AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [LIBRE] Comme pénétrer dans le Feu Ardent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lydia Farell Sayan

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/08/2010
Age : 22


Age du Personnage : 17
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Mage, invocatrice - Travaille dans un commerce d'artefacts
MessageSujet: [LIBRE] Comme pénétrer dans le Feu Ardent   Lun 18 Juil - 15:43

Quelle perspective plus réjouissante qu'un séjour dans la gueule du loup?

Ce n'était pas tout à fait l'avis de Lydia.
Ekthranexos... elle frissonna en apercevant au loin la terre sur laquelle elle s'apprêtait à s'aventurer. Cela faisait près de neuf années qu'elle n'était pas retournée sur l'île. Et aujourd'hui encore, même si elle était accompagnée, cela relevait de l'erreur la plus flagrante. Qui plus est, avec son caractère plus qu'instable... ses maigres défenses constitueraient un obstacle pour elle et elle le savait.
Cela faisait quelques jours qu'elle voyageait avec ces gens... étudiant à l'Hecama, disaient-ils. Lydia préférait de loin les éviter. Même si ils avaient eu la bonté de l'accepter à bord de leur navire, elle ne pouvait se résoudre à leur offrir autre chose qu'un regard glacé. Elle savait qu'à la moindre occasion, les Ombres seraient là et s'empareraient de nouveau d'elle. Cette année, grâce aux cours de télépathie, elle avait appris à mieux contrôler sa névrose ambiante et sa peur constante du contact humain. Mais cette sensation... cette chose qui lui glaçait les os, ces frissons, ces tremblements... la peur de l'Inconnu. Et l'Inconnu était là, devant elle. Elle avait déjà visité cette île, plusieurs années auparavant. Mais seulement le rivage, et elle était accompagnée de sa tante, ainsi que de guides prévus à cet effet. Se rendre sur cette terre, avec pour seule compagnie ce groupe d'étudiants dont elle ne savait rien... mais son Commerce tomberait si elle ne ramenait pas les Ecailles... oui il le fallait. Lydia déglutit. Ses doigts plus crispés que jamais s'enfoncèrent autour de la Barre. Son sang froid la quittait au fur et à mesure qu'elle approchait de cette étendue de terre.

"Eh, toi!".

Lydia se retourna. Etait-ce à elle que l'on s'adressait? Apparemment, non.

"Toi, oui. Viens aider par ici."

Tout devint flou. Lydia ne savait plus où aller. Décidemment, pourquoi s'était-elle rendue sur cette maudite île? Pourquoi avait-on besoin d'elle? Ses doigts peinèrent à quitter la Barre. Elle ne parvenait même pas à distinguer son interlocuteur, et tout devint sourd. Elle avançait au rythme de son pouls, qui devenait assourdissant à ses oreilles.

"Prends ça. Apporte le au jeunot près du mât, là-bas."

Lydia ne contrôlait plus ses jambes. On lui avait remis un objet entre les mains. Elle tâta, par peur d'ouvrir les yeux immédiatemment. C'était une sorte de parchemin. Quel mât? Un jeunot? Plus nerveuse qu'à l'ordinaire, elle tenta d'orienter sa direction et de l'accorder au rythme de ses jambes, qui lui semblaient impossibles à soutenir. Riza se frotta contre sa maîtresse, chose qui eut le mérite de la rassurer assez pour qu'elle puisse diriger ses pas.
Elle aperçut effectivement l'homme près du mât et s'approcha de lui. C'était un étudiant de l'Hecama. Elle toussota légèrement, d'un air embarrassé, pour qu'il lui accorde un peu d'attention.

"Ah, dit-il en souriant, c'est toi donc toi qui avait la carte, merci bien jeune demoiselle."

Elle évita ses yeux, fit un signe de tête gêné et rebroussa chemin pour retourner sur le pont.

"Eh, dis moi! C'est un djinn qui est avec toi? Est-ce que tu serais invocatrice? "

Lydia préférait ignorer la question et son interlocuteur par la même occasion. Sa respiration commençait à devenir haletante. Eviter à tout prix le contact devenait une prorité.

"Alors c'est vrai? Vas-y, montre ce que tu sais faire!"

"Je ne préfère pas" articula Lydia à travers sa stupeur. Elle laissa le jeune étudiant et retourna sur le pont.

La Terre s'approchait de plus en plus. Alors Lydia eut cette drôle de sensation, comme si une fois après être descendue elle ne pourrait plus jamais revenir en arrière. Une image s'afficha à elle, celle de son fils, que la mort avait emporté. Les yeux de sa mère... qui se déformèrent en un affreux rictus. Lydia frissonna. Puis se surprit à rire. C'était un rire... étrange... et un peu effrayant aussi. Les Ombres. Une fois de plus, elle allait être emportée. Elle s'accrocha à la Barre de toutes ses forces. Comme une main glacée, quelque chose venait d'entrer en elle. Ce n'était pas comme la télépathie, c'était quelque chose de tellement différent, tellement envahissant... Cette sensation qu'on avalait son intérieur...

Lydia hurla en même temps qu'on annonçait "Terre!"


Dernière édition par Lydia Farell Sayan le Dim 31 Juil - 12:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Lydia Farell Sayan

avatar


Messages : 53
Date d'inscription : 02/08/2010
Age : 22


Age du Personnage : 17
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Mage, invocatrice - Travaille dans un commerce d'artefacts
MessageSujet: Re: [LIBRE] Comme pénétrer dans le Feu Ardent   Dim 31 Juil - 12:28

"Eh bien?! Qu'est-ce qui te prend ma petite dame? On va bientôt accoster, si tu as le mal de mer tu n'as qu'à rentrer dans la cabine."

-Merci... je vais bien... enfin, je crois...

La tête de Lydia était en train de tourner. Le sol se détachait de ses yeux, ce n'était pas bon. Pas bon du tout. Elle allait lâcher prise, pas matèriellement mais spirituellement. Tout devint trouble, et à ce moment là elle n'était plus capable de dire qui elle était, ce qu'elle faisait, et pourquoi elle s'était aventurée sur cette île. Toutefois, quelle que soit cette raison, elle relevait de la plus pure et plus simple folie. Il y a maintes choses inexplicables en ce monde. Et ce que ressentait Lydia à ce moment-là n'était tout simplement pas explicable. Elle était prise de nausée, et commença à ressentir des vertiges.
On dit d'une personne, que lorsqu'elle est en état de coma, qu'elle traverse un tunnel. Lydia eut un peu cette sensation. Et avec cela, le sentiment qu'elle n'en sortirait pas. Que pouvait-elle y faire? Elle allumerait donc des bougies, toute cette morne éternité qui se présentait à elle... Elle rouvrit les yeux. Le bourdonnement dans sa tête s'était dissipé. Elle regarda ses mains, elles étaient moites.

"Vous êtes sûre que ça va? Vous pouvez aller vous allonger une minute, on ne va pas débarquer immédiatemment."

Lydia ne prit pas la peine de répondre et s'éloigna, peinant à avancer. Elle regarda par dessus la rembarde. Les vagues. Si beaucoup de gens s'avèrent attirés par la mer, Lydia ne l'était pas particulièrement. Au contraire, cette vaste étendue l'effrayait, c'était comme une odieuse créature, qui attendait patiemment qu'elle ait le dos tourné, afin de mieux l'engouffrer dans les profondeurs. Elle pourrait à perdre l'esprit, à moins que ce ne soit déjà fait... Elle fixa l'écume. Et à cet instant, elle repensa à cet homme.

C'était le premier et dernier homme qu'elle avait aimé, le père de son premier et dernier enfant. Pourquoi pensait-elle à lui en cet instant? Elle ne savait pas. Il l'avait quittée après tout. C'était normal. N'importe quel homme en aurait fait autant. Mais quel monstre était-il pour fuir à la nouvelle de sa paternité, abandonner ainsi l'enfant qu'il avait lui-même aidé à construire?
Lydia se souvint de la manière dont elle l'avait aimé, ce scélérat. On dit que l'amour donne des ailes. Cependant, Lydia n'en avait pas hérité. Cette aventure l'avait plongé dans la folie la plus pure, la plus heureuse, mais également la plus destructrice. L'amour, comme on l'appelait, était un concept étrange. Ou un doux euphémisme. Lydia, pour aimer, avait piétiné se fierté, rampé, plus pitoyable que jamais. Elle avait été une vulgaire courtisanne, voulu plaire. Pas comme une femme. Plutôt en tant qu'outil. Pendant tous ces mois d'amour, elle s'était délectée de son rôle d'instrument. Elle était la flèche de l'archer, la plume du calligraphe. Certes, drôle de manière d'aimer, n'est-ce pas? Penser qu'il pouvait se servir d'elle, utiliser tout son être dans ses projets, suffisait à la remplir de bonheur. Elle s'était auto-proclamée esclave de cet artisan anodin, et était prête à le suivre jusque dans la douleur, à le servir, à renoncer au peu d'honneur qui lui restait pour cet homme. Elle s'était tortillée comme un misérable ver, s'était roulée dans la boue, s'était vidée comme un chiffon à l'essorage. Mais elle l'avait satisfait. Il ne la rejetterait pas, elle le savait.
...

Finalement, ça ne l'avait pas empêché de partir. Si Lydia avait usé de sa fierté jusqu'au bout, jusqu'à ce qu'il n'en reste goutte, il avait fait preuve d'une plus grande bassesse encore en la quittant. Elle avait fui comme un voleur, comme une vipère. Et avait fini de détruire sa jeune amante et son enfant. Et encore aujourd'hui elle était anéantie.



Enfin, pourquoi repensait-elle à tout ça tout à coup? Bien qu'encore présente au plus profond 'elle-même, c'était de l'histoire ancienne. Lydia aimait à le croire, en tout cas. Elle reprit son souffle et osa affronter de ses yeux l'île qu'ils venaient d'accoster. Tout le monde commençait à descendre, armé de caisses en bois ou d'outils divers. Elle frissonna au contact du sol. Cela faisait quelque jours qu'elle n'avait plus connu la sensation de la terrre ferme. Elle regarda droit devant elle, le coeur battant. Cela faisait tellement longtemps... et après tout ce temps, l'île parassait d'autent plus terrifiante... Lydia s'y engouffra, derrière la bande d'étudiants.
L'objectif était de passer inaperçue, moins on la remarquerait, mieux elle se porterait.

"Mademoiselle?"

Le coeur de Lydia prit un rythme qu'elle peinait à contrôler. Elle se retourna.
Revenir en haut Aller en bas
 

[LIBRE] Comme pénétrer dans le Feu Ardent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Apartadiza :: Ekthranexos-
Sauter vers: