AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Requiem pour un Pirate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 39


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Requiem pour un Pirate   Sam 8 Oct - 17:56


Lors de la montée il était aisé d’entendre l’océan rugir et s’écraser contre le bas des falaises. La pierre tremblait presque et certains compagnons, dont Spill qui n’avait pas le pied léger ni terrestre, étaient peu rassurés quant à leur chance de survie rien qu’à cette étape de l’aventure. Ils progressèrent pourtant rapidement, échappèrent de peu à quelques bobos, voire, pire, à une mort certaine (Havoc en frissonnait encore), et finalement Drake estima qu’il serait plus sage de se reposer un temps avant de continuer plus avant. Ils s’arrêtèrent dans un renfoncement assez espacé pour tous les accueillir et entreprirent de faire un feu afin de sécher leurs vêtements trempés par l’humidité ambiante.


− Capitaine, l’interpella Havoc alors que Drake se rapprochait du feu, les réserves de bois que nous avions emportées ne sont pas suffisantes. Le feu risque de bientôt s’éteindre et nous n’en aurons pas vraiment profité…
− Que proposes-tu ?
− J’ai remarqué quelques branches encastrées dans la falaise sur notre route, je pourrais aller en chercher quelques unes, au cas où.
− Hum le passage en contrebas est assez dangereux, fit Drake avec scepticisme, vas-y avec Spill.
− Très bien Capitaine !
Assise sur un rocher, Sasarei enlevait ses bottes quand Drake s’approcha d’elle, une tasse remplie de thé chaud dans la main, qu'il lui proposa poliment.
− Que savez-vous de notre destination ? lui demanda-t-il ensuite et alors qu’il s’asseyait à son tour (non sans une grimace de dégoût alors qu’il posait son noble fessier sur de la mousse humide).
− Il s’agit d’un petit village à environ trois kilomètres, si je me souviens bien, répondit-elle après sa première gorgée. Nous y serons bien avant la tombée de la nuit.
− Je l’espère. Mes hommes commencent à fatiguer et si jamais nous venons à tomber malencontreusement sur des malfrats, je ne répondrais pas de notre énergie.
− Vous vous inquiétez trop, Calahaan, sourit la jeune femme. Vous et moi sommes tout à fait capable de botter le train d’ennemis de tout genre sans l’aide de vos larrons. Du moins, je suis prête à me sacrifier pour le groupe, car je ne suis encore sûre de rien en ce qui concerne vos capacités au combat.
Il fit une moue mi-figue mi-raisin puis se leva en murmurant « je ne comprendrais jamais son humour… ». Un cri s’éleva soudain, accompagné du vent violent qui commençait à remonter vers eux. Le corsaire reconnut la voix grave de Havoc qui montait étrangement dans les aigus quand il se trouvait dans une sale situation. Tout le monde sortit précipitamment de la grotte, Drake et Sasarei en tête. Ils virent, un peu plus bas sur le chemin pentu, Spill penché sur le rebord, criant le nom de Havoc.
− Spill, par tous les dieux des océans, que se passe-t-il ? interrogea le corsaire en arrivant près de lui.
− Il… Il était en train d’essayer d’arracher une branche quand elle lui a glissé des mains et… et il est parti en arrière, je n’ai rien pu faire !
Drake lui posa une main sur l’épaule, compatissant, lorsque la voix de Havoc retentit une nouvelle fois.
− Capitaine !
Le grand brun se pencha à son tour et découvrit son marin encore en vie. Il était tombé par chance sur un pan de la falaise, petit de surface mais qui avait l’air assez solide pour supporter le poids d’un homme de la corpulence de Havoc.
− Tiens bon, mon ami ! Nous allons te lancer une corde !
Il ne vit pas Sasarei rouler des yeux avec un air peu alerté.
− Calahaan, je m’en occupe, indiqua-t-elle en lui tapotant l’épaule.
Et là quelque chose d’incroyable se produisit, quelque chose que Drake et ses hommes n’avaient pas encore vu ni connu jusque-là. Sasarei disparut soudain, les laissant tous pantois, pour réapparaître ensuite près de Havoc qui sursauta et faillit basculer pour de bon dans le vide. Elle l’attrapa par le bras et ils disparurent à nouveau sous les yeux ébahis de tous. Ils reparurent sur le passage, essoufflé pour l’un, très fière d’elle pour l'autre.


Drake se releva d’un bond et lança sur un ton atterré, à l’adresse de la jeune femme :
− Vous êtes une thaumaturge et vous nous l’avez caché ! Jeune fille, je crois que cela mérite quelques explications de votre part.

[HS : j'ai ouvert un autre topic histoire de passer à autre chose, vu qu'on avance dans le rp]


Dernière édition par Drake Calahaan le Dim 23 Sep - 15:19, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Sasarei Holkaìn

avatar


Messages : 486
Date d'inscription : 28/01/2010
Age : 27


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Thaumaturge- chasseuse de prime- pirate
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Mar 22 Nov - 17:04

- Je ne vous ai rien caché du tout Calahaan, puisque vous ne m’avez rien demandé. De plus, mon père est lui-même un thaumaturge, certes médiocre, mais vous auriez pu vous douter que j’avais hérité de ses aptitudes. A moins que vous ignoriez son statut de mage ?

Drake fronça les sourcils, peu satisfait de la réponse même s’il devait reconnaître qu’il y avait une part de vérité dans ce que disait la jeune femme.

- Vous auriez tout de même pu me prévenir, grommela-t-il. Je vous accorde gracieusement mon aide, alors je pensais que vous me confiriez spontanément ce genre de choses importantes.

- Mon pouvoir n’a rien d’important, reprit Sasarei soudain radoucie par le ton boudeur de Drake. Il est limité à quelques utilisations par jour et vous devez reconnaître l’avantage non négligeable qu’il me confère si personne n’est au courant de son existence. Aussi je ne l’emploie qu’en dernier recours ou presque.

- Je comprends votre point de vue et puis vous avez sauvé Havoc, ce serait bien mal vous remercier que de vous tenir rigueur de votre silence sur vos dons, dit-il en inclinant légèrement la tête. Veuillez me pardonner cet accès d’impolitesse dû à la surprise, n’en parlons plus et reprenons notre route voulez-vous ?

- Avec joie, nous devrions en avoir encore pour une demi-heure au plus. Mais avant, il faudrait que votre marin me lâche, répondit Sasarei en baissant les yeux vers le boulet qui entourait sa jambe.

En effet, le pauvre Havoc tremblotait toujours de peur, aussi fermement accroché à sa sauveteuse qu’une moule à son rocher. Drake dut intervenir et détacher un à un les doigts de son subordonné tout en lui répétant que oui, tout allait bien, qu’il était sain et sauf sur la terre ferme, et que non, il n’allait pas encore rejoindre ses ancêtres.

Après ce petit incident, le groupe reprit la passerelle et sa vertigineuse ascension avec une prudence renouvelée. Heureusement, il n’y pas d’autre frayeur et tous finirent par se hisser au sommet de la falaise fourbus mais entiers contemplant un instant le magnifique paysage qui s’étendait sous leurs yeux. Tout d’abord les récifs, au pied de la falaise qui formaient de subtiles arabesques entourées d’eau, labyrinthe funeste de marins trop confiants et puis le Leborean, sagement amarré loin des roches meurtrières et enfin l’océan à perte de vue, paré de mille couleurs et de reflets luisants sous le soleil de cette après-midi chaude…Ils étaient presque en train de se recueillir devant tant de beauté lorsque Sasarei les sortit de leur béatitude en se raclant la gorge.

- Messieurs, je suis navrée de gâcher ce moment, mais on n’est pas en visite touristique même si la vue est super. Donc, si vous voulez bien me suivre, la suite des réjouissances est par là, annonça-t-elle en partant vers le sud.

Calahaan et ses hommes jetèrent un dernier regard au paysage, comme à regret puis ils se mirent en route derrière la jeune femme. Comme ils devaient encore marcher un bon moment, Drake se laissa aller à étudier la flore des endroits qu’ils traversaient. La végétation de l’île à cet endroit était plutôt basse, composée d’herbes, de petits arbustes certainement fruitiers et de quelques arbres locaux. Rien à voir avec la jungle inextricable dont on lui avait parlé, cela était intriguant.

- Dites-moi ma chère, comment se fait-il que nous n’ayons aucun mal à avancer, des sources sûres m’on pourtant affirmées qu’à part le port, l’île d’Oxley était entièrement recouverte d’une jungle dense qui rendait très pénible les déplacements et l’exploration.

- C’est exact, répondit Sasarei. La plus grande partie de l’île est en effet quasi impénétrable à cause de la végétation. Mais comme je vous l’ai dit, il y a un village de colons pas loin et quand ils ont décidés de s’installer ici, ils ont fait un grand ménage en quelque sorte.

- Qu’entendez-vous par grand ménage ? Demande Drake.

- Oh. Hé bien ils n’ont pas fait dans la dentelle, ils ont mis le feu autour du village pour ‘désherber’ le coin. Le plus drôle c’est qu’une fois le feu allumé, ils ont été incapables de le contenir dans la zone prévue et tout a brulé dans un rayon de six kilomètres. Y’en a mêmes qui sont morts carbonisés en essayant d’éteindre le feu qui se propageait aussi à leur baraques en bois, bref c’était pas une si bonne idée en fin de compte.

- Et tout le monde a été tué dans l’incendie ?

- Non. Mais sur la cinquantaine de personnes installées ici au départ, il n’en restait plus qu’une trentaine, sauvées grâce à la pluie qui a aussi empêchée que l’incendie ne s’étende sur une plus grande distance. Après ça ils ont reconstruit leur village et ont planté des arbres et des cultures dans la zone brûlée et c’est pour ça que la végétation est différente ici.

- Quelle histoire. Ces gens étaient vraiment imprudents.

- C’étaient des pirates Calahaan et la plupart d’entre eux ne sont pas réputés pour leur intelligence…dit-elle en s’arrêtant soudain.
Elle se tourna vers ceux qui l’accompagnaient et leur désigna les toits des premières bâtisses
Messieurs, j’espère que vous êtes prêts à tenir vos rôles de pirates, voilà le village.

[Hrp : Wou ! Vraiment désolée d’avoir mis autant de temps juste pour écrire ça, j'espère que j'ai bien respecté le caractère de Drake. J’aurais bien voulu trouver une image pour le paysage en haut de la falaise mais bon ^^’. Voilà c’est enfin à toi Flo \o/]
Revenir en haut Aller en bas
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 39


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Mar 17 Avr - 18:51

Le fameux village n’était qu’un bouge lugubre malgré le soleil qui frappait les bâtisses bancales, faites de bric et de broc, de bois flotté et d’autres matériaux sans doute « récupérés » sur des carcasses de bateaux. Mis à part certains regards noirs et suspicieux qu’on leur lança, la troupe y entra sans difficulté. Des enfants à moitié nus et sales jouaient à même le sol boueux, probablement les progénitures des quelques catins qui habitaient l’endroit. Drake jeta un œil critique à ce capharnaüm à ciel ouvert sans toutefois émettre de commentaires qui auraient pu le trahir. Il se rapprocha de Sasarei pour lui glisser :
− Ce village a-t-il un nom ?
− Pas vraiment. Les pirates sont très superstitieux, vous devez déjà vous en douter. Ils évitent de donner des noms aux choses pour ne pas attirer le mauvais œil, sauf quand il s’agit des bateaux.
− Certes. Les bateaux sont des entités à part entière, ça je le sais parfaitement. Mais de là à imaginer qu’un village n’ait pas de nom… C’est plutôt triste.
Elle haussa les épaules et ils continuèrent en silence. Le soleil déclina à une vitesse alarmante et bientôt le village fut plongé dans une pénombre des plus inquiétante. Drake indiqua du menton une taverne, l’endroit idéal pour entendre les ragots du moment et les révélations qu’on ne voulait pourtant pas laisser s’ébruiter. Sérieux comme un pape, Drake dut attraper Havoc par le col alors qu’ils croisaient une prostituée au balcon avenant. La mission était beaucoup trop importante pour être tenté par quelque grivoiserie. Le capitaine savait se contenir, surtout quand les Belles de Nuit vous montraient une figure rongée par la petite vérole et autres infections de la peau peu ragoûtantes.
Sans surprise, l’intérieur était également plongé dans la pénombre, mais une pénombre chargée par les vapeurs de l’alcool alors que l’extérieur sentait la poussière et la fange des cochons que des particuliers élevaient. Aucune musique n’embrasait l’atmosphère, seuls les grognements des clients se mêlaient au bruit de verre et des dominions (jeu de domino mais dont les rectangles de bois peint arborent chacun une gravure d’un monstre marin mythique) qu’on jetait sur les tables. La troupe se faufila entre les poivrots, les putes et les vendeurs à la sauvette de harengs en brochette. Deux tables rondes séjournaient dans un coin plus tranquille et c’est sans hésiter qu’ils s’y installèrent. Havoc alla chercher des chopes de cervoise et des bouteilles de rhum tandis que les autres discutaient de la situation à venir.
− La maison de Lia est située aux abords du village, débuta Sasarei à voix basse, je ne sais pas si c’est une très bonne idée de s’arrêter ici. On perd notre temps.
− Ce n’est jamais une perte de temps de glaner des informations supplémentaires, répliqua Drake en déroulant une carte devant eux pour faire mine qu’ils fomentaient un plan d’abordage. Je ne voudrais pas vous froisser, chère demoiselle, mais les ragots sont l’apanage des saoulards de taverne. Alors la visite chez votre amie Lia attendra.
La jeune femme fronça un peu plus les sourcils face à cette bravade. Havoc revint de sa quête d’alcool et tandis qu’il posait chaque bouteille et chaque verre, elle attrapa du rhum au passage et en but une franche rasade avant de s’essuyer peu gracieusement la bouche du revers de la main. Drake ne se laissa aucunement déstabiliser par son regard noir. Il commençait à saisir son fonctionnement, et ce même si son joli minois le troublait encore un peu.
− Je n’aime pas trop ça, marmotta Havoc alors qu’il croisait les regards suspicieux des habitués, des regards tous fixés sur eux.
− Ouais, j’ai l’impression que les gens commencent à vous reconnaître, Calahaan, renchérit Sasarei avec un sourire narquois. Ca doit être à cause de votre bouc, ou alors ils ont remarqué vos belles mains manucurées.
− Au moins vous avouez que mes mains sont belles ! renifla-t-il, blessé dans son orgueil. Cessez de vous plaindre et concentrons-nous plutôt sur la marche à suivre !
Une main s’abattit soudain sur l’épaule de Drake qui tenta de refouler un petit cri fort peu masculin.
− Mais qui voilà ! Ne serait-ce pas un certain capitaine dont la réputation par ici n’est… plus à faire ?
En se retournant, Drake découvrit une jeune femme à la peau chocolat et au chapeau de plumes. Malgré sa taille plutôt menue, elle le força à se lever en l’attrapant par le haut de sa chemise. Ils disparurent tous deux dans un coin.
− Ohnononononon, gémit Havoc en se faisant tout petit.
Sasarei fit un sourire presque triomphal.
− Qu’est-ce que je disais…

~~~~~~~~~
− Qu’est-ce qu’un corsaire de ton genre fait dans le pire bouge d’Oxley Circle ?
− Je ne vois pas de quoi vous parlez…
− Arrête de faire comme si ma tronche ne te disait rien.
Drake détacha les doigts acérés de la jeune femme de son col, la regardant avec gravité.
− Mademoiselle, un homme de ma trempe est tout à fait capable de vous faire regretter de telles paroles. Vos accusations pourraient tomber dans les mauvaises oreilles et la situation risquerait alors de rapidement dégénérer… C’est ce que vous voulez ?
Un grand sourire illumina le visage de l’inconnue. Elle tourna la poignée d’une porte qui se trouvait juste à côté.
− Par ici, nous serons plus tranquilles.



Quand ils en eurent fini avec leur tactique de diversion, Drake força à son tour la jeune femme à le suivre. Ils se retrouvèrent sous un petit escalier de bois, peu éclairé mais au moins loin de tous regards indiscrets.
− Moera, ce n’est pas un jeu ! la sermonna-t-il. Nous ne sommes pas ici pour profiter du merveilleux climat d’Oxley Circle.
− Je m’en doute, soupira-t-elle avec un air rêveur. Tu embrasses vraiment comme un dieu.
Le corsaire balaya la remarque d’un geste de la main.
− Est-ce que tu m’écoutes au moins ? Ne viens plus me parler quand je retournerai vers mes compagnons…
− J’ai attendu cet instant depuis si longtemps…
Drake se fit violence pour ne pas la secouer dans tous les sens. Moera Dreyer était bien la seule femme au monde (et Murielle ? Mais voyons, Murielle n’est pas humaine !) qui s’évertuait à l’aimer alors que lui n’avait en retour aucun sentiment pour elle.
− Je veux t’aider, dit-elle brusquement comme si elle était sortie de sa transe.
Il ouvrit la bouche mais elle la lui referma aussitôt en lui posant un doigt inquisiteur sur les lèvres.
− Dis-toi que c’est une chance que tu sois tombé sur moi et par sur un de tes nombreux ennemis ! Par toutes les créatures abyssales des mers, Drake, que fais-tu ici ? Quelle est la stupide raison qui t’a poussé à te jeter dans la gueule du loup ? Une femme ? Oui, je suis sûre que c’est pour les beaux yeux d’une femme que tu fais ça ! Ou ne serait-ce pas plutôt pour ce qui est contenu dans son décolleté ?
Il attrapa son doigt insolent, piqué au vif.
− Et toi, qui es-tu pour me poser de telles questions ? Je ne suis pas venu sur Oxley pour te rendre des comptes, Moera. Si tu veux m’aider, disparais de ma vue et ne reviens plus t’immiscer dans ce qui ne te regarde pas.
Loin d’être démoralisée par ces paroles, la jeune femme prit un air déterminé, les mains sur les hanches.
− Je peux t’aider, Drake, tu le sais parfaitement. Prends cela comme le gage de ma bonne foi, et peut-être même comme le paiement de ma dette envers toi.
− … Tu veux dire que si tu participes à notre petite aventure, je n’aurais plus jamais affaire à toi ?
Les yeux verts de la jeune femme brillèrent de tristesse à cette perspective, mais son masque résolu ne flancha pas. Elle hocha simplement la tête. Le fait que Moera rejoigne la mission prit tout le petit groupe au dépourvu, notamment Sasarei qui n’avait aucune envie que le plan initial soit perturbé par l’arrivée de quelque inconnue à l’air louche.
− Eh, à quoi vous jouez Calahaan ? fulmina la jeune pirate, les poings serrés sur la table.
Moera, appréciant moyennement le ton de Sasarei, répliqua à la place du corsaire avec froideur :
− Je ne savais pas que tu avais une nouvelle conquête dans tes rangs, Drake. Ton goût des femmes est de plus en plus médiocre.
N’y tenant plus, Sasarei se leva brusquement de sa chaise pour attraper l’insolente par le col.
− Oh, pardon, je me suis fourvoyée, poursuivit Moera, tu as embauché un nain à crinière rouge en fait ! Comme c’est miséricordieux de ta part !
− Continue comme ça ma grande et je te colle l’une de tes plumes là où le soleil ne brille jamais.
Constatant enfin que la situation allait lui échapper s’il ne faisait rien, Drake s’interposa entre les deux femmes :
− Holà mesdames ! Vous perturbez la tranquillité des clients avec vos chamailleries !



− Veuillez accepter cette modeste bourse pour oublier les désagréments causés au sein de votre établissement.
Sur le pas de la porte, Drake remit ladite bourse dans les grosses paluches du tavernier dont l’unique dent vacillait à chacun de ses mots.
− Tenez fos morues en laiffe, monfieur ! Ne remettez plus famais les pieds ifi !
− Il en sera fait selon votre désir, mon brave.
L’homme rangea la bourse dans la grande poche de son tablier sale et rentra, ignorant les paroles du corsaire. Il faisait nuit noire et désormais qu’ils étaient enfin seuls, Drake pivota vers les deux femmes du groupe. Havoc et un autre garçon, Pyke, s’étaient placés derrière leur capitaine afin de ne pas essuyer les dernières remontrances qu’elles pourraient encore se lancer. Spill, lui, se faisait violence pour ne pas éclater de rire.
− Hum, désolée pour tout à l’heure, grogna Sasarei au bout d’une minute, c’est pas dans mes habitudes de me faire remarquer comme ça. Et c’est pas dans mes habitudes non plus de m’excuser mais franchement l’heure tourne et on doit passer à autre chose.
− Nous vous suivons chez Lia, Sasarei, approuva Drake, mais d’abord il faut que vous sachiez que Moera fait désormais partie de l’équipe.
− J’avais compris, pas la peine d’en faire toute une histoire. Juste qu’elle se tienne à carreaux ou je lui fais bouffer son chapeau.
Moera fit un grand sourire et s’inclina face à cette réponse.

[HS : voilà, encore désolée pour le retard. Je me suis permise quelques libertés, j'espère que ça ira ! Et oui je suis nulle pour faire les chapeaux]
Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Sasarei Holkaìn

avatar


Messages : 486
Date d'inscription : 28/01/2010
Age : 27


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Thaumaturge- chasseuse de prime- pirate
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Mer 20 Juin - 19:50

Sasarei guida la petite troupe hors du village, dans un sentier accidenté, bordé de buissons parfaitement taillés qui détonaient dans le paysage sauvage ambiant. Drake s’inquiéta de ce brusque changement.

- Cette allée est vraiment étrange, pourquoi diable la végétation est-elle ainsi coupée ?

- Lia n’a jamais perdu ses bonnes habitudes, répondit Sasarei, c’est une tireuse d’élite qui aime avoir une vue dégagée sur ses cibles. Je pense d’ailleurs qu’elle nous tient en joue en ce moment.

- Et quelle est l’astuce pour monter la voir sans y laisser sa peau ?

- Siffler le code, dit-elle en entonnant une mélodie de quatre notes.
http://www.youtube.com/watch?v=rkKInyXkbgI

- Maintenant, la voie est libre.

La jeune femme les guida jusqu’à une modeste maison en bois d’où filtrait une douce lumière. La porte s’ouvrit avant même que Sasarei ait frappé et Lia lui offrit un demi-sourire.

- Je vois que tu n’es pas venue seule. Qui sont ces gens ?

Sasarei balaya l’équipée du regard avant de répondre.

- Une aide précieuse. Pour retrouver Armando.

- Entrez, je viens de faire du thé.

*

Le feu crépitait doucement dans un coin du salon, seul et unique bruit meublant le silence pesant qui s’était installé dans la pièce. Le nez plongé dans sa tasse fumante, Sasarei se demandait par où commencer. Il fallait interroger Ethan bien sûr, mais comment aborder les questions délicates qui croupissaient dans sa tête avec un homme qu’elle aurait, elle en était persuadée – encore du mal à regarder en face. Elle secoua la tête. Un peu de détermination que diable ! Tu n’as pas fait tout ce chemin et emmener tous ces gens avec toi pour faire demi-tour ici ! Tu es là pour retrouver et régler son compte à ton père bordel de merde !
Elle se leva, brusquement remontée à bloc et largua sa tasse de thé dans les mains de Lia en grondant un:

-Je dois lui parler.

Et de grimper l’escalier quatre à quatre pour s’engouffrer dans la chambre de son capitaine.

*

Il l’attendait ; fumant une cigarette à la fenêtre de sa chambre. Il avait l’air d’aller mieux. La fumée la fit tousser, signalant sa présence. Ethan se retourna et lui adressa un sourire facétieux en la reconnaissant.

- Hey ! Ça faisait un moment qu’on ne t’avait pas vue par ici Sasarei ! Comment s’est passé ton voyage ? demanda-t-il d’un ton badin.

- Oh la routine, mentit Sasarei, beuveries, aventures et compagnie.

- Ça m’a l’air passionnant ! S’enthousiasma Ethan. Dis-m’en plus.

- Ce serait un peu trop long, répliqua-t-elle, mais j’ai fait une rencontre intéressante.

- Laquelle ?

- Oh c’est juste un type que j’ai tabassé, mais figurez-vous qu’il m’a fourni des informations, disons intrigantes… Sur vous et sur mon père.

*Gloups*

Vous ne m’aviez pas dit que vous le connaissiez.

- Ah oui ? fit Ethan.

Embarrassé, il promena son regard dans chaque coin de la pièce, comme s’il cherchait une issue de secours. N’en trouvant pas, il opta –une fois n’est pas coutume – pour la mauvaise foi.

- C’est que… tu ne m’avais rien demandé, tu sais.

Sasarei sentit la colère monter en flèche. En une fraction de seconde, elle pensa à son sabre pendu à sa ceinture et se demanda si elle pourrait le tuer en un seul coup. Elle finit néanmoins par écarter l’option en prenant une grande inspiration résignée. Elle tira ensuite une chaise pour Ethan, l’attrapa par les épaules et l’y assit brutalement.

- Maintenant, lui dit-elle en calant son nez à deux centimètres du sien, je vous demande. Ethan eut un léger mouvement de recul mais, comme toujours, il feignait l’innocence. Où-est-mon-père ?

- Si c’est un interrogatoire en bonne et due forme, mon avocat devrait être présent, tenta Ethan.

- OU EST MON PERE ?!!! Et ne m’obligez pas à vous le demander une troisième fois.

Ethan tira lentement sur sa cigarette et souffla la fumée avant de répondre.

- Je n’en suis pas sûr... Mais il vaut mieux que je reprenne depuis le début, poursuivit-il devant le froncement de sourcil hargneux de Sasarei. Je n’étais qu’un jeune imbécile lorsque j’ai décidé de suivre ton père à la recherche d’Outer Heaven. Je suppose que tu en as déjà entendu parler ?

Sasarei acquiesça.

- C’est la fameuse île qui exauce le souhait le plus cher de ceux qui la trouvent, cette légende revient régulièrement dans les conversations des pirates.

- En effet, et ton père y croyait dur comme fer. Beaucoup le disait fou, mais moi, je l’ai suivi et il n’avait pas tout à fait tort…

- Vous voulez dire que l’île existe ?

- Oui, et ton père possédait un des artefacts permettant de la trouver, la carte de Maïr. Seulement ce n’était pas suffisant et malgré tous nos efforts nous n’avons pas trouvé Outer Heaven et j’ai fini par me lasser de ton père. Cependant même après avoir quitté son équipage, j’essayais de me tenir informé des avancées de ton père, au cas où il se rapprocherait un peu de la légende parce qu’au fond je veux toujours m’y rendre…

Ses yeux verts fixèrent le vide un moment puis revinrent se poser sur Sasarei.

- Mais toute cette histoire ne t’aide pas beaucoup dans tes recherches, n’est-ce-pas ? Les dernières informations que j’ai eues sur Armando disaient qu’il était près du but et à ce moment-là il naviguait à l’ouest de Kwanaï. Il y a des centaines d’îles et de récifs là-bas ; un vrai piège à bateaux. Malheureusement quand j’ai demandé confirmation à mon informateur, mon message est resté sans réponse. Et depuis ce jour, ni ton père, ni son équipage ne sont réapparus.

- Et c’est tout ? Demanda la jeune femme.

- C’est tout ce que je sais, confirma Ethan.

- Alors je n’ai plus qu’à aller le chercher, dit-elle en se levant et en se dirigeant vers la porte.

- Sasarei !
Elle sursauta lorsqu’Ethan la retint par la main, la ramenant doucement sur ses pas. Elle lui fit face et son regard se perdit dans les yeux émeraude de son capitaine.

- Tu sais, dit-il en s’approchant pour replacer affectueusement une mèche pourpre derrière l’oreille de la jeune femme. Si je ne t’ai rien dit avant, c’est parce que je ne voulais pas que tu perdes ton temps à courir après des chimères comme je l’ai fait moi…

Sasarei avait l’impression de se noyer. Elle avait le souffle court et son cœur refusait de ralentir ses battements, alors qu’elle essayait désespérément de détacher ses yeux du regard hypnotique de son capitaine.

- Et puis je ne voulais pas que tu partes, acheva-t-il dans un souffle.

Sasarei contempla une dernière fois le visage séduisant d’Ethan, caressa sa joue.

- Je suis désolée, murmura-t-elle.

Et elle se téléporta.

[hrp: et voilà! désolée si il y a des fautes, j'ai pas eu le courage de relire avant de poster ^^', j'espère que ça ira...]
Revenir en haut Aller en bas
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 39


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Sam 21 Juil - 11:34

Drake observait l'intérieur propret de la maison. Sasarei avait disparu à l'étage depuis un petit moment. Ses yeux se portèrent sur la dénommée Lia qui vaquait tranquillement à ses occupations malgré la présence du corsaire et de son équipage. Elle ne semblait pas vouloir en savoir plus sur eux, ce qui le troubla légèrement. On ne laissait pas entrer une troupe d'inconnus dans son logis sans poser de questions, en temps normal.
M'est avis qu'elle ne soucie guère de nous, pensa Drake avec un soupir.
Moera s'assit en face de lui alors qu'il sirotait son thé. Il n'avait pas l'habitude de boire un tel breuvage mais il avait besoin d'occuper ses mains et surtout son esprit. Le thé avait un goût agréable, un doux mélange d'agrumes et de cannelle. Le goût tourna à l'amer quand il se rendit compte que Moera le fixait avec insistance.
− Quoi encore ? dit-il avec brusquerie.
− Je me demande juste ce que tu as pu faire toutes ces années...
− Ma vie est palpitante, je te remercie.
Il reposa la tasse et grogna quand elle reprit :
− Il est passé où Misha ?
− Sûrement en train de casser les pieds à quelqu'un quelque part.
− Tu as fini par te débarrasser de lui, n'est-ce pas ?
Drake posa finalement les yeux sur elle. Aucune expression ne transpirait sur son visage mais ses yeux en disaient long sur ce qu'il pensait réellement de cette conversation.
− Il ne pouvait pas rester parmi nous. Tu le sais très bien.
− Au nom du ciel, Drake, il était un atout précieux ! Ça ne m'étonnerait pas qu'il te manque...
− Si c'était le cas, il serait là avec nous.
Moera voulut rajouter quelque chose mais elle fut interrompue par l'apparition soudaine de Sasarei sur les genoux de Drake.



Des bouches bées et un instant gênant plus tard, Sasarei se hâta de quitter les genoux du corsaire pour retrouver le plancher. Comme personne n'arrivait à sortir un mot, Moera se fit un plaisir de briser le silence pesant.
− Bon c'est quoi la suite du plan ? A part faire touche-pipi devant tout le monde, je veux dire.
Drake et Sasarei lancèrent de concert un regard foudroyant à la jeune femme. Celle-ci haussa les épaules.
− Il faut y aller. Voilà le plan, grommela Sasarei en prenant les devants. Lia, merci de nous avoir accueilli.
− Reviens quand tu veux.
− Ça risque d'être difficile, mais okay. Calahaan, dit-elle en se tournant ensuite vers l'intéressé, j'aurais encore besoin de vous. Enfin, de votre bateau...
− Euh... Bien.
Reprenant ses esprits, Drake indiqua à ses hommes de le suivre dehors, après une brève salutation vers Lia. Tandis qu'ils sortaient, des bruits de pas se firent entendre à l'étage mais Sasarei s'empressa de pousser tout le monde hors de la maison. Une fois revenus sur le sentier accidenté, elle jeta un dernier coup d'oeil à la maison, ce qui n'échappa pas à Drake. Il se garda bien toutefois de dire quoi que ce soit.
Le retour se fit dans le noir complet d'une nuit sans lune. Il n'y avait déjà rien de rassurant à se balader ainsi sur une île infestée de pirates, mais alors de nuit, c'était le summum du pompon. Heureusement, Pyke, qui était un élémentaliste de feu, éclaira la route pour ses compagnons. Drake le flanquait, suivit de près par Moera, Sasarei, Havoc et enfin Spill. Ils longèrent des falaises, traversèrent des prairies balayées par une brise fraîche, se frayèrent un chemin tant bien que mal dans un bois de ronces et de bruyère. De multiples craquements provenaient de leurs pieds qui foulaient un sol jonché de branches mortes, ce qui n'aidait pas quand on voulait faire la différence entre tel ou tel bruit suspect.
L'attaque survint de front.
− A terre ! cria Pyke.
Une gerbe de feu vers l'avant dévoila plusieurs silhouettes tout de cuir vêtues qui reculèrent face à la grande flamme. Pourtant ils ne s'enfuirent nullement malgré cette attaque dissuasive. L'obscurité s'étala sur eux. Pyke avait décidé de ne pas se faire remarquer et donc avait éteint son pouvoir le temps de rejoindre les autres. Or ne rien voir ne facilita pas sa tâche.
Drake, allongé sur le sol, entendait quelqu'un gémir près de lui. En se concentrant un peu il sut d'où les gémissements de douleur provenaient. Rampant vers la source, il découvrit Spill qui se tenait recroquevillé sous un buisson – du moins ce fut ce qu'il discerna dans ce nuage de pois.
− Spill ? Spill, calme-toi. Que t'arrive-t-il ?
− J'ai... J'ai été touché, mon capitaine.
Le matelot soufflait comme un bœuf. Drake dut se rapprocher afin de parler encore plus bas.
− Quelle est la nature de ta blessure ?
− Je crois que j'ai une côte cassée. Ça... Ça saigne, mon capitaine.
− Est-ce que ça te rassurerait si je te disais que tout va bien se passer ?
− Franchement... Non mon capitaine.
Spill étouffa un nouveau gémissement. Drake défit le bandeau qui maintenait ses cheveux et l'appliqua là où la main du matelot appuyait.
− Spill. Tout va bien se passer.
Drake se releva, se doutant pertinemment que les assaillants ne le verraient pas dans toute cette obscurité. Il lui suffisait d'être discret. Mais comme ses propres yeux commençaient à s'habituer au noir ambiant, il lui fallait faire vite. Il longea un sentier étroit, se faufilant entre les buissons d'épines, légèrement baissé. Une main surgit de nulle part attrapa brusquement sa botte alors qu'il se rapprochait de l'endroit où il avait vu les autres pour la dernière fois. Il se retrouva de nouveau à terre, deux mains douces et vraisemblablement féminines plaquées sur sa bouche. Il se dégagea, n'étant pas d'humeur à la badinerie (ce qui était fort dommage, pensa la partie mâle en rut de son cerveau).
− Les filles, ravi de vous savoir entières.
− Parlez pour vous, Calahaan, grogna la voix de Sasarei. Je me suis pris une épine épaisse comme mon petit doigt dans le genou droit. Ça fait un mal de chien et pourtant tout ce que j'ai envie de faire dès à présent c'est de botter le cul aux enfoirés qui nous ont attaqués.
− Très chère, je partage votre rage. Cependant nous ne pouvons agir dans un environnement aussi sombre.
− Nous n'avons pas le temps d'attendre qu'il fasse jour, intervint la voix de Moera, partiellement inquiète.
− Je m'en doute. C'est pourquoi nous devons retrouver Pyke. A moins que j'utilise mon alchimie...
Il reçut un coup à l'épaule qui le fit sursauter.
− Autant leur mâcher le travail pendant que tu y es ! répliqua Moera.
− C'est quoi l'histoire ? demanda Sasarei.
− Ce n'est ni le lieu ni le moment d'en parler ! s'indigna Drake. Si vous voulez bien m'excuser, j'ai un élémentaliste de feu à retrouver.
Il se remit à ramper. Au bout d'un moment, il buta contre un pied. Ou plutôt son front buta contre la semelle d'un chaussure boueuse.
− Q... Qui va là ?! geignit la voix d'Havoc. Je vous préviens, je n'hésiterai pas à utiliser des ronces pour me défendre !
− Silence, bougre d'imbécile ! C'est moi.
− Oh, mon capitaine... Désolé.
Des mouvements se ressentirent tout autour d'eux. Craquements et chuchotis leur indiquèrent que les assaillants se rapprochaient. Drake se tenait désormais près d'Havoc, épaule contre épaule.
− Où est Pyke ?
− Je... La dernière fois que je l'ai vu, il se trouvait à quelques mètres d'ici. Vous auriez dû le rejoindre le premier, mon capitaine.
− Justement. C'est là tout le problème. Je me souviens à présent qu'une force invisible m'a repoussé sur plusieurs mètres. J'ai eu de la chance de ne pas tomber dans un buisson d'épines.
− Qu'est-ce que ça pouvait être ?
− Havoc, réfléchis avant de poser une question aussi stupide. C'était l’œuvre d'un télékinésiste. Et un puissant, de surcroît. Nous n'avons pas affaire à des amateurs.
− Qu'allons nous faire ? J'ai l'impression qu'ils sont plus que nous.
− Le nombre ne fait pas tout, Havoc. Une bonne stratégie, ça, ça fait des miracles.
Le matelot voulut rajouter un mot que Drake était déjà debout. Il partit en trombe vers une troupe de silhouettes, puis cria :
− Pyke, la vague !
Le corsaire se rabaissa derrière un épais mur de ronces quand une déflagration envahit le bois de sa couleur orangée. Des hurlements percèrent l'air ainsi que des imprécations désordonnées. Quand Drake se releva, il découvrit un paysage brûlant par endroits. Pyke contemplait également son œuvre, le visage couvert de suie. Mais malgré son intervention, un des ennemis tenait en joug Moera. Et Sasarei n’était visible nulle part.

~ Pendant ce temps sur le Leboeran



[Effectivement ce dessin n'est pas de moi mais je l'aime trop alors zut. Merci Morgane !]
Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Sasarei Holkaìn

avatar


Messages : 486
Date d'inscription : 28/01/2010
Age : 27


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Thaumaturge- chasseuse de prime- pirate
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Ven 10 Aoû - 18:57

Projetée par la déflagration, Sasarei poussa un grognement de douleur lorsque son dos heurta un arbre. La vision et les pensées brouillées par le choc, elle se releva lentement et leur mauvaise posture lui sauta aux yeux. La scène était désormais éclairée çà et là par des restes de l’explosion de Pyke qui consumaient les buissons alentours comme de petits feux de camps allumés un peu partout. Sur sa gauche se trouvait ledit Pyke, hébété par sa puissance de feu et derrière lui, quelque peu protégé par un mur de ronces, Drake, qui cherchait visiblement à analyser la situation. Elle tourna la tête et trouva enfin ce qu’elle cherchait ; sept ennemis vêtus de cuir prêts à les attaquer et derrière ceux en formation, un dernier retenant l’otage. Ignorant la douleur aux omoplates que lui procuraient chacun de ses mouvements, elle s’accroupit dans les herbes hautes et se téléporta pour rejoindre Drake. Qui sursauta à son arrivée, manquant de peu de s’effondrer dans les ronces. Elle s’informa à voix basse des éventuels pouvoirs des matelots de Drake qui pourraient servir dans un assaut et lui communiqua son plan à voix basse.

Pendant ce temps les hommes en cuir formaient un cercle autour de Moera en criant haut et fort leurs revendications :

-Rendez-vous ! Et il ne sera fait aucun mal à cette poupée, disait un chauve masqué, une lame plaquée sur la gorge de la prisonnière.

Sasarei échangea un regard avec son compère et tous deux hochèrent la tête. Il était temps de montrer à ces bandits minables de quoi ils étaient capables…

Drake s’avança alors dans la lumière et rejoignit Pyke toujours abasourdi par sa prouesse pyrotechnique. Il lui prit le bras et lui chuchota des paroles d’encouragement ainsi que des ordres. Lorsque leurs assaillants les virent et qu’ils reçurent l’ordre de s’arrêter, Drake jeta un coup d’œil vers les fourrés où il avait laissé Sasarei ; elle s’était envolée.

Pour réapparaître, voltigeant au milieu du cercle d’ennemis. D’un bond, son sabre transperça la gorge du chauve qui menaçait Moera et lorsqu’elle retira sa lame, laissant le corps s’affaisser au sol, les autres se précipitèrent sur elles. Sasarei saisit la main de Moera et les armes ennemies se heurtèrent avec fracas. Faisant volte-face et ayant perdu leurs proies féminines, ils se rabattirent sur Drake et Pyke tous deux à découvert.

-C’est parti Pyke ! Fais comme on a dit, cria Drake en s'éloignant quelque peu.

Et Pyke s’accroupit tirant des jets de feu meurtriers sur les adversaires qui se rapprochaient dangereusement de lui en commençant par ceux sur sa droite. Il en avait déjà flambés deux et cherchait à atteindre un troisième lorsque Sasarei apparu sur la gauche se jetant sur un nouvel opposant avec rage, hurlant sa colère et ferraillant avec hargne. Elle avait laissé Moera auprès de Spill, à l’abri de tout nouvel enlèvement et elle était ensuite revenue pour la seconde moitié du plan. Pyke utilisa alors ses dernières réserves pour faire diversion. Il créa une énorme langue de feu qui fit reculer les cinq bandits restants d’un même mouvement et en profita pour se trouver un abri assez éloigné de ce qui allait se produire. Et lorsque le feu se dissipa, ce fût pour laisser la place à Sasarei, prête à contenir tous les assaillants survivants pour laisser à Drake le temps de finir son sceau. La jeune femme dût faire appel à toutes ses ressources, pour déjouer simultanément les attaques de ses cinq adversaires, parant, feintant et pourfendant à qui mieux mieux, se téléportant lorsqu’elle ne pouvait faire autrement. Mais la fatigue commençait à se faire sentir et son arme semblait peser de plus en plus lourd dans sa main. Détournant une énième attaque, elle profita d’un instant de répit pour crier à la nuit :

-CALAHAAN !!!Bougez-vous le cul, je ne vais plus les retenir longtemps !

Et l’obscurité lui répondit :

-BARREZ-VOUS !

A cette injonction, elle se téléporta cent mètres plus loin, dans le bosquet où Pyke s’était réfugié un peu plus tôt. Drake se redressa fièrement au milieu du sceau qu’il venait de tracer, réplique exacte de celui du livre d’alchimie qu’il potassait seul le soir dans sa cabine pour s’améliorer, il ferma brièvement les yeux pour une prière muette "Faites que ça marche" et transmuta.

Tout d’abord, il n’y eut rien. Aucun mouvement, aucun bruit, comme si le temps s’était arrêté. L’un des mercenaires ricana et tous reprirent leur assaut, mais sur Drake cette fois. Enfin il y eut un grondement sourd, comme si le sol était mécontent. Et puis la terre se gondola, la surface se craquela comme le dessus d’un gâteau au chocolat et des murs de terre surgirent autours de leurs assaillants, les enfermant dans une pièce sans toit. Ensuite, tout se passa très vite. Deux murs opposés se rapprochèrent rapidement l’un de l’autre, et tel un applaudissement, il y eut un CLAC accompagné d’un bruit d’os broyé et la transmutation se résorba, recouvrant le sol d’une poussière d’un gris-rougeâtre.

Drake s’affaissa sur les genoux et poussa un cri de victoire. Il avait réussi !
http://www.youtube.com/watch?v=o4DPuYhzX14

Sasarei et Pyke le rejoignirent et le saisissant chacun par un bras le relevèrent. Les feux de broussailles s’étaient presque tous éteints et l’obscurité retrouvait lentement ses droits. Pyke fit surgir une flammèche de sa main et ils retrouvèrent le reste de l’équipée sans trop de mal. Spill étant en mauvais état, il fût décidé que Sasarei le téléporterait directement sur le Leborean tandis que Drake, Havoc, Pyke et Moera redescendraient à pied en empruntant le même chemin qu’à l’aller. Et aux protestations de Moera qui aurait voulu que Sasarei les transporte tous au bateau, la jeune pirate répondit qu’elle n’était pas une agence de voyage et que si elle n’avait pas gaspillé des transports pour sauver les miches d’une gourdasse capturée par l’ennemi on aurait pu envisager une autre solution.

-Calahaan, je vous félicite pour votre performance. Si vous n’êtes pas sur le navire dans six heures, je viendrais vous chercher.

-Ne vous inquiétez pas Miss, répondit le capitaine avec un clin d’œil, on y sera.

Sasarei hocha la tête, s’accroupit près de Spill, attrapa sa main et se téléporta.

-En route vous autres, fit Drake à la cantonade, on a encore pas mal de route à faire.

[HRP: youhou! dsl pour la musique, j'ai pas pu m'empêcher xD]
Revenir en haut Aller en bas
Drake Calahaan

avatar


Messages : 1798
Date d'inscription : 08/09/2009
Age : 39


Age du Personnage : 31 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Transmutateur - Capitaine corsaire
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Dim 26 Aoû - 16:20




- Le retour a été plus ardu que l’allée, dit Drake alors qu’il sortait de sa cabine, une serviette en travers sa chevelure désormais propre. Mais qu’importe ! Quel plaisir de revenir chez soi.
- Draaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaakouneeeeet !!!
- Qu’ouïe-je ?
- DRAAAAAKEEEEEE !!!
- Sont-ce les tambours des Neuf Enfers ??? D :

Drake sentit une chose énorme et molle se coller fermement contre lui. Heureusement qu’il n’avait rien avalé depuis des heures.



- EH La vieille rombière, pas touche !! s’échauffa Moera quand elle vit la scène. Elle releva ensuite la tête vers le malheureux capitaine et lui lança : comment peux-tu laisser une créature aussi… aussi (grimace) abjecte te traiter de la sorte ? Tu es capitaine corsaire, oui ou non ?! Tu ne vas quand même pas approuver le comportement de cette femme de ménage obèse !
- QUOI ? glapit Murielle en se détachant enfin de sa victime. Je suis la comptable de l’équipage ! Qui es-tu, gamine, pour m’injurier de la sorte ?!
Silence tendu. Les deux femmes se toisèrent comme si elles étaient les seules à bord du Leborean. Mais ce n’était pas le cas. Non, elles n’étaient pas seules et dès à présent une autre femme ressentait l’ultime besoin de les balancer par-dessus bord. Contre toute attente, ce fut Kendan qui intervint.



Quelques minutes plus tard, dans la cabine de Drake –

- Par tous les dieux, Calahaan…
- Oui ma chère ?
- C’est tellement long et…
- Oui…
- Assez épais mais agréable au toucher.
- Oui !
- Ca se prend bien en main.
- Hmmmm
- C’est plutôt doux et lisse.
- Hmmmhhmmmm
- … Calahaan, qu’est-ce qui vous prends ?

Sasarei reposa la longue-vue qui l’avait tant fascinée jusque-là pour observer d’un œil critique le corsaire. Ce dernier tenait un verre de vin dont il savourait vraisemblablement le contenu. La jeune femme croisa les bras et se posa contre le bureau.
- Pouvons-nous passer aux choses sérieuses ? maugréa-t-elle.
Drake se releva agilement de son fauteuil capitonné et déposa son verre pour se resservir en vin. Il huma le fumet du breuvage, l’air songeur.
- En effet… Passer aux choses sérieuses… Ce serait bien…
- Calahaan !
- Ah ! Milles excuses, j’étais perdu dans mes pensées.
- J’avais remarqué. Concentrez-vous !

Elle plaqua sur la table un bout de parchemin racorni sorti d’on ne sait où. Drake se pencha pour l’examiner.



- La croix indique l’emplacement actuel d’Armando, indiqua Sasarei. C’est un cimetière de bateaux, alors j’espère que vous en avez assez dans le pantalon pour vous y aventurer.
Drake avait effectivement pâli à l’entente des mots « cimetière » et « bateaux » combinés. Il se reprit cependant et tenta de prendre la nouvelle avec philosophie.
- Très bien. Et une fois que nous aurons trouvé votre père, que ferez-vous ?
- Je le tuerai.
- … Au moins ça a le mérite d’être clair.
Le corsaire grimaça.
- Vous ne pensez pas que c’est un objectif un peu… radical ?
- Non. Je suis décidée depuis longtemps, Calahaan. Ce n’est pas maintenant que je vais changer d’avis, surtout aussi près du but.
- Certes mais…
- Il suffit, Calahaan. Les dés sont jetés.
La jeune femme sortit de la cabine d’un pas ferme, laissant le corsaire seul avec ses réflexions.

Le temps s’écoula au gré du vent et de la houle. La traversée jusqu’à Kempuka, le cimetière de bateaux, sembla durer une éternité à l’équipage. Les vivres se faisaient de plus en plus rares ainsi que l’eau douce. Rationner tout le monde n’était pas une mince affaire et Drake contournait prudemment tous les conflits possibles qui pouvaient naître à bord du Leborean. Il fallait s’habituer à la promiscuité qu’offrait la cale et au partage équitable des denrées. L’unique moyen de survie, quand on est en mer et qu’aucune terre est en vue, c’est la coopération pure et simple. Murielle fit tout pour éviter de croiser Moera de même que cette dernière fit tout pour éviter de croiser la comptable frustrée.
Drake, quant à lui, faisait tout pour éviter de croiser qui que ce soit, à part son second, qui était à ses yeux la seule personne sensée de tout l’équipage. La nuit, les matelots passaient leur temps à boire pour oublier la faim, les roulis marins suffisaient à endormir les plus harassés mais pas Léon, qui du haut de son nid-de-pie fixait constamment l’horizon à la recherche d’un bout de terre.
Par chance, et alors que Sasarei était sur le point d’étriper Moera (et vice-versa), Léon aperçut Aïn’ré sur laquelle ils accostèrent quelques heures plus tard. Là, ils firent le plein de provisions et d’eau, remercièrent les autochtones au passage puis reprirent la route, pressés par le caractère de plus en plus irascible de la jeune pirate au fur et à mesure qu’ils approchaient du but.
Il était désormais certain que le voyage qu’ils effectuaient n’était pas d’agrément. Leur objectif n’était pas d’échanger une cargaison, ni de transmettre un message, ni d’amener une personne jusqu’à une destination de vacances. La nature de l’objectif pesait clairement sur les épaules du corsaire. Et ce poids, il le transmettait involontairement à son équipage. Drake espérait au moins avoir la force de le supporter encore un moment.

Appuyé sur le bastingage, Drake se laissait baigner par la lumière du soleil couchant. Une brise passa sur son visage et il osa croire qu’une créature aérienne venait le saluer. Les yeux fermés, il sentit un nouveau poids peser contre son épaule mais il ne les ouvrit pas pour autant. Une main chercha la sienne et la prit. Il était bien.
- Terre en vue ! hurla la voix juvénile de Léon.
Drake et Moera, ainsi que d’autres, dont Sasarei, se rendirent à l’avant du bateau. Le soleil avait disparu dans l’horizon et une tension glaciale avait assombri l’atmosphère. Une brume mystérieuse fut la première chose qu’ils virent de l’île. Les côtes de Kempuka se dessinèrent ensuite, alors que le Leborean perçait ses défenses opaques. Moera réprima un frisson à la vue des bateaux échoués et démembrés sur la plage de sable noir.
Kempuka. Le cimetière de bateaux.
Drake perdit le peu de joie qui lui restait encore.

[HS : voilà ! pour une fois que je me casse le cul à poster des strips en plus... et puis cette fichu carte qui m'a pris la tête... j'ai triché mais je ne dirais pas comment. Bref, j'espère que tout est bon !]
Revenir en haut Aller en bas
http://ferialredink.deviantart.com
Sasarei Holkaìn

avatar


Messages : 486
Date d'inscription : 28/01/2010
Age : 27


Age du Personnage : 22 ans
Alignement: Chaotique Bon
Classe - Fonction: Thaumaturge- chasseuse de prime- pirate
MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   Ven 16 Nov - 17:16

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Requiem pour un Pirate   

Revenir en haut Aller en bas
 

Requiem pour un Pirate

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Apartadiza :: Oxley Circle-
Sauter vers: