AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Panacée profanée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pansen LarjGrant

avatar


Messages : 511
Date d'inscription : 06/10/2011


Age du Personnage :
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction:
MessageSujet: La Panacée profanée   Lun 6 Fév - 11:26

Modération : à la demande de Pansen, ce message devient un nouveau topic. Ainsi, les joueurs participant à la soirée d'ouverture peuvent continuer leur RP Wink !


Pendant la soirée d’ouverture

Il y avait vraiment beaucoup de monde, le bouche à oreille avait fonctionné. Alors que la soirée était déjà plus qu'entamé des clients continuaient d'affluer si bien qu'il n'y eu bientôt plus de place ou s'asseoir. De sa cuisine Pansen voyait tout ce qui se passait au rez-de-chaussée. Jamais il n'aurait cru un jour côtoyer des gens aussi bien habillés et aussi à l'aise dans l'art des faux sourires et des faux sentiments, bien qu'il ne les côtoyait pas vraiment. Des technopolitains en plus, bien qu'il habitât dans le quartier depuis maintenant plusieurs mois, il n'avait jamais pris le temps de les observer, car la construction du bar occupait toute ses pensées.
Il avait tout le loisir de le faire d'ici, certaines de leurs coutumes lui échappaient encore mais la plupart lui étaient familières: les hommes faisaient toujours rire les femmes en espérant ainsi attirer leur attention, et les femmes usaient pareillement de ce regard ardant, qui allumait un brasier dans le cœur des jeunes prétendants.

Qu'elle soit alchimiste ou technopolitaine la noblesse reste la noblesse.
Au cours de la soirée Pansen crût halluciner quand il aperçut Greta de l'Hesperanz. A tel point qu'il se demanda s'il n’y avait pas une fuite de gaz. Après vérification non, c'était bien Greta.
*A-t-elle déjà reçut ma lettre ? Non je ne l'ai envoyé que ce matin, mais alors comment a-t-elle sut que l'ouverture avait lieu ce soir ?*
Malheureusement en cuisine c'était la folie, Pansen ne pouvait absolument pas s'éloigner des fourneaux, il y avait du monde et porter toute es recettes à ébullitions demandait une extrême concentration et une grande précision. Il demanda alors au barman de saluer Greta pour lui et de lui trouver une bonne place quand il serait un peu moins débordé, il lui demanda aussi de préciser qu'il était navré de ne pouvoir la saluer lui-même et que sa venue lui procurait la plus grande joie.

Quand le barman revint il expliqua que Greta était accompagné et qu'elle avait réussi à trouver une place toute seule, puis il tendit une fiole à Pansen par la petite fenêtre qui reliait le bar à la cuisine.

En voyant la couleur du liquide Pansen ne dit mot, mais son expression avait changé. L'air sombre il délivra la fiole des mains de ce sbire puis lui demanda de retourner voir Greta avec ce message : "Cela veut-il dire que vous acceptez ma proposition ?".

Encore un peu plus tard le barman revint avec cette réponse: " Cette histoire est oublié, ma réponse est la même que la dernière fois".

Pansen grimaça légèrement, posa la fiole en sureté et passa le reste de la soirée dans ses pensées. A 2 heures du matin un cortège de voiture se défilait devant l'entrée, les domestiques ramenèrent leurs maitres, qui n'étaient pour la plupart plus en état de marcher seuls, puis tous s'en-allèrent.

Toute l'équipe était crevé. Pour la deuxième fois de la soirée seulement Pansen mis les pieds dans la salle. Il lança un regard exténué à Trisstee qui lui rendit un regard neutre. Cela le rassura.
On passa un rapide coup de balais puis, épuisé, chacun rentra chez soi. C'est tout pour cette nuit !



Le lendemain matin on se réunit tôt dans le bar afin d'analyser la soirée, après avoir nettoyé et rangé les masques ainsi que la salle, tout le monde pris place autour d'une table.

" Alors qui veut commencer ?" Dis Pansen le sourire aux lèvres

Sophia: Put*** j'hallucine le monde qu'il y avait quoi !
Jessie: Grave
Fidel: C'était dur...
Sophia: J'ai cru mourir !!
Ereban: Ah ouais ? Pour nous en cuisine c'était trop chaud j'ai encore des courbatures ! Je crois que j'ai jamais autant couru de ma vie !
Sophia: Un moment j'ai même halluciné je crois qu'il y avait des alchimistes dans la salle !!

" Bien bien, répondit Pansen, et les remarques constructives maintenant ?"

Jessie: Quelle remarque on a cartonné non ?
Sophia: Par contre ils filent pas de pourboire ça craint, les uniformes sont pas assez décolletés j'pense.
Ereban: Ou alors c'est ta tête qui convient pas !
Sophia: Ferme ta g***** toi !

Trisstee cogna du talon, le silence revint et ainsi tout le monde pu entendre un bruit anormal.

Simus:C'est quoi ça ?
Jessie: Une fuite de gaz ?

La tension monta, toute l'équipe se leva de sa chaise.

"Ne Paniquez pas tant qu'il n y a pas de flamme on ne risque rien, cherchez d'où ça vient"
On eut beau chercher, on ne sentit rien. Soudain le bruit s'arrêta.
Ereban: Ça venait peut être de dehors ?

Pansen regarda Trisstee tout en envoyant Simus faire le tour du bâtiment.

" Il n y a eu aucun problème hier il n y a pas de raison que ca ne continu pas ainsi."

Simus: Chef chef venez voir !!!

Spoiler:
 

Sophia: Au p**** j'hallucine !
Simus: Quand je suis arrivé le type était déjà partit...

Pansen resta longtemps muet les yeux fermée, quand il reprit ses esprits ce fut pour dire:
"On ne peut pas rattraper le bois sans l'abimer, il va falloir racheter des planches. Ça va coûter cher..."
L'équipe fut étonnée de la réaction de Pansen, tous sauf Trisstee l'auraient imaginé piquer une colère, mais les deux gérants de l'établissement savaient que ce genre de désagréments pouvait arriver.

" Fidel va contacter l'ébéniste et voit combien de planches il peut nous obtenir pour ce soir, il faut réparer cela au plus vite."
Trisstee intervint:
" On pourrait aussi dévisser les planches et les retourner, ainsi il nous suffirait de les vernir."

Ce à quoi Pansen répondit:
"Non si on fait ça ces inscriptions seront toujours là même si on ne les verra plus, et je ne veux pas ça."

- Oui mais ma solution reviendrait moins cher, et c'est Mr Liekaterinev qui fournit l'argent pour ce business, ce n'est pas à vous de disposer du budget comme vous le voulez.

Pansen avança sur Trisstee les poings serrées:
"Ce business est à moi ! Je suis le gérant de ce bar et j'en fait ce que JE veux ! Toi et Liekaterinev allez vous faire foutre !"

Spoiler:
 

L'équipe resta bouche bée. Trisstee attendit un bref moment et répondit sur un ton toujours léger:

"On fera comme j'ai dit. Fidel contacte l'ébéniste pour savoir quand est ce qu'il pourra poser du vernis sur les planches. En attendant Jessie et Sophia allez chercher une couverture et des clous pour cacher ça.

Jessie: Pourquoi je dois y aller avec elle ?
Sophia: De quoi tu dis quoi ?

"Les filles faites vite" répondit Trisstee.

Pansen, tournée vers le mur vandalisé dit sur un ton plus calme:

"Je veux qu'on retrouve celui qui a fait ça, et qu'on me le ramène vivant"


Dernière édition par Pansen LarjGrant le Mer 29 Fév - 23:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Trisstee.A Xarran

avatar


Messages : 250
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Mer 22 Fév - 17:24

Toute la troupe retourne à l'intérieur du bar après un bref mouvement de tête de la part de Pansen.
Trisstee ne bouge pas. Il passe à coter d'elle, elle regarde brièvement aux alentour, empoigne Pansen au col et le plaque contre le mur.
D'une voix toujours aussi calme elle reprend.

-Il y a deux ou trois chose dont il va falloir discuter. Je ne suis pas ton larbin, ni ton chien et encore moins ta copine. De par ce fait, j'estime que tu dois me parler avec un minimum de respect. De plus on ne discute pas mes ordres, tu te comporte comme un gamin capricieux, si je dois te mettre la fessée pour te rappeler à l'ordre je n'y manquerais pas, si tu veux discuter logistique il y a l'arrière boutique qui est prévu pour ces actions là, on évitera ainsi que les employés en sachent trop. Ha ! aussi, arrête de regarder les film cyber, « retrouve qui a fais ça ? » Je ne suis qu'une femme, je n'est pas de flingue ni de super gadget pour retrouver un petit merdeuh qui a fait des saleter sur le mur, je ne protège que l'argent de Vassili et non l'établissement, débrouille toi par tes propres moyens, je ne suis pas payé pour jouer au détective privée. Enfin Tu as tendance a oublié que cet établissement ne t'appartiens pas temps que tu n'auras pas rembourser ta dette, en attendant tu n'as que ta vie en guise de remboursement...


-Est-ce une menace ?

-Prend le comme tu le veux, la prochaine fois je ne perdrais pas mon temps en parole.

Elle le relâche, il essuie son col et lève la tête dignement avant de retourner à la Panacée.

Trisstee avait menti sur le fait qu'elle ne protégerait pas l'établissement, mais Pansen devait apprendre à régler ses problèmes de lui même, elle ne sera pas toujours là pour ramasser les pots cassé.

Elle s'éloigne de la Panacé, sort l'oreillette de son portable et appel son compagnon.

-Salut ma chéwi de n'amour ! Dit-il d'une voix langoureuse, provocatrice et quelque peut moqueuse.
-Haha … J'ai pas le temps de joué à ça désolé, Chéri t'as encore les mini cam' ?
-Celles reliées à ton champs optique ?
-Oui.
-Oue je vais voir ça, mission de surveillance ?
-On peut dire ça, je t'expliquerais plus tard, t'en as combien ?
-Attends 2 min je te dis ça.


Elle entends des tiroirs claqué, du métal s'entre choqué et grincé à travers l'oreillette puis le bruit de sachet en plastique.

- Hum... 2, 3... 6. Il en reste 6.
- Elles sont déjà programmé ?
- En principe oui, tu les veux tout de suite ?
- Si possible.
- Ok rejoins moi au tram dans 10 min.
- Merci, je t'aime.
- Et moa encowe plouche !

Elle raccroche pour éviter qu'il ne s'emporte une nouvelle fois. Ils se retrouvent au point de rendez-vous convenu, échangent quelques phrases sans importances et s'embrassent avant de se séparer.

Trisstee installe discrètement les caméra aux points stratégique de l'établissement, puis les allument.

| Connexion...
X:1235,2545 Y:12587,2564 Z:25411,0255 Z:125489,3256 B :1254778,25644 C:1259874,23654 …
Autorisez l'accès au système SPCO ?
Accès autorisé
Connexion terminée. |


Au coin de son champs visuel six nouveaux écrans apparaissent, elle vérifie la qualité des images, règle les contrastes, la nettetés et met en route le capteur de mouvement avant de fermer les fenêtres. Pour vérifier le bon fonctionnement des caméra elle se déplace dans le champs d'action de chacune d'elle, à chaque fois un petit point rouge clignote de le coin de son champs visuel, elle ouvre l'écran correspondant et vérifie si c'est la bonne caméra.

Réglage OK, il n'y a plus qu'à attendre le poisson.
Revenir en haut Aller en bas
Pansen LarjGrant

avatar


Messages : 511
Date d'inscription : 06/10/2011


Age du Personnage :
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Jeu 1 Mar - 11:01

Une fois rentrée dans le bâtiment, Pansen pénètre dans la cuisine et ferme la porte derrière lui. Les muscles de son visage sont contractés, on peut y lire un mélange de frustration, de honte et de colère.
De rage, ses deux poings viennent s'écraser contre la table dans un mouvement vertical.

* la prochaine fois je ne perdrais pas mon temps en parole ça veut dire quoi ça qu'elle compte me frapper ? Qu'elle essaie seulement cette sombre imbécile ! Tss Je ne suis qu'une femme tu parles ! A qui essaie tu de faire croire ça, cette gorille a une force démentielle et elle le sait. Pourquoi a-t-elle mentit alors ? Peut-être qu'elle a vraiment eu peur, et qu'elle essaie ainsi de s'affranchir de mon ordre de trouver le coupable. En fait elle fait tout ça pour se couvrir, je vois…*

Ses traits se détendent et son visage retrouve son expression habituel. Son sourire revient alors qu'il pense:
* Pauvre petite chose noire aura tu des problèmes avec Liekaterinev si l'établissement a des problèmes ? Ne t'en fait pas si tu n'es pas avec moi, j'ai encore beaucoup d'autres options pour cette affaire.*

Pour une raison qu'il ignore même s'il est passablement calmé son corps ne veut cesser de trembler.

Tant pis, il rehausse son sourire et ouvre la porte.

La journée suit son cours et par chance Pansen, qui donne ses ordres depuis la cuisine, n'a pas à soutenir le regard de Trisstee.
A l'heure de la fermeture il rentre chez lui, une fois arrivé il déboutonne son gilet et met de l'eau à chauffer. Tout en buvant sa tisane il réfléchit à un plan.

* J'ai tendance a oublié qu'elle ne travaille pas pour moi mais pour l'autre vieux. Elle est insensible à mon charme c'est dingue ça, c'est comme pour Greta, elles ne veulent pas rejoindre le bleu. Non il ne faut pas que je la compare à Greta, Greta est magnifique, elle est belle et distingué...
Oui mais Trisstee est forte, et belle…
Enfin bref je peux pas compter sur elle et je ne peux pas m'éloigner de la cuisine pendant la journée, il faut donc que je choisisse quelqu'un parmi les employés pour chercher des indices à ma place...*

Il réfléchit sa tasse à la main puis se couche une fois celle-ci finit. C'est tout pour ce soir.


Une fois par semaine Pansen a rendez-vous avec des commerçants d'Alestra, qui lui fournissent des commandes spéciales, ces dernières prennent la forme de petites quantités de gaz contenues dans des bouteilles en métal. Alors que les grosses commandes sont mensuelles et concernent les gaz les plus demandés par les clients, ces petites commandes sont composées de gaz qui ont eu peu de succès ou d'échantillons pour d'éventuels nouveaux cocktails.

Ce jour est arrivé, et si d'ordinaire Pansen effectue le voyage avec Trisstee, il en sera autrement aujourd'hui.
Avec Simus comme chauffeur Pansen se rend au lieu de rendez-vous situé à la frontière entre Consortium et Alestra.

"Messieurs c'est un plaisir de vous revoir" engage Pansen

"Le plaisir est partagé, j'avoue être toujours surpris de vous voir !"

"Ah oui et pourquoi cela ?"

"Et bien tout d'abord je reçois une lettre d'un de vos gens pour une commande d'une dizaine de produits, cela m'étonne car si vous commandez cela signifie que les affaires se portent bien ! Et cela en Consortium c'est très rare ! Toute la semaine je pense à ça puis vient le jour de la livraison, si par hasard je venais au point de rendez-vous et que je ne vous y voyez pas alors je serai fixé, vous seriez surement sans vie ou porté disparu et ce serait normal vu votre situation. Mais alors chaque semaine je vous vois ! C'est incroyable !

"Et je n'ai pas fini de vous surprendre, attendez encore une semaine et vous verrez !"

-Sans vous offenser, entre nous dites-moi ce que vous avez fait pour qu'ils vous acceptent ! Vous les droguez ?"
- Et bien oui...

La transaction se passe sans problème, les substances sont parfaites comme d'habitude. Greta avait réellement de bonnes connaissances. Simus paye l'hypocrate et conduit Pansen sur le chemin du retour.

Le soleil se couche, la lumière diminue et alors que Pansen s’est laissé aller à la divagation la voiture s'arrête.
"Sommes-nous déjà arrivé ?" s'enquit-il
"Non, y a des gens qui bloquent le chemin... Oh merde descendez descendez !!"

Pansen s'exécute sans comprendre la situation. En face de la voiture il y avait effectivement 4 hommes armés de courts bâtons à forme conique et de chaînes. Derrière eux une voiture, surement la leur, qui bloque la route.

"La Panacée c'est vous ?" Interroge un des gars.

"Écoute je sais pas qui vous êtes mais vous feriez mieux de dégager de là, c'est au-dessus de vous tout ça" répond Simus.

"J'ai posé une question... Toi t'es le chauffeur je suppose que le mec derrière est ton patron ?

A cet instant Pansen s’est figé, il ne comprend que maintenant dans quelle situation il se trouve.

"Ecoute, on bosse pour Vassili Liekaterinev ok ? Si tu veux pas de soucis casse toi et emmène tes potes avec to..."

Une chaine de fer est venue fouetter durement le visage de Simus qui se retrouve au sol. Au même moment les trois inconnus qui étaient jusque lors resté muets foncent sur Simus pour le rouer de coups.

"Répond au question quand on t'en pose ! Ha ha bien fait pour toi, et vous là-bas je vous demanderez de venir avec moi."

Simus a cessé de crier, il ne bouge plus. Quant aux 3 hommes ils se dirigent vers Pansen maintenant.
*Oh non je rêve je rêve je rêve !!!!*
Il sort un cannif de sa poche et le brandit devant lui pour les intimider ! Ça ne les ralentit même pas.
Il regarde la voiture, il y a de quoi faire une bombe la dedans, en allant suffisamment vite il pourrait se saisir d'une bouteille, l'ouvrir, les sonner avec le gaz puis les finir au couteau.

"Ta ta ta si j'étais vous je n’y penserai pas"

L'homme qui n'a cessé de poser des questions soulève sa chemise, laissant voir un pistolet habilement planqué dans son pantalon.

"Vous êtes un alchimiste n'est-ce pas ? On ne me l'aurait pas dit je n'aurais pas deviné !"

Quand soudain Simus se lève et cours dans la direction opposé à celle de Pansen. Sans se retourner il court jusqu'à une intersection, il l'a prend, il continu et bifurque dans une ruelle. Par chance ils n'ont pas visés ses jambes. Il s'arrête derrière une poubelle. Un regard en arrière...personne. Il reprend son souffle, crache une substance rouge afin de se débarrasser de ce gout de fer dans sa bouche. Il essuie ce qu'il prend pour de la transpiration. C'est rouge. Il se saisit de son téléphone et compose un numéro. Les secondes paraissent durer des heures.
" Allô Mme Trisstee !!!!??? Venez nous aider on est attaqué !!"
Revenir en haut Aller en bas
Trisstee.A Xarran

avatar


Messages : 250
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Mer 14 Mar - 10:44

Quelques heures plus tot.

***

Trisstee avait presque achevé ses 4 heures de travail journalière.
Bien entendu c'était peut pour ses responsabilités mais d'une part son état physique ne lui permettait pas d'en faire plus, d'autre part, elle s'était réservé le luxe de deux heures de liberté quotidienne, en accord avec Vassili, pour passer un moment avec Raizen, entretenir la mécanique de son Corps et vérifier l'avancement du poison qui agissait lentement en elle.

Sans en être étonné, elle vit Pansen partir avec l'un des employés, sans doute une course importante qui risquait de durer un certains temps.

De son coter elle fit les derniers préparatif de la scène qui n'avait put être inauguré le jour de l'ouverture à cause de divers problèmes technique et de travaux de dernière minutes.
Ce petit renfoncement dans le mur accueillait une panoplie d'instrument et de matériel audio, le tout se dissimulaient élégamment derrière un rideau bleu royale lorsque la petites estrades n'était pas utilisé.
Ce petit plus avait était demandé par Trisstee et fut aussitôt refusé par Pansen. Non par le fait que ce soit une mauvaise idée mais sans doute fut-il touché dans son amour propre de ne pas y avoir pensé plus tôt.
Se petit caprice de dirigeants retarda inexorablement les travaux, Trisstee insista inlassablement, et Pansen finit par céder la menaçant qu'il fermerait ce luxe inutile si la musique joué ternit l'image de la Panacée, et surtout sa propre image.

-Jessie plus de lumière rouge sur la base de la scène s'il te plait...
-Bien madame.
-Eremus augmente légèrement les contraste des spots jaunes.
-Oui madame.


Elle observa longuement la scène, les employés étaient accroché tant bien que mal aux spots et attendaient les dernières instructions.

-Jessie, un léger contraste de bleu dans le fond pour me faire ressortir tout ça... Bien c'est parfait.
-Madame les musiciens viennent d'arriver.
-Qu'ils commencent les répétitions au plus vite.


L'elfe avait parié sur le style de musique qui fourmiller dans les vieux quartiers du consortium, le jazz, ou quelques chose comme ça, elle n'y connaissait rien mais compter sur l'ambiance particulière de ses notes ponctué pour contraster avec les parfum élaborer de Pansen. Du moins, C'était le genre de discourt qu'elle tenait pour convaincre les gens de son choix musicale, c'était avant tout un choix stratégique, pour réconforter les technopolitains que même tenu par un alchimiste, ce lieu reste fidèle au quartier.

Les musiciens s'installèrent, firent quelques notes d'accords, et enfin la première mélodie sortit du piano.

http://www.youtube.com/watch?v=I6PHgtdxFrY

La musique suffisait a elle seule pour feutrer toute les pièces de la panacée, le sons sablé de la batterie accordait le tout en douceur accompagnant les magnifiques parole du piano qui exprimait un tas de chose incompréhensive et pourtant pleine de sentiment. La lumière conduisait agréablement le regard vers les musiciens talentueux.

Elle se laissait embarquer... Combien de temps ? une, deux ou encore trois musiques , le temps n'avait plus la même définition, c'était au final plus pour son propre confort que pour les clients qu'elle avait tant insisté.

La sombre resta au bar le menton reposant dans la paume de sa main et dériva dans un foule de pensé futile, savourant sans complexe l'un des rares plaisir que son corps pouvait encore lui offrir.
Enfin ses yeux s'ouvre a nouveau et s'accroche à l'aiguille la plus fine de la pendule qui ne tournait que trop vite, sa tête se relève, son manteau enveloppe une nouvelle fois son Corps.

- Jessie, je dois y aller, tu te charges de la suite en l'absence de Monsieur LarjGrant ?
- Bien madame.
-Bonne journée, a demain.


Et enfin elle sortit par la grande porte d'entrée accompagné des quelques notes de piano et de trompette qui lui suppliaient de rester dans la salle.

***

Deux coups rapide, puis trois plus longs. La clef pénètre dans la serrure, tourne et enfin la porte s'ouvre.

-Venduie

Raizen fait basculer le dossier de sa chaise, un large sourire se dessine sur son visage et à son tour il répond.

-Venduie.

La sombre se débarrasse de sa large veste, de son écharpe en fourrure, ferme la porte et se tourne face à la grande pièces.
L'aspect intérieur de leur grand appartement parait futuriste comparé à l'époque victorienne de la rue en contrebas. Tout le logement avait été conçut comme une copie presque conforme des bloques de sommeil des sœurs de batailles, en Shil'lie. Seul la douche, une pièce plus personnelle accueillant un grand lit et le bureau de Raizen étaient différent.
Au centre de la pièce s'élevait une grande table d'auscultation avec un pied massif, suivit par un panoplie de câble courant jusqu'à une foule d'appareil de radio et d'analyse diverse, sur la gauche trônait son "Sarcophage" qui laissait apparaitre des raies lumineux vert jaune le long du plafond. Le tout était tapissé d'une ambiance obscur et s'illuminait seulement artificiellement pour éviter d'ouvrir les rideau épais et attaquer le champs visuel de Trisstee lors de son éveil.
Trisstee traverse la grande pièce, rejoint Raizen et l'embrasse.

-Alors cette journée ? Commença-t-il
-Sans plus, quelques finitions ça et là, rien d'alarmant, et toi ?
-J'ai trouvé un truc intéressant. Trisstee relève la tête en l'inclinant légèrement. regarde. Il tourne l'écran de l'ordinateur ou était affiché le portrait de deux elfes noirs. J'ai continué de répertorier tout les elfes noir résidant à Range Harbor, comme tu me l'as demandé, et je suis tombé sur elles, elles te rappellent peut-être quelques chose ?
-Impossible... Un sourire tendre esquissa ses lèvres.
-Et pourtant, Raizen fait glisser la roulette de sa souris pour faire défiler les images, Daphné et Phaera Asura Xarran, deux de tes cadettes.
-Elles ont l'air d'être devenu si... Leonnesque... haha ! je l'aurais parier, des militaires comme l'exige la tradition Xarran. Je pense que mère a su insuffler l'esprit qui leur fallait, loyal et inébranlable... Sarcasme à part, je pense qu'elles pourront nous être utile, récupère leurs adresses, l'héritage Xarran nous réservera peut-être deux belles surprises.

A ces mots, son sourire s'estompe, ses oreilles s'inclinent, elle s'éloigne, s'assoit sur la table d'auscultation et pose sa main au niveau de son ventre...

-Qu'est-ce que tu as ?
-Rien, laisse tomber.
-...
-Bon ok, tu sais qu'une fois que je les aurais contacter la machine se mettra sans doute en place.
-Oui et ?
-Et ? Je risque de disparaitre avant le temps imparti ! Qu'est-ce que je t'aurais laissé ? Rien ! Pourquoi m'as-tu suivit Raizen? Pourquoi as-tu accepter de vivre hors de Shil'lie alors que tu me savais condamné ? Pourquoi alimentes-tu cette vengeance, MA vengeance ? Je suis aussi féconde qu'un bout de métal , le seul héritage que je peut t'offrir c'est la poursuite inlassable des autres sœurs de bataille...


Il se lève, rapproche une chaise et s'assoit au niveau de Trisstee, elle incline la tête comme honteuse de dévoiler ses faiblesses. Il repousse une mèche de cheveux ébène jusqu'à l'arrière de l'oreille de sa propriétaire.

-Considéré comme une hérésie chez les elfes blancs, vue comme un bâtard au sang corrompu par les elfes noir...
-Et ? Tu es de chair et d'os, de long jours t'attendent encore...
-Je suis un elfe gris Trisstee ! Le rejetons d'une mère insouciante qui n'as pas put résister à la tentation d'un elfe blanc... Une sous-race à éliminer, une honte pour les deux coté. Tu sais pourquoi la plupart des mécanicien des sœurs de bataille sont elfe gris ? Parce que vous êtes toute de la haute noblesse elfe noir, la barrière social entre nos deux situations ne permet pas d'effectuer un contact amical et encore moins amoureux, ce qui leur permet au final d'obtenir un meilleur contrôle des deux parties. Toi tu m'as simplement tendu la main et t'as prononcé "Trisstee Asura Xarran, ravi de travailler avec vous". Et tu vois, ce jour la je me suis senti vivant pour la première fois, parce que TU m'as adressé ces simples parole... A partir de là je t'ai aimés et tu as gagné toute ma loyauté.


Elle plonge sa tête de le creux de l'épaule qui se présentait face a elle.

-Merci... Désolé d'être aussi égoïste... Merci... Je n'ai plus que toi pour me sentir vivante... Toi et la douleur constante de se corps qui n'est pas le miens... Tu me fais survivre, tu me permet d'assouvir mes plus sombre dessein, et surtout, tu me permet d'éprouver des choses indéfinissables... Je t'aime voila tout... Elfes gris ou machine... Ça n'a plus d'importance.
-Ça n'a plus d'importance...




***

"Plus les années passe, plus j'ai hâte de me retrouver dans cet état végétatif, Je ne vois plus, je ne sens plus, je n'entends plus et surtout la douleur disparait. C'est comme flotter dans une espèce de nuage remplit de petites bulles gazeuses, comme atterrir sur une autre planète. Au début le temps est longs, interminable. Mais les années nous permettent d'être plus patient et de s'enfermer dans une série de pensé futile, de théorie inintéressante, de réflexion impossible et de rêve irréalisable... C'est une sorte de sommeil sans sommeil, de rêve sans rêve, comme déphaser de toute réalité..."

/!\ Urgence /!\ ...

/!\ Urgence /!\ ...

Débranchement d'urgence du bloque de sommeil activé...


La sombre est projeté au sol.

Connexion nerf artificiel/nerf biologique 30%

Elle rampe et essai de se relever.

État général : 45% des capacités activé...

-RAIZEN !

/!\ Capacité vitale sous 40% /!\

-RAIZEN !

Appareil auditif activé

-...lme toi je suis juste là.

Champs visuel activé.

L'image saute avant de se figer sur le visage de son amant.

http://www.youtube.com/watch?v=_Waqn0jBG58

La respiration est courte, la poitrine douloureuse, une sorte de déchirement insoutenable parcourt son ventre, la colonne vertébrale semble bloquer et pince quelque chose dans son dos. Elle avait l'impression d'être un simple bout de viande jeté dans une piscine d'aiguille et de glaçon, marteler à coup de masse sur le crane. Sous la douleur, elle finit par vomir, elle ne sent toujours pas ses jambes.

-Situation... D'urgence ? ... Explique...
-Pansen vient de se faire attaquer, un groupe d'homme armée, ils ont liquider Simus avant d'embarquer le corps et Pansen dans la Panacée.
-Sa vie est en... Danger ?
-Non, ils essaient de le convaincre de fermer boutique.


Elle relève la tête et aperçoit sa combinaison en maille de carbone. Elle se redresse aidé par Raizen.

-Ça va aller ?
-La connexion suis son cours... 50%/60%/50%... arrivé la bas je devrais être opérationnelle... J'ai concentré l'activation... Sur les jambes.
-Ok surtout sois prudente, tu risques d'abimer une pièces ou même de provoquer une hémorragie interne, les fonctions vitales ne sont pas encore optimisé, t'as encore du mal à respirer et ton rythme cardiaque est irrégulier.
-C'est bon... ça va le faire... aide moi à enfiler ça.


Elle met rapidement son équipement de sœur de bataille.

Connexion des fonctions motrice inférieur 100%
Débridage 50%
Vitesse pouvant être atteinte : 52 Km/h.


Système de communication activé par Raizen...

- Trisstee je t'envoie le chemin le plus rapide pour atteindre la panacée.

Téléchargement en cour
Téléchargement terminée

Activation du système MAP


-Ok... J'y vais... 2m37 et... J'y suis.

Elle parcourt les toits, dépasse certains véhicule et bondi d'un patté de maison à l'autre.
Enfin elle arrive sur le toit de la Panacée.

Activation du système CAC
Cible repéré...


Elle ouvre une des fenêtres donnant sur le ciel, cible la cheville d'un des malfrats puis saute.
Elle retombe de tout son poids sur la jambe de sa cible, sous la masse démesurée de son corps, la jambe de sa victime se romps en deux. Aussitôt sa mains attrape la tête d'un autre face à elle. Elle repousse violemment le crane maintenu entre ses doigts contre une poutre, laissant apparaitre une explosion rouge écarlate. La sombre attrape ensuite la tête de celui qu'elle venait tout juste d'amputer et écrase son genoux contre le nez de la cible, le genoux s'enfonce facilement déformant la boite crânienne.
Le dernier homme sort son revolver et tire deux coups sur Trisstee, aucun effets, les balles de petit calibre s'écrase simplement contre sa combinaison de carbone renforcé de son corps métallique avant de retomber sur le sol dans un tintement aiguisé.
Elle s'avance a son niveau en une fraction de seconde, le saisi à la gorge puis le soulève d'une main.
L'homme ne comprend pas il tremble, dans ses yeux elle lit monstre, abomination, horreur.

-Hey charly ! Pas la peine de te pisser dessus, pour qui tu travail !

Il ne réponds pas, elle attrape le poignet de l'homme et l'écrase comme une feuille de papier, il gémit de douleur.

-Oue c'est à peut prêt ce que j'ai ressentit avec vos conneries il y a deux minute, Maintenant que j'ai toute ton attention dis-moi pour qui tu travail !
-Vous m'épargnerez ?
-Bien entendu.
-La Famille El Palamo madame...
-Que voulait-il ?
-Que Pansen LarjGrant ferme boutique.


Elle le redescends lentement, pose son autre mains sur le dessus de son crane et tire un coups sec avant de lâcher le corps inerte qui retombe au sol.

-Mais vous aviez dit que vous l'épargnerez ! Lance Pansen ligoter sur une chaise
-Vraiment ? Ça a du m'échapper...

Elle sort son cellphone, compose le numéro de Vassili et attends.

-Oue ?
-Monsieurs Liekaterinev, Trisstee à l'appareil.
-Qu'y a t-il ?
-La panacée vient d'être attaquer, Monsieurs LarjGrant se porte bien, J'aurais besoin d'une équipe de nettoyeur, 4 corps, ainsi qu'un médecin.
-Je vous envoie ça au plus vite.
-Concernant l'attaque il s'agirait de la famille El Palamo, je vous laisse prendre les décisions concernant cette affaire.
-Entendu, Bon boulot comme toujours, je vous laisse je suis sur une autre affaire pour le moment.


Il raccroche. Elle s'approche de Pansen et le détache.

-Écoute, si les flics débarques il ne c'est rien passer, Vassili n'existe pas, tu faisais une campagne publicitaire pour la Panacée et ça a marché.
-Et pour Simus ?
Il montre un corps gisant derrière le bar.
-Mort. Simus a donner sa démission il n'existe plus... Kuf ! Kuf ...

Elle regarde la paume de sa main rougeoyante, un gout de métal dans la bouche...

-Je dois y aller, je le remplacerais ce soir, ne laisse entrer personne tant que les nettoyeurs n'ont pas finit leur boulot.

Elle sort de la panacée et s'appuie lourdement contre le mur...

-Raizen, problème... Je viens de cracher du sang...
-Merde ! Je regarde... Hémorragie a l'abdomen, dépêche de rentrer.


Elle passe le seuil de la porte de son appartement et s'écrase bruyamment contre le parquet à bout de force.

- Pourquoi t'as sauter du toit !? L'hémorragie vient du choc entre tes organes lorsque t'as sauté, ton système d'amortisseur était pas encore activé sans compter que t'as aussi bousiller le système hydraulique de ta cheville droite, deux flexible de ta hanche droite et deux vis au niveaux du même genoux !
-Plus ... Efficaces...
-Plus efficace mon cul ! T'as morfler ma vieille, va falloir t'accrocher...


Elle s'allonge, il fait une transfusion, tente de stopper l'hémorragie.

-Trisstee reste avec moi !

Perte de conscience, rythme cardiaque en chute libre. Il parvient malgré tout a stopper le saignement.
Il l'a déshabille, la plonge rapidement dans son bains régénérant, tourne le système sur max. La lumière verte jaune redouble d'intensité.

La suite ne dépends plus que d'elle, les réveilles d'urgence sont toujours lourd en conséquence pour une sœur de Batailles et les risques de mort sont plus important suivant leur age et leur état de santé.
Trisstee est considéré comme un cas en phase terminale...
Revenir en haut Aller en bas
Pansen LarjGrant

avatar


Messages : 511
Date d'inscription : 06/10/2011


Age du Personnage :
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Sam 31 Mar - 23:59

Tout avait était très rapide et maintenant tout était fini. Pendant que les nettoyeurs faisaient leur boulot, il revoyait cette scène encore et encore : Simus qui se faisait attraper, qui se débait, qu'on attachait et qu'on exécutait. Lentement.
Quand enfin ce fut au tour du corps de Simus d'être emporté, Pansen le suivi du regard et à ce moment là, sa tête était vide. Une femme s'approcha de lui, peut être un médecin, elle le toucha, lui parla, il répondit.

Il n'avait pas mal physiquement, elle ne pouvait rien pour lui.

* J'arrive pas a y croire... Ils sont tous morts ! Trisstee les a tous tué ! Comment est ce que ça a pu arriver ! Ils nous attendaient sur la route, c'était un piège ? Comment savaient-ils ou nous trouver ? Et ce con de Simus ! Il s'est barré en courant ! Bien fait pour lui ! Il n'a que ce qu'il mérite ! il n'a...*

- Mmh monsieur on fait comment pour ce soir ? On ouvre ou ?? Parce qu'il faut commencer à préparer la salle si vous voulez qu'on ouvre. Enfin moi j'dis ca j'men fou hein.

Pansen sortit de ses pensées, la doctoresse était partie, cette voix venait de Jessie.

"Je... je sais pas. Je... je..."

Elle souffla en jurant et s'échappa de son champ de vision. Il replongeait dans ses pensées:

* J'en ai marre ! C'est pas possible ! Mais qu'est ce que je fous la ! Je devrais fermer pour ce soir ! Pourquoi continuent-ils à travailler ? Simus est mort bordel ! Et trois autres personnes ! Et s'ils revenaient ? D'abord les messages menaçants maintenant ça, et que se passera t-il ensuite ?! Je croyais qu'en m'associant à la pire des engeances de ce milieu je ne risquais rien, mais je me trompais. Qu'en restant tranquille et en ne sortant que pour travailler il ne m'arriverais rien... Quelle erreur...*

Deux jambes venaient d'entrer dans son champ de vision, Pansen levant la tête reconnu Ereban.

"Cette conne de Jessie m'envoie, vous lui avait fichu les boules il parait que vous avez pas bouger de la depuis 3h. Bref vu que vous foutiez rien Sophia s'est barré, elle avait des trucs à faire. Si on fait rien je me barre aus..."

"Tu dira a Jessie de se mêler de ce qui la concerne et à Sophia que ce n'est plus la peine de ramener son cul ici ! Mais c'est quoi votre problème !!! Simus est mort et je suis le seul à m'en rendre compte ? Alors que je ne le connaissais que depuis à peine 1 mois ! Depuis combien d'années le connaissez vous !? Mais bon sang qu'est ce qui ne va pas chez vous !! Et vous me parlez de travailler en plus ? Rien n'est prêt !" s'emporta Pansen.

"Hum déjà on se calme, ensuite Trisstee a préparé la salle, il ne manque que nous en cuisine et c'est ok."

*Trist...*

Pansen ballada son regard autour de lui et effectivement elle était là. Elle était sur scène avec un groupe de musiciens. Elle se tenait debout comme si de rien n'était.

* Mais qu'est ce qu'elle fait là ?...*

Ce soir là Pansen fit beaucoup d'erreurs en cuisine, certains clients inhalèrent des vapeurs toxiques sans le savoir. Est ce qu'ils remonteront jusqu'à la panacée après avoir développé un cancer dans une dizaine d'année ? Pansen n'en avait rien à faire, à ce moment les technologues lui sortaient par les yeux.

Quand il avait le temps il regardait dans la salle à la recherche de Trisstee. Elle était assise sur une chaise. Parfois elle fermait les yeux, est ce qu'elle perdait connaissance ? Ou peut être était-ce pour s'économiser.
Le groupe semblait avoir du succès même si la moitié des spectateurs étaient trop amorphe pour réagir à la musique.

La soirée passa. Même s'il voulait fermer plus tôt il ne le fit pas. Jessie le conduit spontanément chez lui et proposa de passer le prendre le lendemain matin. Était-ce un ordre de Trisstee ?
Une fois les clef déposés, la veste raccroché et le pantalon rempli d'urine jeté sur le sol, Pansen s'écroula sur une chaise. Il aurait voulu pleurer mais il ne pouvait pas. C'était la première fois qu'il rencontrait cette émotion, c'était la première fois qu'il voyait quatre personnes mourir devant ses yeux.

Il avait du courrier, des factures. Il les survola, c'était les frais de remboursement de la Panacée. Le montant semblait plus élevé que prévu mais il était tard, il était fatigué et il donnerait tout ça demain à Trisstee pour qu'elle s'en charge.


*************************************

Le lendemain matin comme convenu Jessie était dans la voiture à l'attendre devant chez lui. Il avait oublié.

"Mmh vous avez réussit à dormir? Vous avez une sacré tête !" s'enquit la jeune femme

"Non" Se contenta de répondre Pansen qui était assit à l'arrière.

"Je voulais vous parler d'un truc... Les tenues de serveuses c'est n'importe quoi je veux plus les porter ! Je veux une tenu comme Ereban y a pas moyen c'est plus possible sinon !"

"Mmh ?Les tenues ? Pourquoi ?" Pansen ne prit pas la peine d'écouter la réponse, il était tendu. Il se découvrit une peur irrationnel: à chaque fois que la circulation n'était pas fluide ou que la voiture s'arrêtait son cœur s'emballait.

Une fois arrivé il n'avait qu'une idée en tête, se cacher en cuisine et ne croiser personne. Dans la salle Ereban et Fidel étaient déjà là. D'ordinaire il arrivait pourtant toujours le premier.
C'est fou, c'est quand on se lève plus tôt que prévu qu'on arrive en retard.

Pansen serpentait entre les tables, prenant le plus court chemin vers la cuisine en essayant de ne croiser le regard de personne, quand il aperçu un homme assit à une table.

Spoiler:
 

Il se tourna vers Ereban et demanda:

"Euh il y a un sans abri ici, qu'est ce qu'il fait là ?"

- C'est pas un clochard, c'est le nouveau gars, se contenta de répondre Ereban.

Ce dernier se leva et demanda:

"C'est quoi ce bar pourri ou on sert même pas de bière ? C'est qui le chef ?"

Pansen se tourna vers lui pour répondre:

- C'est lui même !
- Lui qui ?
- C'est moi !
- Non je parle du propriétaire pas du chef de cuisine.
- C'est moi !
- Je rêve mais t'as quoi 15 ans ?
- Je ne vous permet pas ! J'ai 21 ans !
- Les alchimistes ça compte comme nous ? Parce qu'ici a 21 ans la puberté est déjà passé or quand je te regarde je me dis qu'il manque des poils
- Qu...
- Quoi tu va me dire que tu te rase tous les matins c'est ça ? Putain il me faut ma bière je crois que je décuve.

Le nouveau pris la porte, mais juste avant qu'il ne sorte Pansen lui dit:
" Maudit animal, trop c'est trop ! Quel est ton nom ?"

Spoiler:
 
L'animal se retourna:

"Mmmh pour vous ça sera... ... ... Zeus"
Revenir en haut Aller en bas
Trisstee.A Xarran

avatar


Messages : 250
Date d'inscription : 01/12/2011

MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Ven 27 Avr - 15:15

-Trisstee reste avec moi !

Néant...
...
...
...

http://www.youtube.com/watch?v=mzRW9SiSx2I

Le sommeil n'est que l'entrainement, la mort la finale... Si c'était le cas, Trisstee avait l'expérience d'un athlète de haut niveau, des heures a comater dans cette dimension lugubre, ni morte, ni vivante, sans sensation à part peut-être celle d'une pesanteur inexistante, une sorte de préface à la mort, toute son existence depuis ces dernières années n'était en réalité qu'une attente sans espoir, l'attente du jour de son jugement dernier.

Elle qui était sœur de bataille, fauchant les uns, sonnant le glas morbide des autres, n'attendez qu'a son tour cette ombre indéfinissable. Pour l'honneur de sa famille, le respect des tradition, pour la déesse mère... Des chose futile, sans intérêt, un sacrifice simplement stupide de sa jeunesse naïve et ardente. Sa fin, elle ne l'accepte pas.

Regret...

***

Eveillé ? Ou simplement spectatrice de sa propre existence... Raizen venait de brider les connexion de Trisstee avec son propre corps, a peine capable de parler, les mouvements s'effectuant par pilotage automatique.

-La régénération de tes organe est prioritaire, il faut t'économiser, j'assisterai la machine à distance au besoin.

Elle ne répond pas. Cinq nouveau cachet a son dopage quotidien, rouge, jaune, bleu, a boire, a inhaler, en crème et divers pommade, une panoplie de produit pharmaceutique aux effets les plus divers les uns que les autre : défense immunitaire, régénération des cellules, traitement anti bactérien, régulation des toxines de son armure, anti-douleur, vitamine, minéraux etc..

A chaque nouvelle pilule, un souvenir en particulier, une défaillance de son corps, un problème génétique, une dépendance...

Régime régulé et précis. Le goût et le plaisir ont été depuis longtemps bannit de ses papilles gustative, seul une bouillit informe et insipide de couleur fade lui sert de repas.
Corps en constant changement, prise de sang, contrôle générale, entretiens mécanique...

Manège interminable...

***

Aucun souvenir de la panacée, sommeil éveiller, Fatigue continue, douleur aiguë. Raizen tente de la garder éveiller et contrôle tout ses fait et geste a distance.

D 'apparence elle semble simplement épuiser.

***

Encore deux jour d'état quasi végétatif, perte de poids, organe épuiser, foie en déroute.

***

Les médicaments commence enfin à faire effet, petit à petit son esprit s'eveil, elle récupère le contrôle de son corp, la vie reprend le dessus.

Compte rendu de Raizen, nouvel employé à la Panacé, Pansen agissant bizarrement, aucune nouvelle de Vassili...

Aujourd'hui elle a pas envie de jouer, de se prendre la tête, de reconquérir les territoires perdu. Elle décide de ne pas aller travailler, de profiter de sa misérable existence, de renouer avec Raizen, de savourer les instants présent, de se nourrir des autres.

Elle sort en ville, rit, discute, crée de nouvelle relation, savoure la chaleur du soleil éclipser derrière les cerisiers en fleur de la place du consortium, profite de la caresse du vent...

Elle se prépare mentalement aux nouveaux changements de la Panacée...





(j'ai pas trop fait avancer l'intrigue, j'atends de voir ou tu veux aller ^^)




Revenir en haut Aller en bas
Pansen LarjGrant

avatar


Messages : 511
Date d'inscription : 06/10/2011


Age du Personnage :
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Mar 31 Juil - 11:09

Du coté de la Panacée le lendemain matin:
Sophia était arrivée la dernière comme d'habitude, s'asseyant au bar elle salua Ereban qui passait un coup de chiffon:
Spoiler:
 
Spoiler:
 
- Peu importe qui lui a dit ! Qu'est-ce que tu vas faire maintenant ?
- Ben rien ! Enfin je sais pas s’il veut que je m'en aille ça me fera des vacances !
- T'es sûr ? Waw.
- Ben quoi ?
- C'est juste que tu as vu ce qu'ils ont fait de Simus après l'incident ? Ils se sont débarrassés du corps et en moins de 24h ils l'avaient déjà remplacé. Tu te souviens le discours qu'avait fait LarjGrant le jour de l'ouverture, je croyais que c'était du bluff au début et que c'était pour nous faire peur. Mais je commence à croire qu'il disait vrai, on est rien ici; si on merde on sera remplacé et voilà, fin de l'histoire.
- Tu crois ??
- Ben ouais, et je me demande ce que fera Liekaterinev quand il apprendra que tu t'es fait viré, et donc que tu as échoué.
Spoiler:
 
- Merde ça craint... Ça craint putain ! Je vais aller parler à LarjGrant c'est quoi son prénom déjà ?

Sophia quitta le comptoir et se dirigea vers Pansen qui était assis à une table. Il travaillait sur un inhalateur, peut-être qu'il le réparait ou qu'il le nettoyait simplement, en tous cas il avait l'air occupé.
Spoiler:
 
Occupé il l'était, nettoyer les câbles était un travail important que Pansen ne laissait à personne d'autre. Il fallait être minutieux car si les câbles étaient mal nettoyé les substances pouvaient se mélanger et réagir de multiples façons et cela englobait des vapeurs toxiques, corrosives et pourquoi pas à long terme mortelles. D'après lui seul un alchimiste pouvait faire preuve d'une rigueur nécessaire à l'apparition des 0,001% de chance qu'un malheur ne se produise. C'est à cause de cette concentration qu'il mit quelques secondes pour tourner les yeux vers son interlocutrice, juste au moment où elle finissait de parler.
Spoiler:
 
La transformation fut lente. Sophia pouvait voir que Pansen ne la regardait pas dans les yeux, cela n'était encore jamais arrivé de sa part mais après tout ce n’était qu’un homme comme les autres. Non en fait il la regardait plus haut que les autres hommes, elle baissa les yeux et vit son foulard; "il regarde mon foulard" pensa-t-elle. Elle mit du temps à comprendre mais quand ce fut fait, elle constata que Pansen la regardait maintenant dans les yeux avec un regard à glacer le sang.
" Espèce d'abrutie ! Comment oses-tu !!?? Une catin telle que toi !"
Spoiler:
 
Il arrachât le foulard d'un geste si violent que Sophia se retrouva au sol.
Il lança son pied en arrière prêt à la frapper quand il sentit une pression sous ses épaules et sur son torse, il fit alors un demi-tour complet et, ayant perdu l’équilibre, s'affala sur une table de tout son poids.
Il se retourna vivement et vit Trisstee penché sur Sophia. Cette dernière avait les larmes aux yeux.

"Espèce d'enfoiré ! J'étais venu pour m'excuser ! Je vais te ni**** !!"

"Calme toi, respire". Lui conseilla Trisstee.

"Trisstee c'est toi qui m'a fait ça !? Mais qu'est ce qui te prend tu aurais pu me blesser !" Cria Pansen qui se relevait fébrilement. Le fait que Trisstee l'ai touché même un peu lui avait fait l'effet d'une douche froide. Il la voyait toujours comme une tueuse de sang-froid.

"Je n'aime simplement pas qu'on touche aux gens qui travaillent pour moi, et encore moins pour des raisons absurdes. Si tu as compris ne la touche plus, je serai moins gentille la prochaine fois."

Cette phrase le cloua net, elle était déjà inquiétante quand elle était de son côté alors l'imaginer contre lui, elle devenait terrifiante.
Voyant tout le monde tenter de calmer Sophia il n'eut pas la force d'insister, il se contenta de prendre la porte.


****************************************


Cela faisait plusieurs heures qu'il était là.
Spoiler:
 
La matinée était passée et son envie de faire quoi que ce soit aussi. Il ne voulait voir personne, et le plus triste pensait-il c'est que personne ne viendrait le chercher.
"Alors c'est là que tu étais !? Je peux m'asseoir ?"

Spoiler:
 

Cette voix n'était pas familière, Pansen tourna la tête puis reprit sa position initiale.
"Je ne veux voir personne"
- Ça tombe bien moi non plus ! Barman, la même chose que lui !"
- Que faites-vous ici ? C'est Trisstee qui vous envoi ?
- C'est moi qui devrais te demander ce que tu fais là ! Je t'ai cherché dans tous les bars d'Alestra. Après quoi j'ai cherché ici à Consortium et bingo ! Du coup j'ai super soif."

Il n'avait pas pu aller jusqu'à Alestra, faire la tournée des bars et revenir ici en une matinée. Il mentait vraisemblablement.

- Je ne reviendrais pas au bar vous perdez votre temps

- Moi je m'en fous mais... arg qu'est-ce que je bois ?

Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 

"Ensuite on place une rondelle de sirop, de sucre de canne à la citronnelle, gélifié qui enferme hermétiquement les glaçons et le rhum. On verse par-dessus un mélange de citronnade et d'eau gazeuse qu'on recouvre de pétales de roses et de feuilles de menthe. On place pour finir sur ces feuilles une écume au citron et citron vert. Après on peut le consommer comme on le souhaite, soit boire d'abord la citronnade puis ensuite le rhum froid, soit boire la citronnade puis faire chauffer le fond du verre pour ainsi boire chaud le rhum avec les infusions de roses de menthe poivrée et de citron vert ou bien alors faire fondre le fond du verre et tout mélanger.
- Et c'est comme ça que vous le faites mais c'est plus un mojito ça !
- Tout le monde ne le fait pas comme ça mais au bar de l'ami de mon père à Ponticelli c'est comme ça qu'on le fait.
- Tu es de Ponticelli ? Je ne suis jamais allé là-bas c'est comment ?


Ils discutèrent de tout et de rien jusqu'à ce que le bar se remplisse et que le soleil amorce sa décente.


Spoiler:
 
Spoiler:
 
Spoiler:
 
Pansen ne répondit pas tout de suite, tout en se gardant de regarder Zeus dans les yeux il continua ainsi:

" Vous les technologues et votre manie de tutoyer les gens sans les connaitre, c'est vulgaire."
- Je ne suis pas du genre à vouvoyez, et je ne te lâcherai pas tant que tu n'auras pas lâcher le morceau. Qu'est ce qui te tracasse.
- J'en ai marre. J'en ai marre de tout ça. Depuis que je suis arrivé je ne dors pas plus de 5 heures par nuit, entre les livraisons, le salaire des employés, les plannings, les dettes et les recettes sans oublier toute ces réglementations stupides que je dois connaitre ! Je suis censé être le patron et donner les ordres aux autres pour qu'ils travaillent pour moi, et pourtant c'est moi qui travail le plus !
Je n'ai jamais passé une seule soirée dans la salle ou sont les clients. Tout le monde peut y aller et profiter de l'ambiance sauf moi, parce que je suis le seul à pouvoir confectionner correctement les préparations ! Pourquoi ? Parce que les employés ne sont pas méticuleux. Dans ma cuisine l'eau bout à 100°. Pas à 97° ni à 99°. Ce sont des principes simples mais ils ne les retiennent pas, si je les laisse seul en cuisine je sais qu'ils finiront par faire une erreur. Sans oublier qu'en plus ils se permettent de ne pas aller travailler et de ne pas prévenir ! Même Trisstee s'y met maintenant.
Je déteste cette ville et ces gens qui se fichent de tout. Et par-dessus tout je déteste l'air de cette ville, depuis que je suis arrivé j'ai la gorge sèche et chaque respiration me brûle.

- Ah oui ça il faut s'y faire, d'ici 1 ou 2 ans ton corps devrait s'être habitué à la pollution.
- Un ou deux ans dans cet enfer... Voilà une perspective qui me donne envie de commander un autre mojito.
- Il faut que tu sortes plus, histoire de te changer les idées. Tu sais à Consortium tu peux tout trouver si tu connais les bonnes personnes
- Je n'ai pas le temps, on ferme à 2h du matin et je dois ouvrir avant midi.
- Attends tu veux dire que depuis que tu es ici tu n'es jamais sorti ?
-Je viens de vous dire que je ne pouvais pas
- Merde alors je comprends pourquoi tu deviens fou, aller désormais voilà ce qu'on va faire. Une fois par semaine tu fermeras plus tôt et je te montrerais un coin de Consortium.
- Comment vous le dire sans être insistant, Je Ne Peux pas ! Si je ferme plus tôt je perds de l'argent et des possibles clients.
- En début de semaine vous avez peu de clients et ce ne sont que des habitués, ils reviendront.
- Ça ne fait que quelques jours que vous êtes là comment le savez-vous ?
- Les clients vont pas tarder il faut y aller.
- Je n'irai pas au bar…
- Aller, ce matin tu pouvais aller dans n'importe quel bar mais tu as choisi de rester dans un bar de Consortium, pour boire des boissons que tu n'aimes pas. Si tu n'es pas allé à Alestra c'est pour pouvoir revenir à l'heure pour travailler. Je pars devant on se retrouve au boulot. Tu peux payer cette tourner ? Je paye la prochaine.
- Attendez ! Pourquoi êtes-vous venu, c'est Trisstee qui vous a envoyé ?
- J'ai décidé par moi-même, tu devrais essayer.


Il laissa son verre à moitié plein, déposa quelques billets sur le comptoir et prit la porte.
A son retour il s'excuserait auprès de Sophia, c'est ce qu'il s'était dit.
S’il devait continuer à travailler dans ce quartier il était temps qu’il se reprenne. Connaitre les bonnes personnes... Il était temps d’étendre son cercle de relations et d’entamer la phase 2 du plan.

Revenir en haut Aller en bas
Pansen LarjGrant

avatar


Messages : 511
Date d'inscription : 06/10/2011


Age du Personnage :
Alignement: Chaotique Neutre
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: La Panacée profanée   Lun 25 Fév - 0:37

Les choses étaient désormais huilées au bar et chacun avait pris sa place. Les incidents de la dernière fois étaient oubliés, Pansen et Sophia, bien qu'il ne se parlaient pas beaucoup n'avaient pas retenu de rancœur de l'incident.

Trisstee s'occupait de trouver des groupes de musique qui venaient jouer au moins 3 soirs par semaine, Sophia et Jessie quant à elles connaissaient la carte par-cœur et commençaient à prendre leur rôle de serveuses au sérieux, elles étaient devenu plutôt doué pour pousser le client à la consommation.
Ereban devenait de plus en plus compétent en cuisine si bien que Pansen pensait sérieusement à le former à la cuisine hypocratique.
Tout allait bien donc jusqu'à ce matin, lorsque Ereban rentra en trombe dans l'établissement.

A ce moment, Pansen était en pleine discussion avec Trisstee:

- Oui mais je ne comprends toujours pas, cet argument n'est pas valable ! Affirmait-il.
- Il n’y a rien à comprendre c'est vous qui avez un problème.
- Moi j'ai un problème ? Ce groupe hier soir, je ne dis pas qu'ils n’étaient pas bons mais je ne vois vraiment pas pourquoi les faire jouer si on ne comprend rien !
- Parce que la musique était bonne !
-Oui mais ils chantaient en Triev ! Qui parle le triev ici ? Personne ! Quel est le but de chanter une histoire si l'on ne comprend pas ce qu'ils racontent ?
- La bonne question est quel est le but de proposer de la musique dans le bar, et la réponse est que le groupe d’hier nous a rapporté beaucoup d’argent.
- La n’est pas la question… Combien d’argent exactement ?

Ereban coupât court à cette conversation:
- On a un problème...

Les explications de Ereban menèrent Trisstee Pansen et Zeus dans un bar moyen de Consortium. De l'extérieur il ressemblait a n'importe quel rade pourris qui pullulaient dans le quartier:
- C'est ici Ereban tu es sûr? Interrogeât Pansen d’un air perplexe.
-Oui...
- Allons-y ; dit Trisstee

Une fois à l’intérieur nos quatre amis prirent une table, et c'est après avoir commandé un "Flor de la pasión" et avoir levé les yeux au plafond que Pansen s'exclama:
- Les fils de p****

Le plafond était parcouru de divers tuyaux qui se rejoignaient derrière le bar.

-Ils ont copié notre idée, ils vendent les mêmes produits que nous mais 2 à 3 fois moins cher ! Expliqua Ereban.

-Je vais brûler cet endroit… menaça Pansen qui tentait de réfréner sa colère.

- Ça ne serait pas un peu démesuré comme réaction ? Interrogeât Zeus

- On ne va pas brûler cet endroit. Dit calmement Trisstee

Chacune des personnalités présentes à la table se tournèrent religieusement vers Trisstee en l’attente d’un plan B.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: La Panacée profanée   

Revenir en haut Aller en bas
 

La Panacée profanée

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Technopolis - Secteur des Technopolitains :: Consortium :: Secteur marchand-
Sauter vers: