contraire elle trouvait le morceau très joli et vraiment agréable. Un peu de douceur de temps en temps ne pouvait pas faire de mal.

Vladimir se mit alors à parler, la tirant de sa contemplation auditive. Elle sentit qu'elle avait bien fait de se montrer ponctuelle. Le vieil homme jovial qu'elle avait rencontré plus tôt dans la journée semblait avoir une tolérance assez limitée dans certains domaines. Vladimir aborda alors le sujet de sa tenue vestimentaire. Cela n'avait certes rien d'un reproche, mais Anya ne pu s'empêcher de se sentir idiote, un peu comme une enfant se faisant gentiment rappeler à l'ordre par son grand-père. D'un autre côté elle se sentait légèrement vexée par ce commentaire qui pouvait laisser entendre que cette tenue ne lui allait pas bien. Bien sûr ce n'était très certainement pas ce que Vladimir avait voulu dire, mais tout de même...


- C'est que je n'ai pas souvent l'occasion de me vêtir ainsi. Je ne faisais que profiter de ce dîner pour porter cette robe plutôt que de la laisser prendre la poussière... Désolée si cela vous semble peu naturel de ma part. répondit elle avec franchise mais sans agressivité aucune.

Elle tourna ensuite la tête vers la cheminée et plus particulièrement vers la photo encadrée qui la surmontait et écouta Vladimir lui en conter l'histoire. Il semblait fier de sa lignée ce qui ne surprit pas la cyberpolitaine outre mesure. Les familles influentes avaient souvent un profond respect pour leurs ancêtres qui avaient bâti la dynastie dont ils étaient héritiers. Durant la tirade de Vladimir, Anya laissa vagabonder son regard. Soudain, une photo, plus modeste que celle de l'ancêtre de Vladimir attira le regard de la jeune femme. L'image immortalisait deux jeunes gens, une fille et un garçon. Anya reconnu instantanément la fille. Malgré la différence d'âge entre la fille de la photo et la jeune femme qu'elle avait croisé le matin même il n'y avait pas le moindre doute. Ambre! La gamine sur la photo était Ambre!


- What the f...??? laissa échapper Anya dans un murmure se reprenant juste à temps en espérant que Vladimir ne l'avait pas entendue.

Une miriade de questions envahit l'esprit d'Anya. Ambre était elle de la famille de Vladimir? Et si oui, pourquoi n'était elle pas présente dans la demeure familiale? Anya se trouvait elle dans la gueule du loup de laquelle la jeune femme avait cherché à s'enfuir? Et si oui, était ce un simple hasard ou un piège? L'influence du poursuivant d'Ambre était elle telle qu'il avait réussi à retrouver Anya en à peine quelques heures? Non, Ambre avait parlé d'un petit ami trop collant, pas d'un parent... Étrange. Vraiment étrange...

Anya se reprit en voyant Vladimir l'inviter à prendre place à la table. Elle sourit et s'assit, faisant semblant de rien. Le majordome apparut alors, apportant les plats sous cloche et les déposant devant les deux convives. Au vu de ses dernières découvertes, la jeune cyberpolitaine ne pu s'empêcher de se demander si son plat était empoisonné, mais fit rapidement refluer son accès de paranoïa. Le majordome révéla alors les plats d'entrée constituée de gésiers et de foies de volaille servis avec une salade et une sauce d'accompagnement. Cela commençait bien, Anya avait toujours détesté ce genre de choses. Après avoir souhaité bon appétit à Vladimir, elle se força néanmoins à goûter, non sans charger sa fourchette de sauce et de salade pour étouffer le goût et la texture de l'aliment honnis. Ce faisant elle pu constater avec un certain soulagement que, de cette manière, le plat en devenait comestible à défaut d'être bon. Elle se garda bien sûr de tout commentaire.
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Jeu 12 Nov - 11:18

Voyant l'attitude de la jeune femme envers son assiette, il appela William, le majordome.

"William, je pense que vous vous êtes mépris encore une fois..." Il éclata de rire.
"Voyez comme elle essaie d'étouffer ses gésiers avec sauce et salade. Votre truc ne marche pas je vous dit !"

Puis il s'adressa à Anya
"Allons, ne terminez pas votre assiette si cela vous déplait. En espérant que pour la suite il n'aie pas failli..."
Et le vieil homme s'étouffa à moitié, raillant ouvertement au sujet de l'étrange manie de William, toujours raide comme un piquet et dont le sang froid était à tout épreuve.
Question d'habitude.

Le repas se déroulait tranquillement, non sans bonne humeur. En fait, tous les repas se passaient avec bonne humeur, avec le vieil homme...

Il lui contait des anecdotes, sa vie, puis il s'abandonna un peu et parla de Dimitri, son fils unique, de sa femme, puis mentionna une "petite fille" qui venait de finir le cursus de l'Académie alchimiste (il fit prétendre un métissage du côté de la femme de son fils).

"Je l'ai vue aujourd'hui même. Je n'ai pas eu le temps de discuter avec, elle avait l'air d'aller assez bien enfin, mis à part cette rencontre hasardeuse. Puis elle s'est sauvée avant même que je n'aie le temps de lui parler..."
Il fit une pause.
"En fait je la connais très mal, je ne l'ai pas élevéz, c'est une famille d'accueil qui s'est chargée de son éducation après la mort de mon fils, mais je n'avais pas le temps de m'en occuper. Puis elle est Alchimiste, elle se faisait souvent houspiller par le reste de la famille..."

Puis il regardait Anya, toujours attentive à ses histoires, et il demanda en souriant pour changer de sujet.

"Et vous alors, ça va mieux depuis tout à l'heure?"
Il faisait référence à la crise de nerfs de la jeune femme qu'il avait trouvée, pleurant à l'arrière d'un de ses bâtiments.
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mar 17 Nov - 21:32

Malgré les efforts d'Anya pour dissimuler sa répugnance à l'égard du plat d'entrée, Vladimir sembla lire son dégoût comme dans un livre ouvert. Il convia son majordome en cherchant à lui démontrer que sa méthode ne fonctionnait pas. Que voulait il dire par là? Anya n'en avait pas la moindre idée. Très certainement un sujet récurant entre eux. Une "private joke" en somme. Vladimir annonça alors à la jeune cyberpolitaine qu'elle n'avait pas à se forcer à manger ce qui la soulagea. Au moins il n'était pas du genre à s'offusquer que ses hôtes n'apprécient pas le repas. Anya cessa donc de piocher dans son assiette attendant la suite avec une légère appréhension (après tout si le majordome s'était trompé pour l'entrée il pouvait également avoir fait le même genre d'erreur pour la suite).

- Il confectionne les plats d'après l'apparence des convives? s'étonna Anya quand Vladimir railla la persistante manie de son majordome. Voilà qui était pour le moins étrange (et passablement raté d'ailleurs).

- Je n'avais jamais entendu parler d'une telle méthode de cuisine. Cela vient il d'un grand chef ou bien de sa propre invention?

Le repas continua dans la bonne humeur. Heureusement pour Anya, la suite fut plus à son goût que l'entrée.
Très vite, Vladimir se lança dans l'exposition d'anecdotes qui lui étaient arrivées par le passé. Anya se mit donc à l'écouter ressasser ses souvenirs, n'intervenant plus que par à-coups. Vladimir adorait parler, raconter des histoires, Anya, elle, préférait écouter. Parmi les choses qu'elle avait vécues, peu nombreuses étaient celles qui valaient le coup d'être contées et moins nombreuses encore étaient celles qu'elle aurait accepté d'évoquer. Elle avait bien assez entendu la mort susurrer son nom pour la rappeler de ses propres paroles.
Vladimir lui parla de sa famille. Quand il en vint à évoquer sa petite fille, Anya ne pu s'empêcher de penser à Ambre. Elle ne savait pas réellement quels liens unissaient son hôtes et son employeuse de la matinée, mais en y réfléchissant, il y avait entre eux un indéniable trait de famille. Ambre aurait ainsi suivit des études d'alchimie? Anya n'avait pas spécialement reconnu en elle une alchimiste mais cela restait du domaine du possible. Surtout qu'elle ne s'étaient pas côtoyées très longtemps au final...


- Votre petite fille, c'est la jeune fille sur la photo? demanda Anya en désignant la photo qui l'avait faîte réagir un peu plus tôt dans la soirée afin de confirmer ses doutes.

Peu après, Vladimir lui demanda si elle allait mieux. Après tout, il l'avait trouvée en larmes dans une ruelle quelques heures auparavant. Anya fut touchée qu'il s'en soucie. Après tout elle n'était qu'une étrangère pour ce vieil homme et ce n'était pas un simple dîner qui pouvait changer cet état de fait.


- Oui, je me suis remise, ne vous en faîtes pas. J'ai déjà vu bien pire. répondit Anya avec franchise. Elle eut cependant tôt fait de regretter d'avoir lâché cette dernière phrase. Cela pouvait les lancer sur un sujet de discussion bien moins agréable que les souvenir de Vladimir.
Revenir en haut Aller en bas
Phaera.A Xarran

avatar


Messages : 647
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 30


Age du Personnage : 25
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Militaire, Pilote d'avion de chasse sur le Zenith
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Sam 26 Déc - 23:37

Six longs mois...
Six mois passés en mer, tout l'équipage du navire étaient devenu euphorique depuis une semaine. L'idée de rentrer chez eux et de pouvoir revoir leurs familles faisait presque oublier les anciennes batailles et les pertes de ses six derniers mois.
Enfin le port était visible à l'horizon, tous les hommes couraient sur le pont regardant le petit point de terre s'approcher lentement.
Quant à Phaera... Elle était dans le hangar, s'occupant de son V37 et peaufinant quelques réglages inutiles pour oublier qu'il était temps de retourner sur terre. Malgré les ordres qu'elle avait donnés auparavant, son escadron la força tout de même à sortir de son trou.
Arrivée sur le pont, elle entendait les cris venant des quais se mêlant à ceux des hommes sur le pont. Il devait y avoir au moins dix milles personnes attendant le retour de leur fils, père, ou mari.
Phaera fit un sourire forcé mais ses yeux montraient son ennui à l'idée de rester quelques mois à terre avec un ou deux vols d'entrainement par semaine... De plus personne ne l'attendait sur le quai, elle savait qu'une fois à terre elle se retrouverait seule dans son appartement dégueulasse...
Avant de descendre, ses hommes se réunirent autour d'elles les plus anciens savaient qu'elle était capable du pire une fois qu'un des pied de la femme toucher la terre l'un d'entre eux s'exclama :

« ça ira capitaine ?,,,
-Pas de problème messieurs, prenez un repos bien mérité et revenez moi en forme, répondit leur leader.

Puis tout le monde descendit du pont pour se rendre à terre, Phaera jeta un dernier coup d'œil sur les avions et descendit la dernière du navire...

La terre...
Elle posa enfin ses pieds à terre après avoir hésité quelques instant. Esquivant les couples et les familles heureuses de se retrouver elle finit par sortir de cette foule bruyante et sauvage.
Elle leva la tête vers le ciel qu'elle ne pouvait pas apercevoir à travers les réseaux de train qui couvraient la ville, une fumée grise et épaisse entourait les bâtiments, le bruit des voitures, des pas, et de la foule immense qui peuplait Range Harbor devenait assourdissant... La femme se retourna et l'immense navire dans lequel elle avait passé ces six derniers mois paraissait minuscule par rapport aux habitations de la ville. Elle laissa échapper un soupir agacé, puis finit par entrer dans un bar près du port.
Après avoir bu deux ou trois rhum, elle regarda autour d'elle, « rien d'interressant »chuchota-t-elle, puis elle sortit du bar et traina un peu dehors, espérant trouver quelques chose d'amusant a faire.

Sevastianev...
Il faisait nuit noire, quelques hommes marchaient et les phares des voitures éblouissaient la jeune femme a chacun de leurs passages.
Elle finit par s'assoir à un abris bus, chercha les quelques cigarettes qui lui restaient dans sa poche et en enlevant la main fit tomber la carte de visite de Vladimir Sevastianev.



Elle l'avait rencontré lors de sa remise de médaille, un personnage important et de plus une compagnie très agréable, qui lui avait dit, lors d'un diner, qu'elle pouvait passer quand elle le veut.
Trouvant enfin quelque chose d'interressant à faire, elle se leva et demanda un taxi pour rejoindre le manoir de Vladimir.
Elle mit ses bagages dans le véhicule et entra a l'intérieur. Elle se laissa conduire et arrangea sa coiffure et ses habits durant le trajet.
Enfin la femme arriva devant le manoir, elle se présenta au majordome qui la fit entrer dans le hall ou il lui demanda de patienter quelques instants, sans doute le temps de prévenir son maitre...


Dernière édition par Phaera.A Xarran le Lun 28 Déc - 20:03, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Dim 27 Déc - 21:16

Alors que le dîner se passait calmement, non sans quelques anecdotes drôles ou tantôt tristes de sa vie, de ses connaissances, William vint frapper à la porte du salon et entra.

"Monsieur, vous avez une invitée surprise, une certaine Phaera Asura Xarran..."

Vladimir s'essuya discrètement avec sa serviette de table et dit à son majordome, assez surpris :
"Eh bien, c'est une belle soirée, deux jolies femmes comme compagnie. Faites-la entrer, et préparez un couvert supplémentaire, je ne sais pas si cette dame a pu se restaurer avant de venir."

Puis il se retourna et s'adressa à Anya :
"Oh eh bien, je vais vous présenter une jeune femme d'environ votre âge, une brillante militaire, nous nous sommes rencontrés à sa remise de médaille. Une femme incroyable ! Tout comme je suppose que vous l'êtes !"

Décidément, toujours aussi flatteur et charmant, le vieil homme dit ensuite :

"J'espère que cela ne vous dérange pas !"
Il capta un léger hochement de tête.

"Bien William, faites la entrer."

Après quelques minutes, la splendide elfe noire se présenta, Vladimir se leva, s'aidant de sa canne.

"Eeeeh bien ma chère, que nous vaut l'honneur de cette visite? Vous êtes enfin revenue sur terre et avez choisi ma compagnie? Je suis très flatté ! Comment allez-vous?
-Bien, merci, je suis tombée sur votre carte de visite alors...
-Ooooh mais je suis tout à fait enchanté de vous revoir, tenez, je vous présente Anya, une jeune femme charmante !"

Il lui montra alors une chaise.

"Venez donc vous assoir, William vous prépare un couvert, j'espère que vous n'avez pas mangé !"

Puis il se rassit, et les comparses papotèrent un moment, de tout, de rien. Vladimir s'adressant fréquemment à la discrète Anya, lui faisant partager sa conversation.

(HRP : au tour de Seth)
Revenir en haut Aller en bas
Seth Liekaterinev

avatar


Messages : 2125
Date d'inscription : 06/09/2009
Age : 29


Age du Personnage : 24
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Cyberpolitain-Mathématicien
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Dim 3 Jan - 12:41

Seth laissa tomber son stylo et se massa les tempes. Les habitudes ridicules du vieil homme lui tapaient sur le système…les corrections manuscrites, il n’y avait que les Alchimistes pour avoir des idées aussi grotesques. Il saisit son cellphone et pianota rapidement quelques messages.

De : Seth à : Darkwater
Si tu es dans le secteur ramène toi.

De : Seth à :Eternae_Daniel@Astraylive
Je vais pas tarder.
Assure toi qu’il n’y a pas de problème.
Je serais à la fac demain normalement.


Puis se leva, passant son sac à l’épaule, et quitta la salle de réunion. Il avait encore passé sa journée chez le mafieux à trier toute sorte de documents, ne pouvant se résoudre à le faire chez lui, comme si « Elle » allait surgir au détour d’un couloir de la grande maison…
*Imbécile de Kedran..*

Le couloir était sombre, éclairé par un mince filet de lumière filtrant de la porte du grand salon. Quelques voix, encore une soirée « caviar » du vieux. Sans essayer d’en savoir plus sur la nature des invités le jeune homme poussa la porte d’un large mouvement et s’adressa directement au Parrain :
« Les dossiers sont sur votre bureau… concernant l’autre affaire…je suis certain que vous savez pertinemment où Elle se trouve… »
Vladimir termina tranquillement la phrase qu’il avait commencée à l’adresse d’une jeune femme délicate aux allures de gamines mais dont l’attitude réservée et attentive rappela immédiatement à Seth celle de ses meilleurs hommes de mains, puis se tourna vers son neveu :
« Encore une entrée cavalière comme celle-ci et c’est une sortie accélérée aidé par Vince et Jonathan que vous ferrez. »
« Vos menaces absconses ne… »

Son regard s’arrêta sur l’elfe qui sirotait pensivement un cocktail, le coude indolemment appuyé sur l’angle de la table, une partie de son visage dissimulé par son abondante chevelure sombre. Elle fit un bref sourire aux accents moqueurs mais se tint silencieuse.
« Phaera… »
Le capitaine esquissa une moue provocante puis s’appuya sur le dossier de sa chaise et répliqua dans une parfaite imitation du ton à la fois surpris et contrarié de son interlocuteur :
« Seeeeth. »

Les données venaient de changer brusquement. Ce n’était pas une simple réunion de gros bras de la finance qu’il venait d’interrompre… Le capitaine Xaraan et cette autre femme aux airs spartiates…Vladimir manigançait-il quelque chose avec l’armée ? Il ne restait qu’une solution pour se sortir honorablement de ce guêpier tout en s’assurant de l’ire du vieil homme. Récupérer Phaera. Savoir si le Parrain préparait quelque chose…et surtout lui gâcher son plaisir. ‘Il’ refusait de lui dire où Elle se trouvait… Seth était pourtant certain qu’’il’ ne pouvait que le savoir…peut importait, il retrouverait Ambre par ses propres moyens.

« Je sais que tu t’ennuie beaucoup à terre…mais de là à venir ici…mais je vois que vous avez terminé, je m’apprêtais à rentrer si tu veux je peux te raccompagner quelque part… »
Puis, s’adressant brièvement au vieux mafiosi et son autre invitée :
« Si cela ne vous dérange pas outre mesure… »

Les tribulations de « sport d’alcôve » auxquelles lui et Phaera se livraient plus ou moins régulièrement lors des brefs séjour de l’officier sur Astray, si elles n’avaient pas fait le tour de la presse people, restaient connus de certains ‘intéressés’. Et bien que Vladimir ai cessé depuis bien longtemps de s’occuper des ‘affaires’ de son neveu qu’il traitait avec le plus profond mépris, Seth se doutait bien que de se voir retirer l’une de ses invitées ne l’enchanterait pas.

[come on kéké]
Revenir en haut Aller en bas
Kedran Ellahkir

avatar


Messages : 1266
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 27


Age du Personnage : 26 ans
Alignement: Neutre Mauvais
Classe - Fonction: Technologue / Mercenaire
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Dim 3 Jan - 14:16

Le cellphone de Kedran se mit à vibrer. C'était un message du Boss.
Cellphone a écrit:
De : Seth à : Darkwater
Si tu es dans le secteur ramène toi.
- "haaaaaaaaa ... qu'est-ce qu'il me veux le boss encore ... ça lui a pas suffit que je lui ramène la fille ? ...

Kedran fit donc le chemin jusqu'à la demeure du vieux chnoque Sevastianev. Mais à peine arrivé son cellphone se remit à vibrer.

Cellphone a écrit:
De : Seth à : Darkwater
Ha j'oubliais, ne fais pas le con ! Je crois que le vieux trame quelque chose, je le sens alors tu ne fais pas de connerie. !
Kedran ne prêta aucune attention à la pique que venait de lancer son boss. Et se remit en chemin.

Il fût accueilli par le majordome étrange de Vladimir qui le guida vers la salle ou se trouvait les autres. A chaque fois qu'il voit ce majordome, Kedran ne peut s'empêcher de l'imaginer en train de dire
"Après tout, Je ne suis qu'un simple majordome ..." tout en se baissant la main sur le cœur, le genre d'attitude qui fait paraitre plus suspect que saint d'esprit ... Kedran ne savait pas d'où lui venait cette image ... Anyway ...

Il arriva à la salle commune si on peut dire. Il remarqua que bons nombres de gens étaient présent. Seth bien sûr, mais aussi Vladimir, logique. Il vit aussi une elfe, une belle femme elfe accoudée à la table. Puis il posa les yeux sur la jeune femme habillée dans une superbe robe de soirée. Étrangement elle lui rappelait quelqu'un, plus étrange encore, en le voyant rentré la jeune femme tiqua discrètement. Elle semblait connaitre Kedran.

Kedran réfléchit un instant, cette fille ...
"Mais oui c'est elle qui était avec la précieuse du boss ! faut que je le prévienne, ça pourrait crée des problèmes sinon ... mais comment ?" pensa t il

En Effet cette jeune fille très élégante en robe de soirée était la body garde de ambre, mais que faisait-elle ici avec le vieux chnoque ? et cette fille elfe ? En effet il se passait un truc bizarre et il devait voir ça avec le Boss mais comment le prévenir discrètement ?
"ha mais oui ! je sais !"

Soudain Seth s'adressa à lui d'un ton autoritaire comme a son habitude :

- "Bon reste pas planté la sur le pas de la porte !
- Ouai Ouai no stress boss ..." répondit Kedran. En effet il ne devait pas trop se faire remarquer.

Il s'installa non loin de Seth et soudain dit :

- "haaaa mince un message ... je m'excuse. "

Personne ne semblait porté attention à ce qu'avait dit Kedran, sauf Seth qui le foudroya du regard.

- "Désolé Boss mais les affaires de cœur n'attende pas ... c'est Sion tu comprend." dit-il en remettant ses lunettes et arborant son sourire carnassier habituel.
- " ... " Seth se frotta les yeux en signe d'énervement. "Dépêche toi ..."

cellphone a écrit:
De : Kedran à: Boss of the dead
Patron .. la fille en robe de soirée c'est la fille qui protégeait ambre .

[is you're turn Anya o/]
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Lun 4 Jan - 18:10

La soirée suivait tranquillement son cours et le dîner se poursuivait agréablement. Si la méthode de William avait montré ses limites dès l'entrée, le reste du repas rattrapait en revanche le tout. Vladimir, qui n'avait pas relevé les propos d'Anya (au grand soulagement de celle ci), s'était lancé dans le récit de plusieurs anecdotes personnelles. Le vieil homme se montrait si bavard que la plupart du temps sa jeune convive n'avait qu'à se contenter d'écouter en plaçant de petits commentaires de-ci de-là. Ce régime convenait bien à Anya qui n'avait jamais été particulièrement expansive. En plus cela lui évitait d'avoir à parler de ses antécédents militaires ce qui n'était pas non plus pour lui déplaire.

Bref, tout se passait relativement bien jusqu'à ce que William n'entre de nouveau, non pas pour apporter d'autres plats mais pour annoncer l'arrivée d'une invitée inattendue au nom à rallonge qu'Anya ne parvint pas à retenir en entier. Vladimir invita son majordome à la faire entrer et à lui préparer des couverts afin qu'elle puisse dîner en leur compagnie. Se tournant ensuite vers une Anya perplexe, il lui fit un rapide résumé du CV de la nouvelle arrivante. Anya dut se forcer à contenir un juron quand son hôte lui présenta la jeune femme comme une brillante militaire. Heureusement, quand la dénommée Phaera rentra dans la pièce, Anya su qu'elles ne s'étaient jamais croisées auparavant ce qui allait lui éviter un certain nombre d'explications.


"Enchantée Phaera." la salua sobrement Anya quand cette dernière s'installa à la table sans autre forme de procès.

Ce n'est que peu après, alors que la soirée semblait reprendre son cours d'origine, qu'un jeune homme fit irruption dans le salon sans avoir été annoncé. Se moquant éperdument du fait que Vladimir s'adressait déjà à ses invitées, l'individu lui déclara quelque chose d'assez obscure à propos de dossiers et de quelque chose ou quelqu'un dont Vladimir semblait sensé connaître la position. Le patriarche lui renvoya une réplique bien sentie, à tel point qu'Anya put sentir la tension entre eux comme si elle avait été matérielle. On aurait dit qu'ils étaient proches tout en se haïssant cordialement l'un l'autre. Le jeune homme semblait bien parti pour envenimer la situation quand il remarqua finalement la militaire elfe, le court échange qui s'en suivit révélant assez ouvertement leur relation. Anya pensait être au bout de ses surprise quand un visage connu entra à son tour dans la pièce qui commençait à tenir plus du moulin que du salon privé.

Un chevelure écarlate, d'étranges implants faciaux, un sourire carnassier... Pas d'erreur possible, c'était le poursuivant d'Ambre! Mais que pouvait il bien faire là?


"You?" ne put s'empêcher de murmurer la jeune femme en dévisageant l'homme de main. Un profond malaise l'envahit quand elle se rendit compte qu'elle avait parlé tout haut et il lui fallu un certain effort de volonté pour ne pas instinctivement s'emparer de son arme. Un vieil homme riche et puissant, une elfe qui travaillait pour l'armée, un jeune homme mystérieux au regard d'acier, l'enquiquineur aux cheveux rouges et tout ce joli petit monde semblait se connaître... Anya avait de plus en plus l'impression d'être fourrée jusqu'au cou dans un traquenard.
Quoiqu'il en soit il valait mieux rester calme. Avec un peu de chance elle ne faisait qu'une légère crise de paranoïa. Et puis s'affoler ne servait à rien de toute manière.

Plongée dans ses pensée, Anya ne remarqua pas le type aux cheveux rouges envoyer son message. En revanche, une chose attira de nouveau son attention. Ne venait il pas d'appeler le jeune homme "boss"? Cela voulait il dire que...?


*Jeez! This guy is the one who's chasing Ambre! Which means that I'm in a fuckin' deep shit...* se dit la jeune femme sans pour autant se départir d'un léger sourire de façade. Malheureusement, elle ne pouvait pour le moment que se contenter d'attendre en maintenant les apparences... Du moins tant qu'elle n'aurait pas trouvé un moyen de filer à la néothulianne...
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Lun 4 Jan - 20:17

Vladimir jeta un coup d'oeil à l'étrange échange qui se déroulait sous ses yeux.

"... Euh, hum."

Il essuya discrètement ses lèvres avec sa serviette et se leva. De son expérience, de son instinct lié à son "aura" alchimiste, il sentait quelque chose d'étrange. Phaera, Seth...

Le "you" a peine esquissé par Anya à la vue de Kedran, cette dernière qui se cantonnait à un rictus tellement visiblement faux, le "message" de Kedran à sa petite amie à peine après avoir vu Anya...

C'était un complot?

"Bon excusez-moi, je commence à me sentir mal. Je vais chercher ton dossier, Seth, et aller prendre mon traitement. Je suis vraiment navré, Phaera, Anya. Puissiez-vous me pardonner un jour, vous êtes encore les bienvenues ici.
Anya, vous voulez bien m'accompagner? J'ai un peu de mal à marcher et nous n'avons pas encore parlé de votre mère."

Il était acteur, si bon comédien... Et tellement habitué à ça.

***
Des applaudissements, un rideau qui se ferme, c'était il y a plus de cinquante ans. L'une des nombreuses représentations dans laquelle le jeune Vladimir jouait. L'apparence, l'improvisation, l'académie était en effervescence, la troupe était si douée...
***

Apparence, conversation, flatterie, gestes gracieux et démagogie. Vladimir semble beau, semble un père. Vladimir n'est qu'un vil despote qui mène son entreprise d'une poigne de fer.
Et désormais, c'est en Anya, qu'il a confiance. Certainement pas en Seth ni en son homme de main, ni en Phaera qui est apparemment... "proche" de son neveu.

Alors il s'éloigne, Anya feignant de le soutenir. Et part suivi de William sous le regard impuissant de Seth, de Kedran, de Phaera.

Arrivés à l'aile sud, il empoigne William :
"Informez-vous, quelque chose ne tourne pas rond !"

Et se retourne vers Anya :
"Vous avez l'air de... connaître Kedran? Ne me jouez pas la comédie... Étrangement le téléphone de mon neveu se met à sonner quand le rouquin se retourne, tout à l'heure Seth m'amène ma petite fille à moitié assommée qui file en courant juste quand nous prenons le thé, je vous prie de réellement bien vouloir me donner quelque information que ce soit, je ne peux pas leur faire confiance et leur demander... Un complot se trame, j'en suis sûr, ils veulent me destituer et faire pression sur ma petite fille pour l'avoir dans leurs rangs et pour avoir l'héritage que je suis censé lui léguer è_é
-...
-Et vous couchez aussi avec Kedran ou quoi?"

...
C'était presque ça... Vladimir est très intelligent, mais ce soir il ne l'est pas assez...


*epic fail*

(A toi Phaera xD)
Revenir en haut Aller en bas
Phaera.A Xarran

avatar


Messages : 647
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 30


Age du Personnage : 25
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Militaire, Pilote d'avion de chasse sur le Zenith
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mer 6 Jan - 19:04

Soirée mouvementée...
Phaera ne regrettait pas son arrivée chez les Sevastianev, elle qui errait dans les rues cyberpolitaines il y a quelques heures à la recherche d'une quelconque occupation était ravie du repas qu'elle venait de prendre, des nombreuses boissons consommées sans modération et surtout,comble de la soirée, l'arrivée de Seth et de son homme de main.
Elle ne pouvait s'empêcher d'esquisser un léger sourire en suivant la comédie jouée entre l'oncle et le neveux, et la réaction d'Anya face à l'homme de main de Seth, tout ceci avait provoqué une tension presque palpable.
La militaire restait silencieuse durant la scène et se contenta d'observer ce qu'il se passait tout en sirotant tranquillement un des nombreux cocktail servis par le majordome.

"Bon excusez-moi, je commence à me sentir mal. Je vais chercher ton dossier, Seth, et aller prendre mon traitement. Je suis vraiment navré, Phaera, Anya. Puissiez-vous me pardonner un jour, vous êtes encore les bienvenues ici.
Anya, vous voulez bien m'accompagner? J'ai un peu de mal à marcher et nous n'avons pas encore parlé de votre mère."

Phaera fit un signe de la tête, ne voyant rien à la comédie magnifiquement jouée par Vladimir, et laissa l'homme se faire raccompagner par Anya.

L'homme de main...
Une fois ce dernier sorti de la pièce elle ne pu retenir un rire moqueur qu'elle s'empêchait de lâcher devant Vladimir et Anya depuis que Seth avait reçu un message sur son cellphone tout de suite après l'absence du rouquin.

« Haha! Hahahahahahaha!! Non mais tu l'as trouvé ou ce type... » Dit-elle en montrant Kedran du pousse.
- Boss ! Je peux la descendre ? »><

Seth était resté silencieux ... Avant qu'il ne puisse ouvrir la bouche pour « péter son câble » Phaera reprit la parole...

« Haha! *Snif*... Nan mais t'étais sérieux a l'instant ? »
« Gné ? » rétorqua L'homme de main ne comprenant pas où voulait en venir la femme."

La militaire se leva lentement et tout aussi lentement se dirigea vers Kedran, Elle parlait de façon aguicheuse et moqueuse :

"Sincèremennntttt... niveau discrétion ...tu gèèères mon beau … J'ai jAmais vu un coup aussiiiiiii ... nuuuul ! Haha! "Désolé Boss mais les affaires de cœur n'attende pas ... c'est Sion tu comprend." Ha ! hahahahahahaha ! "

Elle s'était approchée à portée de l'homme et d'un geste tout aussi lent la femme approcha sa main pour titiller les implants situés sur le front du rouquin...

« Hihi ! C'est peut-être ce truc qui empêche ton cerveau de bien fonctionner … Il parle de quoi le message que t'as envoyé à Seeeeeth ? »

A l'expression sur le visage de l'homme la femme comprit qu'elle avait vu juste, elle sourit, satisfaite.
Puis enchaina :

« Sethouneeeeet ! J'espère que tu me mettras au parfum, J'aimerais savoir ce qu'il se passe ici »

Ensuite, reprenant son air sérieux, elle quitta la salle voulant retrouver Vladimir afin de s'assurer que celui-ci aille mieux avant de quitter la maison, Seth la laissa partir voulant sans doute régler quelque compte avec son homme de main.

Le couloir...
Elle traversa rapidement un couloir faiblement éclairé, et, arrivée à l'intersection elle surpris la une conversation :

"Vous avez l'air de... connaître Kedran? Ne me jouez pas la comédie..."

En entendant ces mots Phaera stoppa sa marche, la voix de Vladimir semblait différente et lui qui était souffrant auparavant n'en avait plus l'air.
Les pas du majordome se firent entendre, d'un geste discret et rapide elle entra dans la pièce la plus proche d'elle. Un peu plus tard, la jeune femme sortit la tête de la pièce s'assurant d'être bien seule, il n'en fallait pas plus pour entendre la discutions des deux personnages tant les vastes couloirs raisonnaient au son des voix.

« ... Un complot se trame, j'en suis sûr, ils veulent me destituer et faire pression sur ma petite fille pour l'avoir dans leurs rangs et pour avoir l'héritage que je suis censé lui léguer
-...
-Et vous couchez aussi avec Kedran ou quoi?"

... »

Enfin quelque chose de vraiment intéressant, il serait sans doute plus sage de partir et de ce mêler de ses affaires mais le : "Et vous couchez aussi avec Kedran ou quoi?" Poussa la femme à rester un peu plus longtemps... par curiosité...

(merci pour la correction, au suivant Smile )
Revenir en haut Aller en bas
Seth Liekaterinev

avatar


Messages : 2125
Date d'inscription : 06/09/2009
Age : 29


Age du Personnage : 24
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Cyberpolitain-Mathématicien
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mer 13 Jan - 17:54

Phaera quitta la pièce d’un pas léger et referma la porte derrière elle. Seth s’était immobilisé depuis le départ de Vladimir. Et Kedran…qui jouait maintenant les témoins à charge mais pour la mauvaise partie…
« PAUVRE CRETIN ! »
Saisissant les premiers éléments qui traînaient sur la table le jeune homme les jeta avec force sur son homme de main qui effectuait une danse grotesque visant à s’en sortir le plus indemne possible malgré la pluie d’ustensiles qui le frappait en guise de colère divine.
« Wooowooo Oh ! ça suffit boss ! »
Seth attrapa l’une des chaises décorées du salon et la souleva avec la force insoupçonnée que lui donnaient ses délires colériques, fermement décidé à l’écraser sur la tête du rouquin. Une inspiration de trop et la douleur dans sa poitrine le contraint à lâche son arme improvisée. Ce n’était pas le moment de faire une crise. Reprenant difficilement son souffle il releva la tête vers un Kedran confondu et complètement paumé :

« Tu comprends rien… il essaye de me coincer… cette fille et Phaera, elles sont là pour ça ! »
Depuis combien de temps Vladimir savait-il pour Ambre ? La petite scène du thé, son intervention inopiné, et la fille qui avait donné du mal à Kedran…Ambre qui disparaissait de nouveau à chaque fois qu’il finissait par la retrouver. Intouchable depuis leur séparation. Que cherchait au juste le parrain en organisant cette petite mascarade ? Et pourquoi se servir de Phaera dans cette affaire ?
« Ouais bon je me suis lamentablement cramé boss mais.. » S’excusa Kedran, interrompant le fil de ses pensées qui se faisait de plus en plus abstrait, altéré par une nouvelle crise de paranoïa.
« Ha ta gueule ! T’as rien cramé du tout, ils savent tout j’en suis sûr…mais ils ne s’attendaient pas à ce que tu débarques visiblement. Ce vieux pourri joue la comédie, je suis plus malade qu’il ne le sera jamais… »
Phaera…il ne se souvenait pas lui avoir jamais parlé d’Ambre…alors pourquoi ? C’était peut être en rapport avec le récent trafique d’armes qu’il avait initié sans tenir Vladimir au courrant…dans ce cas depuis combien de temps était-il au courrant ?
« Donc j’ai été bien inspiré ! » Le coupa de nouveau Kedran.
« C’est moi qui t’ai sonné abruti… »
Le vieux jouait avec lui depuis le début. Mais il ne se laisserait pas dépasser par les événements, pas comme la dernière fois. Il fallait savoir, comprendre et faire taire. Se débrouiller pour abattre « Anya » ? La faire parler ?...Phaera serait plus simple à piéger que cette fille qu’il ne connaissait pas.

***
Phaera planquait dans la salle de réunion non loin du vieux et de son bâton de vieillesse improvisé, son comportement surpris un instant Seth, l’affaire semblait plus complexe que ça. Le capitaine ne travaillait peut être pas exclusivement pour le mafieux…il se glissa silencieusement dans la pièce par la porte du fond, Kedran sur les talons.
La militaire sursauta et se retourna vivement, alertée par ses sens aiguisés, et se retrouva face à un canon de silencieux.
Kedran le soutenait à une distance raisonnable, Phaera n’était pas une cible facile et il n’était pas armé de son calibre habituel, deux éléments qui justifiaient amplement d’assurer ses arrières. Calmement la femme, se recula, semblant jauger la situation comme le voulait son soldatesque formatage.
« Bien essayons de régler ça entre gens civilisés. Tu vas gentiment m’expliquer ce qu’il se passe ici « mon ange »… » dit Seth en affichant un large sourire dément.


* Arrête. Tu ne dois pas te laisser emporter. Il n’hésitera pas à te faire interner si tu lui en donnes la possibilité.
Continue. Ils avaient tout calculé depuis le début. Tu ne dois pas le laisser de devancer, tu ne dois pas « la » laisser gagner. *


[hrp: et ben voilà! vous m'avez tout cassé mon Seth qui commençait à aller mieux... bande de gougnafiers! ]
Revenir en haut Aller en bas
Kedran Ellahkir

avatar


Messages : 1266
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 27


Age du Personnage : 26 ans
Alignement: Neutre Mauvais
Classe - Fonction: Technologue / Mercenaire
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mar 19 Jan - 13:04

"Rapport sur les conneries effectuées par Kedran Ellahkir, au domicile de Mr Vladimir Sevastianev.
Le prévenu a effectué une technique de transmission de message par technologie telephonique cellulaire (un Cellphone quoi ...), pour essayer de prévenir son patron, Mr Seth Liekaterinev ou "Boss", de la menace pesant au vu de la présence de, je cite le prévenu, "la pouffiasse" qui protégeait Mlle Ambre Sevastianev, appeler aussi "Amby" voir "lèvres en feu" par le prévenu.Sa tentative a raté et attiré l'attention sur le prévenu et Mr Liekaterinev, le prévenu est condamné à se prendre des claques sur la gueule par son patron"


Voilà à peu près ce que pensait Kedran au moment où il entendit Seth gueuler et lancer des chaises et tout ce qu'il y avait dans la pièce, se prenant pour le héros d'un Shoot them up tout pourris.

-" heyyy boss calmez vous ! Vous aviez qu'à mettre votre cellphone sous silence avant de rentrer aussi !" Lança kedran en évitant avec une chorégraphie digne de Kamel Wila les projectiles de Seth. " je pouvais pas savoir j'ai essayé de vous prévenir moi !"

Seth se calma sur le lancer de chaise, pratique où il pouvait facilement avoir la médaille d'or avec un abruti comme kedran pour cible,mais ne se calma point sur les insultes et autres sobriquets qu’il donnait à kedran lors de ses mauvaises passades. Mais là vint un moment assez grave, certes Seth avait déjà voulu tuer des gens sur un coup de tête mais jamais dans ce genre de situation critique. Mais là, de demander de but en blanc un des flingues de Kedran pour aller faire la fiesta avec l'elfe noir ... c'était nouveau !

-"Mais boss, on est pas chez vous là ! c'est pas le moment de faire le con a vouloir éliminer des gens là !" dit Kedran assez inquiet, en effet il savait que si l'un deux merdait un jour, le vieux pervers de Vladimir (nouvelle idées de nom qu'il a eu pile au moment où il vit le vieux Sevastianev en compagnie de "la Pouffiasse" en robe de soirée) saurait les faire canarder dans un coin du manoir avec discrétion et toute sa clique de mafioso.. "Calm Down ok ?"

-"Ta gueule abruti ! Je ne vais pas éliminer, je vais questionner… " rétorqua Seth qui devenait de plus en plus rouge de colère (ce qui change de son tain blafard de malade)

-" ho je vois !" Dit kedran sur un de ses tons de prédilection.. "Tu sais moi .. c'est rare que j'ai à questionner, la diplomatie et tout c'est pas mon truc" ajouta kedran affichant un sourire carnassier. "Tenez il est à vous, mais faite attention hein ! Il est précieux !".

Kedran sorti de son manteau en cuir noir, un superbe pistole reluisantt, y installa un silencieux et le tendit à son patron.

-"Je sais me servir d'un flingue, aussi gros soit-il abruti ... Bon allons-y elle a dû aller dans une des salles pas loin."

-"Allons-y Alonzo ..."
Soupira Kedran, qui commençait à en avoir marre de cette journée.

***

Kedran resta un peu en retrait à distance raisonnable, juste assez pour entendre tout ce qui se passe et pouvoir agir. Là plus question de déconner il rentra en mode sérieux et commença à scruter discrètement (et je veux dire par là de la vrai discrétion pour une fois ...) les moindres fais et geste de la part de tout le monde et plus particulièrement de la capitaine Phaera, si jamais ça devait dérapé il pouvait sans doutes essayer de sauver son boss.

Il vit Seth se faufiler tel un serpent vers l'elfe qui devait avoir maintenant découvert le dangereux joujou que tenait Seth dans sa main et reculait légèrement dans la salle en refermant la porte.

"Faites gaffe boss ... c'est une militaire, c'est pas une vulgaire nana ... ça sent le roussi" Pensa Kedran qui devenait un peu inquiet. Il aimait pas les truc trop discret du style de Seth, interrogatoire etc. Lui c'était l'action qui l'intéressait.

Il entendit seth parler à l'intention de Phaera.


-"Bien essayons de régler ça entre gens civilisés. Tu vas gentiment m’expliquer ce qu’il se passe ici « mon ange »…"

"Mon ange" ... cette expression faisait froid dans le dos dans la bouche de Seth, ce n'est pas le genre d'homme a dire des gentillesse, et même si il les dit c'est souvent de manière ironique, ce qui se faisait la. Kedran eut un sourire a ce moment là.

-"Et c'est parti pour la Fiesta ..." Soupira doucement Kedran.

***
-" Je ne vois pas trop ce que je pourrais expliquer… " un sourire entendu s’étala sur les lèvres de l’elfe.
-" Ta gueule… ferme ta gueule Phaera!… Je sais très bien que tu te fout de moi!"
-"comment tu veux que je t’explique quelque chose si je doit la fermer ?"
Seth perdait visiblement son calme et son ton augmentait au fur et à mesure.
-"Tu travailles pour qui hein ? Les flics ? L’armée ? Ça fait combien de temps que tu te payes ma tête et celle du vieux ?"
-"T’es cinglé…"
-"Arrêtes de te foutre de moi !!! C’est quoi cette petite réunion avec ta copine déguisée en civile qui sent le mercenaire à 10 mètres !?"
-"Je la connais pas cette fille…elle couche avec Kedran ?"
_"биться как блядь на хую tu vas parler je te jure… "
-"Je veux bien, mais de quoi ?"
-"блядище ! Je vais te.."

Kedran regarda d’un œil détaché son patron se plier en deux, une main sur la poitrine, son speach de la mort complétement out. Il fallait que ça arrive, ça traînait depuis tout à l’heure sa crise…

[H.R.P] Au suivant o/[H.R.P]
Revenir en haut Aller en bas
Anya Stadtfeld

avatar


Messages : 47
Date d'inscription : 10/09/2009


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Mercenaire cyberpolitaine
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mar 19 Jan - 16:46

Au rythme où les choses allaient, l'air deviendrait bientôt irrespirable dans le luxueux salon, pour certaines personnes du moins... Anya, en particulier avait presque l'impression que l'oxygène se raréfiait vraiment à mesure que la crainte stimulait son rythme cardiaque. Cette réaction instinctive de son corps n'exprimait que trop bien le danger qui commençait à peser sur elle. Il fallait qu'elle se sorte de là, d'une manière ou d'une autre et aussi qu'elle retrouve Ambre. Il fallait qu'elles aient une petite discussion à propos de ce bazar toutes les deux.

Heureusement pour la jeune femme, sa porte de sortie se manifesta d'elle même en la personne de Vladimir. En effet, ce dernier qui semblait avoir perçu l'atmosphère pesante qui s'installait peu à peu, avait décidé de s'éclipser en proposant à Anya de l'accompagner. La situation n'était donc finalement pas si désespérée...seulement grave... A ambiance précaire, solution précaire. Anya suivit docilement le patriarche sans trop réfléchir aux implications résultantes de ce choix. L'ex-militaire fit mine de soutenir le vieil homme jusqu'à sortir du champ de vision des trois visiteurs impromptus. Vladimir était tout à fait capable de se mouvoir seul et n'avait en aucun cas besoin de son appuis, il lui avait donc volontairement permis de s'esquiver. Cela prouvait bien que l'élégant chef de famille avait suffisamment de jugeote pour avoir saisi la plupart des enjeux de la scène. Au moins ne semblait il pas être de mèche avec le rouquin et son boss, comme l'avait laissé présager ses échanges avec ce derniers. Anya commençait peu à peu à étoffer ses hypothèses sur l'étrange famille des Sevastianev.

Quand ils furent assez loin, Vladimir envoya son majordome se renseigner sur l'étrange manège qui se jouait sous son toît avant d'asséner sans ménagement ses théories à Anya en tête à tête. En réalité, Anya n'était pas comme il semblait le penser, au fait de toute l'affaire et ce fut lui qui lui apprit qu'Ambre avait été amenée par Seth dans la propriété mais qu'elle avait finalement réussit à s'enfuir. Elle s'était donc faîte capturer juste après qu'Anya l'ait laissée partir de son côté. La jeune femme se maudit intérieurement pour une telle négligence. Le rouquin avait dû les suivre après tout...
Heureusement Ambre avait filé et Anya n'avait donc pas à se préoccuper, en plus de ses propres ennuis, d'un éventuel sauvetage de son employeuse du matin.
La jeune femme put donc se concentrer de nouveau sur le patriarche et sa théorie du complot. Il l'avait aidée à deux reprises aujourd'hui, mais pouvait elle vraiment lui accorder sa confiance? Et plus encore, pouvait elle lui parler d'Ambre sans trahir la confiance de cette dernière?
Le risque ne valait pas la peine d'être couru...pour le moment du moins. Décidément, elle allait vraiment devoir mettre la main sur Ambre dans les plus brefs délais!


"Écoutez, je ne sais malheureusement rien à propos d'un quelconque complot vous visant. Je n'avais d'ailleurs jamais vu Seth jusqu'à ce soir. Concernant votre petite fille je n'en sais pas plus, je regrette..."

Un léger silence s'écoula suite à la question de Vladimir sur la relation entre Anya et le rouquin.

"Et NON, Kedran et moi n'avons pas ce genre de rapports. Notre relation est disons...strictement professionnelle. Il s'avère juste qu'un différent nous oppose dernièrement."

répliqua finalement Anya qui tentait de manoeuvrer afin d'éviter certains sujets sensibles comme "nous avons faillit nous entre-tuer alors que je protégeais Ambre", "je ne l'ai rencontré que ce matin en même temps que votre petite fille" ou encore "ah je ne vous l'ai pas dit? Je suis une mercenaire armée et potentiellement dangereuse qui vend ses services au plus offrant!".

Anya s'apprêtait à reprendre la parole pour empêcher Vladimir de relever les failles qui parsemaient ses vagues explications quand elle entendit quelque chose provenant d'une salle non loin d'eux, comme des voix étouffées. Instinctivement, elle leva un doigt devant ses lèvres pour indiquer à Vladimir de se taire et tourna un regard inquisiteur, quoique vaguement inquiet dans la direction d'où provenait la discussion dont le sens était néanmoins inaudible depuis leur position. Dans le même temps, sans qu'elle ne l'ait vraiment commandé, sa main droite s'était posée sur la crosse de son arme toujours dissimulée au regards.
Ce même sentiment d'insécurité qui l'avait poussée à accepter l'aide de Vladimir sans vraiment y réfléchir recommençait à poindre aux tréfonds de son esprit. Les trois gêneurs les avaient ils suivis pour surprendre la conversation?

Ou bien était ce une sombre machination pour faire avouer à Anya où se trouvait Ambre. Vladimir était il lui aussi dans la combine?

Non, il fallait se calmer. Il y avait une différence entre se préparer aux différentes éventualités et sombrer dans la plus totale des paranoïas. Vladimir ne pouvait pas savoir et il n'avait aucune raison de venir en aide à ce Seth. Leur haine mutuelle était réelle, Anya avait pu le sentir.


"Cette porte, sur qu'elle pièce donne-t-elle? Peut on y accéder depuis un autre endroit?"

chuchota la jeune femme à l'attention de Vladimir, le regard toujours posé sur le battant d'où s'étaient élevé des voix qui semblaient s'être tues à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Phaera.A Xarran

avatar


Messages : 647
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 30


Age du Personnage : 25
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Militaire, Pilote d'avion de chasse sur le Zenith
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Sam 23 Jan - 18:38

Dans la merde...
On ne pouvait pas dire mieux, Phaera l'était bel est bien. L'elfe s'était plaquée contre le mur regardant de part et d'autre les deux armes pointées sur elle, discrètement elle prit une légère inspiration pour se détendre et oxygéner son cerveau, il fallait trouver rapidement une échappatoire...


***

Mission 01...

Objectif …

Trouver une échappatoire et neutraliser les cibles

Cibles :
seth liekaterinav, santé : faible, psychologie : faible, état : énervé/surexcité/incontrôlable. /!\ Danger/!\ Aéris 5 verrouillage radar net par bandit à 12h, prêt a faire feu a tout moment, décrocher Aéris 5 !

Kedran Ellahkir : santé : bonne, psychologie : normale, état : Amusé/dissipé/en retrait./!\ Danger/!\ Aéris 5 verrouillage radar net par bandit à 10h, dégagez-vous de là Aéris 5 !

Objectif secondaire...

Éviter de se faire repérer par l'équipe 2 situé dans le couloir.

Note : L'équipe 1 ayant déjà pris le contrôle du terrain, vous risquez d'être abattus avant décollage, vous ne pouvez que atteindre le leader avec l'équipement de votre appareil, sa psychologie étant faible et son état de santé s'aggravant il serait préférable d'attendre le moment opportun avant d'intervenir sur la cible. Il semblerait qu'il voudrait vous retirer quelques informations à propos de quelqu'un, essayer de gagnez du temps...
Bon courage Aéris 5 …


***

-"Arrêtes de te foutre de moi !!! C’est quoi cette petite réunion avec ta copine déguisée en civile qui sent le mercenaire à 10 mètres !?"
-"Je la connais pas cette fille…elle couche avec Kedran ?"
_"биться как блядь на хую tu vas parler je te jure… "
-"Je veux bien, mais de quoi ?"
-"блядище ! Je vais te.."


Seth se plia en deux, la main sur la poitrine, ses problèmes de santé commencer à refaire surface...

***

Aéris 5 autorisation de faire feu, le radar a détecter un bug se propageant dans le système éléctronique de la cible .
Bien reçut, Aéris 5 j'engage !


***

Seth s'était redressé lentement un filet de sang coulant de sa bouche, sa crise était au plus haut point, mais sa rage ne faisait que s'amplifier à chaque minute, dans un dernier cri de haine il finit...

" C'est Ambre qui a tout planifié depuis le début..."

A ces mots l'homme vacilla un moment, Phaera se jeta sur lui aussi rapidement qu'elle le ferait dans son V35, elle plaqua l'homme au sol, le désarma et pointa l'arme sur la tempe de celui-ci.
Elle l'avait immobilisé avec son genoux bloquant son bras droit qui menacait de casser a tout moment... Elle releva lentement la tête laissant l'éclat rouge vermillon de ses yeux prendre la place de leur couleur noire d'origine ...


Kedran n'eut pas le temps de réagir, sans doute pensait-il que la femme était déjà morte et que ce n'était qu'une question de temps, il n'eut le temps de pointer son arme que lorsque Phaera pu immobiliser Seth.

***

Mission 02 …

Objectif …


Soutirez des informations à propos d'Ambre …

Objectif secondaire …


Éviter de se faire repérer par l'équipe 2 situé dans le couloir.

Note : Cible 1 maitrisée et en mauvais état, la cible rouge semble être plus coopérative, il serait conseillé de lui soutirer des informations en menaçant le leader ….


***



" Tu te calmes le rouquin! c'est quoi votre délire? et c'est qui cette Ambre?"

" woho...be quite... c'est la meuf du patron..."


Phaera tira un peu plus sur le bras de Seth lui laissant échapper un cri de douleur et quelques insultes dans une langue inconnue d'elle.

« Dépêche ou je l'abat !
-Okay euh...elle l'a largué y'a genre plus d'un an et personne sait où elle est... il la cherche...
-Et ensuite !
-Bah je sais pas moi ! C'est pas comme ci je dormais dans le lit du Boss é_è! »


Seth continuait ses insultes dans sa langue maternelle malgré la compression de sa poitrine par le genoux de l'elfe, il suffoquait et Kedran paniquait de plus en plus ...


[Admin: pas de couleur dans les textes! Nondidjou!] (han désolé :s rajout d'une illu, un peu caca mais c'est pour des test et mon scan est trop petit pour la prendre en entière donc voila ^^')
Revenir en haut Aller en bas
Vladimir Sevastianev

avatar


Messages : 35
Date d'inscription : 22/09/2009


Age du Personnage : 71
Alignement: Neutre Absolu
Classe - Fonction: Philosophe - PDG d'immenses groupes pharmaceutiques
MessageSujet: Re: Family blues [libre]   Mar 23 Fév - 14:15

" C'est Ambre qui a tout planifié depuis le début..."

Alerté par ce qu'il avait entendu, Vladimir regarda un instant Anya, les sourcils froncés, et décida de se diriger en direction de la salle.
Les paroles inaudibles semblaient pourtant relativement menaçantes. Ordre du manoir troublé, souper dérangé... Et quoi d'autre encore ?

Le vieil homme frappa du poing la porte qui s'ouvrit sans résistante et vit Phaera, menaçant Seth avec un Kedran visiblement contraint de rester en retrait.

"QU'EST CE QUE C'EST QUE CE FOUTOIR ????????????"

Hurla Vladimir.

"Xarran !! Je vous somme de lâcher votre arme ! Vous n'êtes pas dans votre camp militaire ici !!! Qu'est ce que c'est que ça ???"

Théorie du complot...
Ou pas.

Ambre planifier quoi ?
Kedran connaissant Anya depuis le matin. Daphné, l'une des "conquêtes" de Seth, qui est d'ailleurs le patron de Kedran...
Mais que venait faire Ambre dans cette sordide histoire ?
Son cerveau bouillait sous des émotions intenses variant de colère, à incompréhension, en passant par toutes les nuances de paranoïa possibles.

"C'en est assez Xarran !!! Vous me fichez le camp d'ici et plus vite que ça !!! Croyez-moi que je vais en informer vos supérieurs si vous ne dégagez pas immédiatement et que je vous revois dans les parages !!! Vous Kedran arrêter de rester là l'air abruti !!! Vous me sortez tous par les yeux !!!"

Avant qu'il aie pu proférer la moindre menace supplémentaire, de nombreux gardes accoururent et pointèrent leurs armes en direction du trio.

"Xarran, je suis désolée de vous mettre à la porte, mais il y a vraiment des choses trop incompréhensibles pour que vous puissiez faire partie de mon cercle d'entourage."

Puis, s'adressant aux gardes du corps et au majordome :
"Pas de brutalité. Qu'elle sorte suffira."

Enfin, il se retourna, lançant un dernier regard méprisant à Seth et posa sa patte sur l'épaule d'Anya.
"Je suis sincèrement navré... Anya... Puissions nous nous rencontrer à nouveau en d'autres termes, je vais me retirer..."

Et il disparu dans les méandres des couloirs chargés de sculptures, de broderies et de tableaux de maître de sa demeure alchimiste, laissant derrière lui un nuage de rancœur et d'aversion profonde pour ce qui aurait pu être...

Une bonne journée.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Family blues [libre]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Family blues [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Technopolis - Secteur des Technopolitains :: Consortium :: Résidential district-
Sauter vers: