AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kendan Lestrez'ia

avatar


Messages : 16
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 35


Age du Personnage : 28 ans
Alignement: Loyal Neutre
Classe - Fonction: Second du Capitaine Drake Calahaan
MessageSujet: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Ven 23 Oct - 16:13

Rituel quotidien, le peuple des Longalos se lève en même temps que le soleil. Leur sang bouillonne déjà d’énergie tandis que l’astre du jour inonde la plaine de leurs ancêtres de son voile orangé. Il fait chaud, la houle souffle paisiblement sur l’herbe grasse.

Un matin parmi tous ces matins, Kendan Lestrez’ia se leva un peu plus tard que les autres, étrangement. Il resta simplement quelques minutes de plus le regard accroché au plafond, les mains sur le ventre, à mélanger encore et encore les différentes pensées qui perturbaient son esprit habituellement tranquille.
Hier soir, encore, il avait vu Rhillis sortir de sa hutte avec une sacoche vide sur l’épaule. Elle prétendait à tous qu’elle allait chercher des herbes pour la cuisine, mais il n’en était rien, et Kendan ne le savait que trop bien. Plusieurs fois il avait surpris ce petit manège et cela avait éveillé sa curiosité, lui qui, d’habitude, ne faisait pas attention aux autres.

Chaque soir, on fête la vie. Chaque soir, on entonne un hymne qui fait écho aux étoiles pétillantes dans le ciel noir. Chaque soir, on entoure le feu géant de corps saccadés, de mouvements amples ou brusques, et les rires se joignent aux bruits des pas qui foulent le sable rouge.

Kendan se leva brusquement de sa couche et franchit la peau tannée qui faisait office de porte à sa hutte. Il regarda longuement les quelques personnes évoluant dans le village, à la recherche d’un unique visage, de cette âme sacrilège qu’il réprouvait au fond de lui. Très vite, il se détourna, ayant reconnu entre temps une silhouette se dirigeant vers la forêt un peu plus loin ; il s’habilla d’un simple pagne bleu sombre et fourra dans sa poche arrière une dague que lui avait offerte son père le jour de ses dix ans. Elle était incrustée d’une large pierre noire, polie par le temps, et la lame légèrement rouillée vers le manche prouvait que l’arme ne datait pas d’hier.
Kendan quitta sa hutte d’un pas déterminé.

Certaines nuits de pleine lune, on va demander un indice sur sa destinée au chaman. Tout demander serait un sacrilège, car tout savoir sur sa vie ce serait comme tracer une ligne entre deux huttes voisines, inutile. Deux femmes appliquent d’abord une teinture rouge sur le front, puis elles passent un collier de coquillages autour du cou, symboles du voyage astral.

Tel un chasseur traquant une proie, Kendan posa ses pas sur ceux de Rhillis, tout doucement, avec cette prudence sûre qui lui allait si bien. Morion’ka, son père, n’aurait jamais approuvé cette filature, mais il serait encore plus outré d’apprendre la vérité sur la femme qu’il aime, et Kendan dans tout cela n’était même pas sûr de vouloir tout lui dire. D’abord, il souhaitait en avoir le cœur net. Constater de ses propres yeux l’infamie que causait chaque mois cette femme en allant vendre des potions aux humains qui foulaient son île, ou plutôt l’île des hybrides, Ekthranexos.
Son allure était soutenue, sa démarche souple et fluide. Le soleil perçait le feuillage vert des arbres du petit-bois voisin de son village. L’ombre et la lumière s’alternaient tour à tour sur le visage concentré du jeune homme.
À 15 ans, Kendan était déjà un homme. C’est à 12 ans à peine que les jeunes angsalvoriens commence à chasser, or les futurs hommes de son peuple ne passent pas par un rituel initiatique, comme certains pourraient le croire. Non, il leur suffit simplement de prouver qu’ils peuvent se débrouiller rapidement et sans l’aide de personne. Jusqu’à 11 ans, les jeunes garçons habitent la hutte familiale, ensuite c’est à eux de construire celle qui les abritera durant tout le reste de leur vie.
Kendan était donc un homme, et il voulait par-dessous tout éviter que la honte s’abatte sur son père, mari de traîtresse, si jamais quelqu’un d’autre venait à découvrir le secret bien gardé de Rhillis.



(NB : je posterais petit bout par petit bout, ce sera plus sage)
Revenir en haut Aller en bas
Kendan Lestrez'ia

avatar


Messages : 16
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 35


Age du Personnage : 28 ans
Alignement: Loyal Neutre
Classe - Fonction: Second du Capitaine Drake Calahaan
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Dim 1 Nov - 12:11

La silhouette gracieuse de Rhillis enveloppée dans son grand châle en laine bifurqua derrière un gros rocher. Kendan s’arrêta juste à temps pour ne pas se faire repérer et leva un peu la tête pour voir de quoi il en retournait. La jeune femme s’était arrêtée dans une petite clairière déserte, face à l’entrée d’une caverne sombre. Le vent du petit matin s’y engouffrait avec force et l’on croyait entendre un râle profond ressortir de la caverne, comme si elle avait été vivante. Le soleil n’avait pas encore terminée sa course dans le ciel.
Kendan cligna des paupières puis se les frotta. Il se sentait encore légèrement fatigué, fatigué d’avoir passé la nuit à tergiverser sur cette tentative d’espionnage. Il s’assit en tailleur sur le sol pour se reposer deux minutes et ferma un court instant les yeux. La fraîcheur matinale lui picotait la peau et il sentait des pattes courir le long de son bras droit. Une abeille bourdonna au coin de son oreille et l’odeur de la rosée lui chatouilla les narines. La communion avec la nature était toujours un instant merveilleux, si apaisant, cette nature si généreuse par l’énergie qu’elle lui apportait.
Un craquement survint. Ses yeux se rouvrirent comme s’ils ne s’étaient jamais fermés, instantanément. Son regard de nouveau tourné vers la clairière lui fit constater que Rhillis n’était plus dans les parages.

Kendan se releva rapidement et contourna le rocher pour atteindre le centre de la clairière. Les traces de pas de sa belle-mère ne continuaient pas vers la forêt. Il fronça les sourcils, inquiet. Où pouvait-elle bien avoir disparu ?

« Kendan ? »

Le jeune Angsälvor se retourna. Rhillis se tenait contre une des parois de la caverne, un sourire surpris aux lèvres.

« Que fais-tu ici ? »

L’expression de Kendan garda toute sa gravité. L’heure était aux explications, et il comptait bien les obtenir. La jeune femme s’avança vers lui, sa besace autrefois vide désormais remplie par on ne savait quoi.

Un deuxième craquement survint.

Un éclair surgit des ténèbres, lueur rouge virevoltante qui transperça brutalement le ventre parfait de Rhillis. Du sang jaillit de la blessure comme de la bouche de la pauvre femme. Elle convulsa. La chose se retira d’elle et la jeta sur la côté, comme un détritus négligeable. Kendan, horrifié mais incapable de bouger, se retrouva face à une tête de serpent qui devait bien être plus grosse que la sienne.

La créature le fixa un long moment, sans ciller, décrivant un léger balancement de haut en bas. C’était bien une tête de serpent, rougie par le sang de sa victime et dont les écailles vertes et ternes scintillaient sous le soleil naissant. Soudain elle ouvrit la gueule, siffla de mécontentement, mais au lieu d’attaquer, elle se retira dans l’ombre de la caverne aussi rapidement qu’elle était venue.

Kendan ne semblait toujours pas croire ce qu’il venait de voir. Assister à une telle scène, si violente, si brutale… Il fixa sans comprendre le corps inerte de sa belle-mère couchée sur le sol sableux. Il ne réagit qu’au moment où un souffle rauque s’extirpa difficilement de sous les cheveux de Rhillis.

« Rhillis ! »

Il la retourna et la prit dans ses bras. Quelques mèches de cheveux noirs glissèrent sur son front, révélant quelques bleus dus au choc de la chute. Elle réussit à grimacer un sourire entre deux sanglots comvulsifs de Kendan qui commençait enfin à réaliser.
Il n’avait pas voulu ça.
Pourquoi n’avait-il pas réagi plus vite ? Pourquoi ne l’avait-il pas sauvée ?
Pourquoi, pourquoi… Cela c’était-il fini ainsi ?



De faibles mots sortirent de la bouche pleine de sable de la jeune femme.

« Je… Je veux que tu me pardonne, Kendan… »

Une larme s’écrasa contre la joue de Rhillis. Le jeune homme serra des dents mais ne put s’empêcher de pleurer. Il prit l’une des mains de Rhillis dans la sienne et la porta à ses lèvres, d’abord en silence.

« Je n’ai… je n’ai jamais cru que je pouvais t’aimer, manae, parce que tu avais osé remplacer ma première mère. Mais en fait… tu m’as tout donné, et moi je ne voyais rien. Je ne voyais pas que toi tu m’aimais profondément. Alors c’est à toi de me pardonner pour avoir été si dur avec toi depuis tout ce temps. »

Ses paroles avaient été saccadées, durement prononcées. Il ne pouvait croire qu’il se rende compte d’une chose aussi évidente dans un moment aussi pénible.
Rhillis sourit un peu plus. Dans ses yeux commençait à s’éteindre cette petite flamme qui fait de nous des êtres vivants. Ses traits se détendirent, son corps s’apaisa, se donna tout entier à l’enlacement de ce fils qu’elle n’avait jamais osé aimer au grand jour, et un dernier souffle s’échappa de ses lèvres déjà bleuies.

Kendan se crispa soudain. La tristesse fit place subitement à la peur. Il sentait un souffle chaud et nauséabond effleurer ses cheveux. Il osa alors relever la tête vers l’habitant de ces lieux obscurs.
Une tête de fauve était sortie de l’ombre et des silhouettes serpentines dansaient autours de lui, lentes mais prêtes à frapper. Le soleil parvint enfin à la fin de sa course et désormais Kendan faisait face à une créature dont l’apparence le terrifiait.

Sa crinière de lion était donc faite de serpents, bien plus imposants chacun que des anacondas, et le reste de son corps n’était qu’une masse informe couverte de plumes grisâtres. Une véritable horreur. Son haleine, que Kendan sentait même à une certaine distance, puait la mort, la chair décomposée des victimes tombées sous ses dents acérées. Une patte apparut soudain de sous cette masse informe et se tendit vers Kendan, très lentement. Le jeune homme réagit seulement en serrant le corps sans vie de sa belle-mère contre lui, comme pour la protéger, mais n’eut même pas la force de se lever pour s’échapper.
La griffe la plus grosse de la patte se planta dans la sacoche de Rhillis et la tira ensuite dans l’ombre. La bête grogna de satisfaction et Kendan ne vit plus ses deux yeux jaunes briller dans le noir. Elle était partie.

« Par Freyr le tout puissant !! »

Kendan sursauta. Un homme se tenait en lisière de la clairière et fixait d’un air abasourdi le pauvre adolescent couvert par le sang de Rhillis. Il resta immobile durant un petit instant puis se décida enfin à rebrousser chemin avant que Kendan ne puisse réagir.

Revenir en haut Aller en bas
Kendan Lestrez'ia

avatar


Messages : 16
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 35


Age du Personnage : 28 ans
Alignement: Loyal Neutre
Classe - Fonction: Second du Capitaine Drake Calahaan
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Mer 18 Nov - 13:56

Une bonne partie de la tribu entourait désormais la clairière où se trouvait assit Kendan. Un silence de stupéfaction pesa d’abord, puis les chuchotements d’interrogations s’amplifièrent de plus en plus au fur et à mesure que la populace se faisait plus dense. L’évidence de la mort de la femme du chef ne se fit que lorsque Amarathy, la sœur de Rhillis, poussa un cri d’horreur en la voyant ainsi couverte de sang dans les bras de son fils adoptif. Elle se jeta à genoux juste devant eux et avec la force du désespoir elle arracha le corps sans vie de sa sœur des bras de Kendan.
Il ne tenta pas de l’en empêcher. L’horreur marquait également ses traits et le poids de la culpabilité enflait à mesure qu’il voyait les lueurs d’incompréhension et de colère qui brillaient dans les yeux de son peuple.


Reniement.

La foule s’agita. Quelqu’un tentait de se frayer un chemin dans celle-ci et très vite apparut la silhouette charismatique du chef des Logalos, Morion’ka. Il resta d’abord interdit face à cette scène, les deux bras relevés pour inciter le reste des Angsälvors à ne pas avancer. Des tas d’expressions passèrent sur son visage marqué par les ans : il passa de la confusion totale à une colère sourde qu’il réprima pourtant du mieux qu’il pu.

Après tout c’était son unique fils qui se tenait au centre de toute cette histoire.

Morion’ka ne prononça aucun mot. Il préféra se tourner vers le cadavre de sa bien-aimée et d’une main presque tremblante il repoussa les cheveux du visage de Rhillis. Quelques mots rassurants furent soufflés à l’attention d’Amarathy qui pleurait abondamment mais cela ne suffit qu’à peine à la consoler. Voilà que sa seule famille avait désormais rejoint le monde des morts.


« Freyr tout puissant, accueille cette âme en ton sein et aide la à pardonner celui qui lui a fait ça… » récitait-elle frénétiquement tout en berçant le corps sans vie de Rhillis.

Enfin, après quelques minutes d’hésitation apeurée, Kendan se releva et il vacilla jusqu’à son père car ses jambes ne semblèrent plus vouloir le soutenir. Des coups sourds vrillaient douloureusement son crâne et des larmes d’angoisse recommencèrent à couler sur ses joues pâles.
Morion’ka l’arrêta d’un signe de main ferme. Kendan obéit comme un petit enfant, car maintenant il n’était plus qu’un petit garçon attendant les sermons de son père.


« Qu’as-tu fais, mon fils ? Que signifie tout ceci ? »

Il paraissait au bord de l’explosion et Kendan le remercia intérieurement de ne pas se laisser submerger par ses émotions parce qu’il pouvait devenir alors effrayant, le guerrier qu’il a été durant les guerres entre clans, il y a de ça de nombreuses années.

« Je… »

Les mots ne voulaient pas sortir. Kendan porta une main à sa gorge nouée et cette attitude pourrait faire croire à tous qu’il se sentait empli de remords. Il l’était, mais c’était plus parce qu’il n’avait pas pu protéger sa belle-mère, pas su réagir au bon moment.

Il n’était pas digne d’être un guerrier ! Pas digne de son peuple, pas digne d’être le fils d’un chef !
Voilà ce qu’il croyait entendre des mots chuchotés par les autres. Et des propres paroles de son esprit.


« Je… »

Rien n’y faisait, rien ne sortait. Il était finit.

« Assassin ! » cria quelqu’un.

« Tuer un homme, c’est une chose, surtout quand on a une affaire à régler, mais tuer une femme, quel sacrilège ! » lança une autre voix.

« Calmez-vous ! »

Morion’ka regardait la foule avec un calme olympien, les bras levés en signe d’apaisement.

« Nous ne savons pas ce qui s’est réellement passé, alors nous ne pouvons pas vraiment tenir rigueur à l’enfant que vous voyez là d’avoir commis un acte aussi monstrueux. »

« Tu dis cela parce que c’est ton fils ! Ton unique héritier ! » dit Paramon, un des plus vieux guerriers de la tribu.

« Je suis d’accord ! Moi je dis qu’il faut le bannir ! » enchaîna une mère de famille qui serrait avec force son enfant dans ses bras.

« Le conseil des Anciens saura trouver la vérité dans tout ce qu’il aura à leur raconter… »

« Non ! Tuer une femme est un sacrilège ! Le bannissement est la seule alternative possible, si tu ne veux pas voir mourir ton fils sous les coups de lances. »

Morion’ka se tourna de nouveau vers Kendan, qui suivait la scène d’un œil désabusé.

« Parles ! Mon fils, que s’est-il passé ? »

« C’est… »

L’angoisse resserrait de plus en plus l’étau qui entourait son cœur et sa gorge suffoquait sous ses tentatives de s’expliquer. C’était comme si on lui avait jeté un sort. Aucun son ne pouvait sortir. Il hurla de désespoir en se prenant la tête dans ses mains et tomba à genoux aux pieds de son père, surpris par son attitude étrange.

« Kendan ?! »

« Tu vois, Morion’ka, comme il se sent coupable ! En plus il n’a même pas le courage de se défendre, alors si tu ne veux pas que l’affront s’abatte un peu plus sur ta lignée, accepte le bannissement ! » continua Paramon, s’étant rapproché de lui pour poser une main pleine de compassion sur son épaule.

« Mais… »

« Lorian pourra te succéder. Ton neveu est certes encore jeune, mais il possède tout le courage et la force nécessaires pour devenir un bon chef. » dit un autre guerrier, meilleur ami du frère de Morion’ka, qui était parti à la chasse avec son fils lorsque ce drame se jouait.

Le chef ne savait plus quoi dire, désemparé. L’évidence était là, les paroles de son peuple n’étaient que vérités. Son fils ne pouvant se défendre de ce qu’on l’accusait, il ne restait plus qu’une chose à dire.

« Nous appliquons… »

Les mots venaient avec peine. Morion’ka était lui-même au bord du supplice. Mais il n’avait pas le droit de favoriser son fils, ne serait-ce que par pur respect envers le peuple qu’il protège.

« …le bannissement. »

Morion’ka n’osa pas regarder Kendan, abasourdi par l’entente de cette sentence.

« Père ! »

La parole lui revenait, mais c’était trop tard. Un chef ne pouvait revoir ses décisions, cela faisait partie des règles que lui-même devait respecter.
Un cailloux vola et atteignit Kendan au front. Il recula sous le choc et passa une main sur sa plaie ensanglantée. La pluie brutale des pierres continua à tomber sur lui.
Il se laissa d’abord fustiger, immobile, comme s’il avait besoin de ressentir la souffrance des conséquences de ses actes.
Mais quels actes ?
La confusion revint le frapper en plein visage.

Il n’avait rien fait !
Cependant, au vue de la situation qui tournait véritablement à son désavantage, il se sentait de plus en plus coupable, et bientôt il en vint à croire que c’était réellement lui le fautif. Le tueur de femme.

Alors Kendan courut. Le choc l’empêchait de réfléchir et parfois dans sa course il se cognait involontairement aux arbres, se ramassait par terre à causes des racines qui semblaient tout faire pour le ralentir.
Derrière il entendait encore les hurlements de la foule accusatrice. Les insultes et les mots durs avaient plu en même temps que les pierres.

Il s’arrêta, le cœur battant, la sueur trempant ses longs cheveux collés désormais à son dos. Toujours en pleine confusion, sa tête lui tournait.
Et les mots sortirent enfin.


« JE NE L’AI PAS TUÉE ! »

Kendan s’effondra sur le sol. Un bruit de métal qui frappe la terre s’éleva sous lui. Très lentement, il s’assit, et là il vit la dague qu’il avait rangée dans son pagne avant de partir à la poursuite de Rhillis. Il la prit, la fit tourner entre ses doigts. Elle brillait magnifiquement sous le jeune soleil du matin.
Très vite, la lame se pressa sur sa jugulaire.
Et Kendan ferma les yeux.



[HS : un ou deux dessins dans le prochain post... peut-être...]
Revenir en haut Aller en bas
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 38


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Dim 31 Jan - 18:16

Ekthranexos.
Je n’aurais jamais cru y arriver si vite. Je n’ai que 19 ans et pourtant il n’y a aucune peur en moi quand je m’avance sur la plage où nous avons débarqué. Le capitaine du bateau de commerce sur lequel je suis rookie hurle des ordres derrière moi, mais je ne les écoute pas. Il ne remarque même pas mon départ, de toute façon.
Je m’enfonce lentement dans la forêt vierge qui s’étend juste un peu en retrait de la plage. La lumière du soleil crée magnifiquement des petites taches sombres et blanches entre les feuillages. La curiosité me pousse dans cet endroit pourtant réputé si dangereux. Mais nous ne sommes pas venus ici de notre propre volonté. Le bateau a eu un petit accident sur la côte et nous nous sommes ensuite échoués parce qu’un énorme trou avait percé la coque. Le reste de l’équipage doit le reboucher en ce moment même, alors que moi j’explore égoïstement les environs. Mais qu’y a-t-il de mal à s’assurer qu'ils soient sûrs ?
Je parcoure à peine vingt mètres que j’aperçois une forme recroquevillée sur le sol un peu plus loin. Je m’approche prudemment car je n’ai emmené aucune arme pour me protéger. Les autres auraient bien rigolé de ma négligence s’ils avaient su. Ne jamais quitter le bateau sans être sûr d’être parfaitement armé pour éviter tout problème une fois à l’extérieur… C’est sans doute LA règle fondamentale qu’on doit respecter quand on travaille sur un navire marchand.
Je m’arrête brusquement dès que mes yeux se posent sur la dague que tient l’homme sur sa gorge. Ils s’écarquillent un peu plus à la vue de ses étranges jambes.
Qui est-il ?
Ou plutôt, qu’est-ce qu’il est ?
Sans réfléchir à mes propres questions, je continue d’avancer et j’agrippe doucement la main de l’inconnu. La dague a commencé à entailler la chair de son cou et une goutte de sang perle pour s’écouler sur sa poitrine nue. Je l’avais arrêté à temps et je ne sais même pas pourquoi.
Je pourrais lui trancher moi-même la carotide. J’en ai désormais le pouvoir, et je crois qu’une petite part de mon être, ce côté un peu sombre que je tente par tous les moyens de refouler, me crie de le faire. Mais je reste calme, je ne laisse pas l’obscurité de mon esprit prendre le dessus.
Il avait ouvert les yeux en sentant ma main serrer son poignet. Des larmes coulent alors et je me dis soudain que c’est le regard le plus humain que j’avais vu jusque-là. Il ne l’est pas, humain. C’est une créature du Nexos, avec ses jambes d’animal, en plus de sa queue qui balaie l’herbe à mes pieds.
Il ne semble pas comprendre la situation et je tente alors une première approche.



« Je ne sais pas pourquoi tu veux te tuer, mais personnellement je ne trouve pas ça très courageux… »

Ses yeux aux pupilles fendues clignent d’incompréhension. Comme je m’y étais attendu, il ne connaît pas ma langue. Que fallait-il faire pour casser cette barrière qui nous sépare déjà ?
Je le tiens toujours fermement mais il ne lâche pas le couteau pour autant. Bien au contraire, après un temps où il paraissait perdu, il m’observe désormais comme un loup prêt à bondir sur sa proie. Cela me surprend presque de voir sa bouche s’ouvrir sur un long feulement de fureur. Ses canines sont plus longues que la normale et je me dis qu’il serait temps que je le lâche. Un peu plus tôt encore, ses émotions m’avaient trompé parce qu’elles avaient été si humaines, et là, je me retrouve face à une bête dont le comportement est directement dicté par un fort instinct de survie.
Suis-je vraiment perçu comme un ennemi ?
Cette idée se confirme quand il me saute soudain dessus !


HS : Bon, je suis dégoûtée... j'avais fais un fond à peu près potable et quand je poste ce kaki sur Tegaki, il n'apparaît pas !!! CHIOTTE *se barre furax*
Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Kendan Lestrez'ia

avatar


Messages : 16
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 35


Age du Personnage : 28 ans
Alignement: Loyal Neutre
Classe - Fonction: Second du Capitaine Drake Calahaan
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Sam 13 Mar - 17:31

Les deux hommes roulèrent sur plusieurs mètres avant de percuter un arbre. Un peu sonné, Drake se releva pourtant rapidement, tout de même chancelant, et se mit en position de défense. La vivacité de Kendan le surpris une nouvelle fois quand il lui bondit encore dessus, le couteau au poing. Celui-ci n’allait plus servir pour trancher la gorge d’un désespéré, mais bien pour trancher la sienne ! Drake dut éviter plusieurs attaques in extremis. Le sifflement aigu de la lame fendant l’air se rapprochait étrangement à chaque nouveau coup porté. Il sentit à un moment le contact froid du métal brillant frôler sa joue, mais heureusement, il avait rejeté à temps la tête en arrière.
Kendan s’acharnait avec rage, comme si Drake était l’exutoire idéal à sa fureur intérieure, cette fureur qu’il laissait dès à présent éclater parce qu’il n’avait pas pu le faire avant.
Du côté de Drake, il en allait tout autrement. Bien évidemment, il ne comprenait pas vraiment pourquoi ce jeune homme aux « pattes » inférieures si étranges lui voulait à ce point du mal. Peut-être que la manière dont il l’avait empêché de se suicider avait été pris comme une provocation personnelle, que sa brusquerie et sa maladresse n’était qu’un malheureux malentendu. Si c’était le cas, le jeune rookie ne pouvait pas y changer grand chose. Il refusait de répliquer aux nombreux assauts de l’hybride parce qu’il n’aimait pas se battre – ce n’était pas la raison première pour laquelle il avait décidé de rejoindre le monde marin, si périlleux et imprévisible. Il ne pouvait qu’esquiver, encore et encore, jusqu’à ce que peut-être le jeune inconnu finisse par se fatiguer.

Mais visiblement, Kendan avait encore pas mal d’énergie en réserve.
Drake jura quand le couteau ripa sur son bras levé et laissa derrière lui une longue estafilade ensanglantée. Des gouttes de sang tombèrent sur l’herbe verte, si fraîche par la rosée encore présente du matin, et le vent marin s’engouffra dans le bois. Leurs longs cheveux s’envolèrent et durant une seconde, Kendan et Drake ne voyaient plus rien. Un grondement sourd accompagna ce zéphyr au goût salé et les poils sur la nuque des deux antagonistes se hérissèrent. Il fut accompagné par de lourds bruits de pas, lents mais qui s’approchaient inexorablement d’eux.
Quand enfin le vent se calma, ils purent constater qu’ils se trouvaient à peine à un mètre l’un de l’autre. Kendan avait encore le couteau levé, mais ce grondement irrégulier l’avait arrêté net dans son élan, et il fixait dès à présent Drake avec une extrême nervosité.
Le grognement était cette fois-ci tout proche. Tellement proche qu’ils sentaient presque l’odeur nauséabonde de la gueule qui laissait s’échapper ce son bestial.

En même temps, ils finirent par tourner la tête. Et en même temps, leurs yeux s’écarquillèrent d’horreur.
Une manticore se tenait à quelques mètres d’eux, sa queue de scorpion balayant l’air dans un mouvement menaçant. Son visage si bizarrement humain était aussi rouge que le sang, sa bouche ouverte sur une mâchoire dotée de trois rangées de dents acérées, allant d’une oreille à l’autre, en dessous de yeux jaunes et perçants. Son puissant corps de lion au pelage brun rougeâtre paraissait sur le point de se mettre en mouvement. Tous les muscles étaient bandés, ainsi que ceux des deux hommes qui avaient désormais une toute autre préoccupation en tête.
La bête attaqua, balançant son énorme queue sur Kendan qui sauta à temps pour ne pas se faire toucher. Drake en profita pour se mettre hors d’atteinte de la créature, or elle était étrangement rapide et presque précise dans ses assauts. Plusieurs fois, comme lors du combat au couteau avec Kendan, il faillit se faire toucher par le dard empoisonné qui était au bout de la queue de la manticore. Si jamais la pointe de cette arme redoutable venait à l’effleurer, ne serait-ce qu’une seconde, s’en serait finit de lui. Il n’y avait pas de remède contre le venin d’une manticore. Même les cyberpolitains s’étaient reconnus impuissants face à un tel poison.

Soudain, la bête hurla. S’étant trop concentrée sur Drake, et donc oubliée juste un instant la présence de l’hybride, celui-ci avait pris l’occasion à son avantage pour enfoncer son couteau dans l’une des jambes de la manticore. Elle tenta de l’enlever en secouant son postérieur d’une ridicule façon, mais cela ne fit qu’envoyer des giclées de sang aux alentours, notamment sur Kendan qui n’avait pas pris la peine de se reculer. Sali par l’immonde liquide poisseux, il n’en restait pas moins fier de lui. Et tandis que la créature hurlait tout son mécontentement et sa douleur, Drake avait trouvé un long et robuste morceau de bois dont le bout était, par chance, pointu.
Dans un élan guerrier, il se rua sur la manticore et planta son arme de fortune dans l’épais poitrail de la bête. Un puissant jet de sang jaillit de la blessure et cueillit le visage de Drake au passage. Dégoûté, il se recula vivement et toussota pour retirer le peu de fluide vital qui avait osé entrer dans sa bouche par la même.



Les pattes postérieures de la manticore cédèrent et elle mugit une ultime fois avant de se laisser tomber au sol. Elle respirait toujours, mais en saccades, quand les deux hommes unis dans le danger s’approchèrent d’elle. Puis, quand tout le sang de son corps finit de se vider sur l’herbe, la vie la quitta.
Soulagé, Drake soupira, évacuant par la même le stress lié à cette bataille. Il sentit le regard insistant de Kendan sur lui seulement une minute de contemplation plus tard, et il reporta alors son attention sur l’hybride.

Kendan ne comprenait pas. Cet étranger s’était battu à ses côtés alors qu’il avait eu une occasion de s’enfuir quand la bête n’en avait qu’après l’hybride. Et les voilà à présent tous les deux couverts de sang de la tête aux pieds, fatigués et peut-être encore un peu nerveux, mais bien vivants. Ekthranexos regorgeait de créatures de ce type,donc ce n’était pas la première fois qu’il en combattait une, mais en cet instant précis, la nouveauté avait été de ressentir une confiance mutuelle dans un moment de danger. De s’allier avec une personne qui se trouvait dans la même position, de comprendre combien la force de l’autre pouvait être utile. Et bien que cette personne lui était étrangère, et bien qu’il avait eu envie de la tuer juste avant, Kendan ressentait maintenant une étrange paix intérieure rien qu’à regarder Drake.
Était-ce Freyr qui lui avait envoyé une épaule sur laquelle s’appuyer, un compagnon brave et attentif à qui il pourrait se confier, et pourquoi pas, vivre une autre vie ?
Il avait cru que son existence s’arrêtait forcément à cause du bannissement, que vivre en dehors de la communauté, de son monde, n’en valait pas la peine. Il avait cru que le suicide était une bonne solution, parce qu’au moins il aurait retrouvé ses ancêtres dans le monde des morts et qu’il aurait pu, peut-être, se faire pardonner par ces sages esprits.
Mais non. La force du Destin en avait décidé autrement. Elle avait placé sur sa route cet homme inconnu qui venait d’au-delà des mers.
Et maintenant, que devait-il faire ? Fallait-il choisir entre l’errance éternelle sur cette contrée qui n’était plus la sienne, la mort par un nouvel acte de suicide, ou bien de suivre cet étranger vers une voie qu’il prendrait en aveugle total ?

C’était à son nouvel allié de décider.
Et c’est ce que fit Drake pas plus tard que maintenant quand il avança sa main vers Kendan. Un peu surpris, sans doute encore sur ses gardes, l’hybride hésita un moment. Finalement, et alors qu’il constatait toute la sincérité qu’éprouvait Drake à son égard rien qu’en voyant son sourire, Kendan prit sa main et la serra avec respect.

- Eh bien, ce fut une matinée bien mouvementée, mon ami ! lança Drake en lui tapotant brusquement l’épaule.

Remarquant que l’hybride n’avait certainement pas compris un traître mot de ce qu’il venait de dire, le jeune rookie se mit à rire, faisant alors sursauter Kendan. Son fou rire s’accentua en voyant la tête ahurie du jeune homme qui comprenait de moins en moins pourquoi l’étranger riait après un moment aussi grave.
Subitement, des voix s’élevèrent, en provenance de la plage, ce qui arrêta net Drake. L’hybride recula quand des silhouettes se détachèrent du bois pour les rejoindre dans la clairière. La tension reprenait le dessus sur tout son être. Les nouveaux arrivants n’avaient rien à voir avec Drake, dans le sens où il sentait émaner d’eux un certain… malaise. Surtout quand ils remarquèrent sa présence. L’un d’eux parla alors, pointant son doigt vers Kendan.


- Attrapez le !
- Non !
Revenir en haut Aller en bas
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 38


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Dim 4 Avr - 10:31

Trop tard, Drake ne put empêcher deux hommes de prendre Kendan en sandwich pour le plaquer ensuite au sol et le ficeler à l’aide d’une corde.

- Jackman, qu’est-ce que tu fiche ? rugit Drake en prenant un petit homme un peu rondouillard et à la barbe grisonnante par le col de sa chemise.

Celui-ci se défit de la puissante poigne du rookie d’un geste dédaigneux.

- Doucement mon garçon ! Ce sauvage était bien en train de t’attaquer non ?
- Ce n’est pas…
- Le capitaine est là ! lança une voix un peu plus loin.

Drake et le dénommé Jackman se retournèrent en même temps tandis qu’un homme de taille moyenne mais à la carrure imposante se dirigeait vers eux. La main sur son pistolet à silex, il posa son regard sévère sur le pauvre Kendan qui était maintenu au sol, efficacement attaché. Un rictus mauvais s’afficha alors sur le visage piqueté de barbe du capitaine et il se mit à rire grassement.

- Capitaine Butler, dites à vos hommes de le relâcher ! s’écria Drake.
- Calahaan ! Je te signale que tu es aussi sous mes ordres, répliqua abruptement celui-ci, ayant retrouvé sa sévérité implacable. Continue ton insolence envers moi et tu finiras également saucissonné ! Jackman, que se passe-t-il ici ?
- Comme vous le voyez, nous avons réussi à attraper un de ces hybrides autochtones à cette île. Que faisons-nous de lui, capitaine ? dit le petit homme, ignorant les regards foudroyants que lui lançait Drake.
- Eh bien ! Il me semble rudement énergique, ce fichu monstre ! Je crois bien qu’il pourrait intéresser certaines de mes connaissances…

Butler observait avec amusement un Kendan en train de se débattre vainement, les crocs visibles et l’air aussi farouche que s’il avait été un lion capturé dans un filet.

- Comment ? s’étonna Drake, les yeux écarquillés. Vous ne comptez tout de même pas le ramener à Apartadiza ?
- Je vais me gêner ! Il fera un parfait produit de vente une fois que nous serons là-bas. Il est si rare de voir un habitants du Nexos en chair et en os, alors ça ne me surprendrait pas si je remportais un franc succès, et beaucoup d’argent, sur le marché noir. Bravo à toi, Calahaan ! Tu n’as pas été inutile, cette fois-ci !

Il tapota l’épaule du rookie mais celui-ci se recula vivement, stupéfait par l’attitude de son employeur. Il jeta un coup d’œil à Kendan et ne put recevoir que des grognements furieux de sa part. Il comprenait parfaitement que l’hybride lui en veuille, mais ce n’était pas de sa faute ! Dans quoi s’était-il donc embarqué ?

- Je croyais que vous n’étiez qu’un simple marchand…

Butler se tourna vers lui, l’œil brillant d’une malveillance insoupçonnée jusque-là par Drake, puis rigola à nouveau, les mains sur les hanches. Quelques autres rires de l’équipage présent se joignirent à lui, et cela suffit à faire frissonner Drake de dégoût.

- Il fallait bien que tu t’en rendes compte un jour, jeune rookie stupide ! Je me demandais bien quand ce serait le bon moment pour te révéler la vérité… Eh bien, la situation s’y prête parfaitement !
- Un pirate… Votre rôle de marchand n’est qu’une couverture pour passer inaperçu auprès des navires corsaires… Vous êtes un foutu pirate !
- Ah ah ah ah ! Oui, j’en suis un, et j’adore ça !

Dans un geste de parade fière, Butler tourna vivement sur lui-même lorsque l’on déposa une cape miteuse sur ses larges épaules. Il ordonna aux deux hommes qui tenaient Kendan de le relever afin qu’ils puissent tous repartir vers le bateau. Drake ne bougea pas quand ils disparurent derrière les épais buissons qui formaient une frontière naturelle entre la forêt et la plage. Il était en proie au pire des supplices, celui des remords, en plus de savoir qu’il était impossible de revenir en arrière. Seul contre tout un équipage de marins fidèles et prêts à tout pour leur capitaine, il n’aurait pas la force nécessaire pour aider l’hybride. S’il avait osé protester de nouveau contre Butler, le scélérat l’aurait menacé soit de l’abandonner ici, soit de le faire prisonnier au même titre que l’hybride capturé… Ou pire, il l’aurait balancé aux requins à la première occasion.
Il devait jouer le jeu du rookie trop peureux pour tenter quoique ce soit, jusqu’à ce qu’il ait un plan en tête suffisamment plausible et certainement pas suicidaire. Il lui fallait attendre leur retour dans l’archipel, priant pour ne pas faire escale à Oxley Circle entre temps. Car là-bas, il ne pourrait absolument rien faire.
Les poings de Drake se serrèrent et, finalement, il se mit en route vers le bateau. Traversant la plage d’un pas lent et tendu, il s’arrêta un instant pour regarder une dernière fois l’immense et majestueuse forêt de cette partie d’Ekthranexos.
Des hommes, dans toute leur convoitise égoïste, étaient venus souiller cet endroit magnifique pour le simple appât du gain. Drake n’avait jamais eu le goût de la possession, et sûrement qu’il ne l’aurait jamais. Mais s’il continuait à côtoyer ce genre d’univers malsain, il finirait sans doute par suivre le troupeau, alors il se devait de le quitter et de partir seul en quête d’un idéal de vie.



Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Kendan Lestrez'ia

avatar


Messages : 16
Date d'inscription : 15/09/2009
Age : 35


Age du Personnage : 28 ans
Alignement: Loyal Neutre
Classe - Fonction: Second du Capitaine Drake Calahaan
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Lun 24 Mai - 15:42

[hrp : oui ces textes-ci sur Drake ne sont pas très drôles, mais il y a des moments où il faut savoir aussi écrire un peu plus sérieusement. Après si ça plaît moins... tant pis, de toute façon c'est loin d'être fini !]


Il faisait noir, froid et humide. Le ressac des vagues contre la coque faisait balancer le bateau de gauche à droite, inlassablement. Kendan se replia un peu plus sur lui-même, entourant ses bras de ses jambes et enfouissant sa tête pour ne plus voir l’intérieur glauque de la cellule où il avait été enfermé. L’endroit était insalubre et parfois quelques rats venaient le visiter, attirés par l’odeur musquée de l’hybride qui en profitait alors pour en attraper un. Les rongeurs étaient la seule nourriture convenable pour lui, bien qu’il les mangeât crus et que leur sang emplissait petit à petit la cellule de sa fragrance cuivrée.
Tout à coup, quelqu’un ouvrit une porte, laissant la lumière envahir ce profond abysse qu’étaient les cales du bateau, et des voix rauques s’élevèrent, attirant l’attention de Kendan. Il se releva péniblement et se colla au mur le plus éloigné de la porte de sa prison. Celle-ci fut déverrouillée dans un claquement sec et une main jeta une écuelle d’eau croupie, ainsi qu’un bout de pain rassis, sur le sol humide. Kendan feula, comme toujours quand ces geôliers venaient le nourrir. Cependant sa voix était de plus en plus faible et bientôt il n’eut même plus la force de le faire. Ni de se lever. Ni de manger.
Dépérir.
Il ne savait pas depuis combien de temps il était enfermé ici. Depuis combien de temps il avait quitté son île. L’éloignement le faisait tellement souffrir qu’il se mettait parfois à pleurer, prostré comme un fœtus sur le sol, et il restait ainsi durant des heures, sans faire attention aux allées et venues de ses gardiens. Plus rien n’avait d’importance. C’était pareil au moment où il avait eu envie de se suicider. C’était là sa seule porte de sortie. Sans doute que Freyr voudrait bien ouvrir les portes de l’En-Haut pour lui… ou pas. Le bannissement était le pire des châtiments terrestres car il était une condamnation à vivre à jamais dans le pêché, résultat de ses actes passés qui le hanteraient pour l’éternité.
La mort ou la vie. L’un ou l’autre, Kendan ne pourra jamais y connaître le pardon. Et il ne voyait aucune troisième voie qui aurait pu le sauver de cette situation… L’hybride se mit sur le dos, les bras en croix, puis ferma les yeux et s’endormit sur cette petite lueur d’espoir qu’il n’arrivait pas à saisir.

Un cliquetis. Cette odeur.
Le flou, les nausées… cette odeur… cette odeur. Ça bougeait trop.
Kendan se releva brusquement, et toujours plié en deux, il alla vomir dans un seau le peu de ce que son estomac contenait. Il demeura un instant appuyé dessus, haletant et tremblotant. Ceux qui étaient censés le nourrir n’étaient plus revenus depuis, certainement, des jours (il avait perdu la notion du temps). Le cliquetis recommença. Il se tourna alors et chercha vaguement d’où ce bruit pouvait provenir. Une lueur faible attira son attention et là il vit, se balançant dans le vide sur un filin tressé, une clé, accrochée à un barreau. Une clé. Hésitant, l’hybride s’approcha prudemment de cet objet qui n’aurait pas dû être là. Peut-être était-ce une farce de ses gardiens, qui devaient probablement rire de lui quand ils étaient entre eux. Ou peut-être était-ce sa seule chance, donnée par Freyr, dans toute sa miséricorde.
Rapide comme l’éclair, et ne voulant plus réfléchir à rien, Kendan la saisie. Il se laissait guider par son corps qui refusait de rester plus longtemps dans cette geôle puante et suintante. La sombre atmosphère de l’enfermement, il la haïssait, lui qui aimait dormir au soleil et regarder l’aube se lever dans le lointain. Kendan glissa la clé dans la serrure (en ayant passé un bras au préalable entre les barreaux, car il lui fallait ouvrir sa cage de l’autre côté) et quand il entendit un claquement, la porte s’ouvrit d’elle-même, l’invitant à sortir. Vif et précis, il se faufila hors de sa cellule, dépassa la cargaison entreposée dans le couloir, et une fois qu’il fut près de la porte qui menait au pont principal, il s’arrêta un instant et écouta au battant. Rien, mis à part le silence le plus complet. Rassuré, il s’extirpa de la cale, aussi discret qu’un félin.
La lune, aussi ronde qu’une pièce d’argent, brillait fortement dans le ciel noir. Les grandes voiles blanches étaient gonflées par le vent marin, puissant ce soir-là. Lentement, et surtout parce qu’il avait du mal à se déplacer à cause de son manque conséquent d’énergie, Kendan avança sur le pont, tournant la tête en tout sens pour s’assurer que personne n’était en vue. Ce qu’il ne savait pas, c’est que quelqu’un surveillait justement dans l’ombre… Une présence qui se dévoila quand l’hybride fut près de la rambarde.
Kendan grogna lorsque Drake apparut sous la lumière de la lune. Cet humain qui était le premier de toute son existence à rencontrer, qu’il avait affronté puis ensuite aidé à combattre une chimère du Nexos… Cet homme affichait dès à présent un sourire étrange, presque vil, peut-être même un peu trop.

− Alerte ! Le prisonnier s’est échappé ! cria-t-il soudain, faisant sursauter Kendan (bien qu’il n’ait rien compris à ce qu’il venait de dire).
« Non… Non, ce n’était pas lui ! J’avais cru que… Ce n’était pas lui. »
Désemparé, l’hybride recula instinctivement, jusqu’à buter contre le bastingage. Le passage qui servait à la descente de l’échelle s’ouvrait largement derrière lui, mais Kendan ne l’avait pas remarqué. Une flopé de matelots envahie le pont supérieur, lui bloquant l’accès aux canots de sauvetage par la même. Comme il était acculé, le jeune Angsälvorien aperçut finalement l’ouverture pour la passerelle alors qu’il tournait la tête vers le large. Les marins grognèrent et hurlèrent qu’on devait l’attraper. Ce que fit Drake quand il sauta sur l’hybride par surprise afin de l’éloigner du passage.
Lorsque Kendan sentit les bras musclés du grand brun se refermer autour de lui, il feula de rage, se débattit, et vit quelques secondes plus tard qu’ils étaient entraînés tous les deux vers la mer. Dans son élan pour attraper l’hybride, Drake y avait mis trop de force et cela les avait donc propulsés au-dessus du bastingage. Kendan entendit les exclamations furieuses des marins avant de sombrer définitivement dans l’eau glaciale et noire…
Revenir en haut Aller en bas
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 38


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   Lun 6 Sep - 18:31

Suite >>> ici<<<
Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Perdu et retrouvé [Drake/Kendan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Apartadiza :: Ekthranexos-
Sauter vers: