AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Xarran : Fatal Doll [ One Shout ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Phaera.A Xarran

avatar


Messages : 647
Date d'inscription : 14/09/2009
Age : 30


Age du Personnage : 25
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction: Militaire, Pilote d'avion de chasse sur le Zenith
MessageSujet: Xarran : Fatal Doll [ One Shout ]   Lun 5 Sep - 15:46

« Comme tout les ans à cette époque, je porte ma peine comme un fardeau . Ton souvenir me torture, mais je dois continuer, je dois t'oublier... Même si je sais que cela m'est impossible... »

Dans le silence du matin, par une des fenêtres de la chambre, j'aperçois la brume se dissiper peu à peu. Un oiseau noir virevolte dans un ciel bleu froid me rappelant que j'ai perdu les ailes. Le vent siffle quelques notes tout en faisant tournoyer les feuilles mortes.
C'est l'automne, la saison d'or, la saison ou nous nous sommes aimé.

Et Daphné ? Trois jour qu'elle n'a pas donnée de nouvelles... Où est-elle ? Que fait-elle ? J'imagine qu'elle traine encore à droite et à gauche... J'ai du mal à cacher mon inquiétude.

Phaera se lève et s'installe paresseusement devant le grand écran de sa télévision. Elle sort son cellphone et envoie un nouveau message à sa sœur... Aucune réponse, comme d'habitude. Alors pendant quelques heures, elle joue avec la télécommande espérant trouver quelque chose de captivant.

Le bruit de la serrure résonne enfin dans la pièce, la porte s'ouvre.


-Tu t'es décidé à rentré ? Débuta Phaera

-Oue . Le sons sortit faiblement de la bouche de Daphné qui s'effondra à même le sol emportant avec elle les bibelots installés sur le meuble de l'entrée.

Je me retourne et vois deux plaies béantes ainsi que ma sœur agonisant, son épaule et sa jambe sont meurtrit par ces armes tant aimé des cyberpolitains. Je me lève et cours vers elle, elle, claque la porte avec sa jambe encore mobile. En m'installant à son niveau mes genoux touchent quelque chose d'humide, humide et Rouge, la moquette s'imbibe de sang, ce sang qui coule sans cesse de ces deux trous dans sa peau . J'attrape une veste et tente de faire un garrot.


-Merde qu'est-ce que t'as encore foutu !
-Rien... t'inquiète pas... C'est rien …
-C'est rien !? Non mais c'est quoi ça ! tu donnes pas de nouvelles pendant trois jours et et tu reviens encore avec tes problèmes ! P'tin, il y a que toi pour faire des conneries pareil ! Qui t'as fais ça ?!
-C'est mère.. Elle est devenu folle... Tu devrais la buter et passer matriarche.
-Go get fucked !


Phaera leva la mains et claqua sa sœur qui se retrouva avec une nouvelle blessure au coin du visage. Le son résonna dans la pièce suivit d'un léger échos laissant place à un petit silence. C'est un geste rare venant de Phaera pour Daphné, mais la claque aussi douloureuse qu'elle soit pour le visage de sa sœur représentait avant tout l'amour et l'inquiétude de Phaera.

-Haha... Je suis peut-être pas assez amoché ?
-Me prend pas pour une conne Daphy !
-Ok ok... Mais je suis un peu... En train de me vider... Tu vois... Et crever dans l'entrée... J'ai vu plus héroïque...
-Tss... Ok on va y aller tranquillement. Passe ton bras et force pas trop.


Phaera portait presque à elle seul le poids de Daphné et la déposa en douceur sur le canapé. Elle lui apporta un verre d'eau et quelque chose à grignoter puis s'installa dans le fauteuil en face.

-C'est des blessures par balles j'imagine ?
-Oue... comme tu l'as vue...
-Ok donc l'hosto pas la peine d'y penser, on va nous poser trop de question...
-...
-...
-Et y a pas ce médecin elfe noire dans le coin ?... Je sais plus son nom... Zakmachin... Zakno… Zackny... enfin tu vois ?
-Zacknarhin ?
-Peut-être... Ça sera plus simple que l'hosto...
-Ok je vais voir sur l'intranet en attendant bouge pas et reste tranquille.


Une heure plus tard nous avions finit par trouver l'adresse de ce médecin. Il suffisait de ce rendre dans les vieux quartiers du consortium, dans un petit coin tranquille où vivent la plupart des retraités fortunés de la ville.
J'embarque Daphné dans la voiture et nous partons dans la direction indiqué par le GPS.
Il me fallut environ une demi-heure pour rejoindre la maison. Une demi-heure à regarder ma sœur s'éteindre petit à petit. Une demi-heure à supporter ses gémissements et sa respiration douloureuse sans pouvoir agir.

La voiture stop enfin devant la maison, Phaera passe de l'autre coter du véhicule et porte Daphné jusqu'à l'entrée. Elle sonne une fois. Rien. Alors elle insiste suppliant presque Shillien de ne pas s'être trompé d'endroit.

Je portais maintenant un corps inerte, ma sœur presque morte... J'étais sur le point de m'effondrer... Mes genoux tremblaient, ma respiration saccadait et je n'arrivait plus à me concentrer ou à réfléchir, tout ce que mon cerveau pouvait faire c'était appuyer sur cette interrupteur... sans cesse... il ne fallait pas qu'elle meurent, pas elle.


-J'arrive ! Faut pas s'énerver comme ça sur la sonnette ! laissez moi le temps …

En voyant la porte s'ouvrir et en constatant qu'il s'agissait bien d'un elfe noir, un poids s'est libéré de mes épaules, l'espoir m'est revenue.

Zacknarhin était long et fin, son dos formait un arc de cercle d'où pendaient deux bras frêles le long de son corps . Le dessus de son crane dégarnit était bordé de cheveux grisonnant. Sous ses cheveux se trouvait un visage allongé marqué au niveau des pommettes et du menton, une peau fine abritant de nombreuses rides et de petits yeux en amande noire lui donnant un air spirituel. Enfin sa peau de jais laissait deviner par endroit les taches blanchâtres d'un épiderme trop vieillit ne pouvant plus produire la couleur dont ces elfes sont si fier.

Il les regarda d'abord stupéfié en voyant un corps inanimé dans les bras d'une elfe noire. Ses yeux s'arrêtèrent sur un bras effectuant des va et viens dans le vide, tachant parfois le sol de point rouge.
Sans attendre, sans rien demander, il les fit entrée et installa Daphné dans une pièce au fond de la maison.


Il n'avait pas dit un mot. Tout débuta lentement et silencieusement, au rythme de ce vieil elfe noire dont nous ne connaissions rien. J'ai tenté de l'aider mais il m'a aussitôt repoussé. Dans ses yeux brillait le savoir, de ses yeux il scrutait chaque blessure, de mes yeux je ne pouvais qu'observer et supplier. Enfin, de ses longs doigts fin il commença son opération.
Un râle de douleur vibra dans la pièce, un râle que je ne pouvais supporter. En voyant ma réaction, le vieux Zacknarhin me demanda de quitter la pièce, ce que je fit contre mon grès. Il ne restait plus qu'à attendre, attendre comme ces protagonistes de séries télévisé, attendre et prier...

Deux heures passèrent. Phaera attendait assise dans le couloir espérant que les plaintes de sa sœur cessent. Enfin plus un bruit, la porte grinça et le vieille homme sortit péniblement de la pièce.

-Comment va-t-elle ?
-Elle devrait s'en tirer sans trop de problème, aucun organe vital n'a été touché, une balle à traversé l'épaule ne provoquant aucun dommage sérieux et j'ai put retirer l'autre sans complications. Par contre elle a perdu beaucoup de sang et si elle ne se réveille pas d'ici demain je vous conseil d'aller à l'hôpital... Mais … A qui ai-je l'honneur ?
-Phaera Asura Xarran. La jeune femme salua l'homme avec respect.
-Xarran ! Je pensais que vous n'agissiez qu'en EUCY. C'est un plaisir et un honneur de recevoir les filles de Leonna-Wal'Shae*.


L'homme tenta de s'agenouiller pour honorée comme il se doit une elfe de sang royale, Phaera le reteint aussitôt

-Tout l'honneur est pour moi, et vous venez de sauver la vie de ma sœur, j'ai une dette envers vous.
-Allons, vous ne me devez rien, je sais tout autant que vous que les jeunes filles de vos ages sont plutôt... Agités. J'ai été jeune aussi vous savez. Puis... c'est tout à fait normale de soigner les miens, je ne suis pas devenu médecin pour rien... En y repensant, et qu'elle reste auprès de Shillien, j'ai du soigner ma femme autant de fois que je possède de doigts avant de l'épouser. Vous aussi vous finirez par trouver quelqu'un... Essayer de ne pas mourir avant.


Trouver quelqu'un... Ce fut le cas il y a quelques années.

-Merci pour tout. Phaera inclina la tête
-Allons une femme de votre rang et de votre sang n'a pas a s'incliner face à un vieil homme, allez rejoindre votre sœur, votre présence ne pourra qu'accélérer sa guérison. Moi... je suis fatigué... Une longue nuit m'attends, nous aurons tout le loisir de bavarder demain matin... Bwael isto...
-Bwael Isto...


Il fit un large sourire, comme pour dire « tout va bien ». Puis il s'éloigna d'un pas lourd et difficile. Phaera entra dans la pièce et s'installa au chevet de sa cadette. Elle attrapa sa main qu'elle serra fort dans les siennes et ne put qu'attendre encore... et encore...

« Nous avons toujours tout fait ensemble, les voyages, le travail, la vie... Nous sommes liés, comme inséparable. Sans toi je n'aurais peut-être pas eu le courage de continuer après Sevastyan... Continu de m'apprendre à revivre comme tu t'efforces à le faire chaque jour... J'ai besoin de ta présence dans ma vie, de ta joie, de nos grands moments de rires, de tes répliques cinglantes et de ta force... Tu es ma sœur, ma meilleur amie, mon bonheur... »

***************************

Aujourd'hui je suis mort...
Pourtant tout aller bien dans le meilleur des monde. Les affaires tournaient, tranquille et lucrative.
Quand il le fallait, je tuais un ou deux gars et j'avais la paix pendant quelques temps. On me disait sans fatigue et sans trêve, presque intouchable.

Pourtant, il m'a suffit d'un regard, d'un sourire pour me retrouver aussi inoffensif qu'un chiot, pour devenir l'animal de compagnie de cette femme...

Une tenue extravagante suivit d'une lueur enfantine et d'un sourire plein d'innocence. Une silhouette aux courbes presque parfaite illuminant vos pupilles. Elle accompagne vos rêves et vos nuits de solitudes.


Je n'ai pas put résister à cette sombre femme, aussi dangereuse soit-elle. Mon esprit n'a pas su dire à mon corps de m'arrêter la... Je la désirais, je la voulais...

Ses passe temps favoris ? Écouter ses violentes pulsions... Affoler les hommes, en jouer, pour ensuite les jeter... Offrir l'amour et le plaisir durant un court instant... Le danger... A un tel point que le danger doit être son seul et véritable amour...

Je n'était qu'un trophée de chasse, une de ses nombreuses conquête...

Alors si je ne pouvais pas en faire ma femme, personne d'autre ne l'aura !
Je n'ai pas su m'arrêter, mon corps a parlé pour moi.
J'ai tuer l'un de ses amants avant de tourner l'arme vers elle... J'ai tirer, à deux reprise, elle, n'a tirer qu'une balle... L'ironie du sort à voulut qu'elle me touche au cœur, une nouvelle fois, avec ce morceau de plomb.

J'ai était détruit par cet amour et par ce charme...

***************************

Les premier rayon de soleil passe à travers la grande vitre de la pièce s'écrasant sur les paupières d'une femme endormie. Les paupières bougent et elle finit par ouvrir les yeux. Le cadre à l'air trop beau pour être vrai, presque surréaliste,elle renait dans une salle baigner par un soleil trop lumineux. Son épaule et sa jambe la fait souffrir, mais ce n'est pas grave, sa sœur est là et veille prêt d'elle, endormie sur le coin du lit tenant malgré tout sa main dans les sienne.

La jeune femme se redresse et ne fait aucun bruit pour laisser son ainé se reposer un peu, la laisser récupérer du choc de la veille. Pendant de longue minute elle la regarde... Les mots sont faible...


« Être avec toi est comme une gloire... J'admire ta force de vivre malgré tout ce que tu as surmonter jusqu'ici. Je ne peux pas imaginé à quel point ça a put être difficile... Alors je voulais faire un effort, te garder hors de mes soucis, ne pas t'inquiéter, prouver à tout le monde que je sais me débrouiller. Et encore une fois tu m'as protégé, tu passes ton temps à m'aider et à encaisser mes erreurs. Tout ce que je touche, tout ce que je fais... Je le détruit malgré moi... Toi, tu récoltes tout sans bronché, sans jamais m'en vouloir... »

Elle sert la tête de Phaera dans ses bras, une douce étreinte simple et chaleureuse...

« Je t'aime ma chère sœur... »



*Wal-Shae : Formule de plitesse, c'est ainsi qu'on nomme les chefs de clan.
Revenir en haut Aller en bas
 

Xarran : Fatal Doll [ One Shout ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Technopolis - Secteur des Technopolitains :: Consortium :: Résidential district-
Sauter vers: