AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madenn Brunehaube

avatar


Messages : 214
Date d'inscription : 22/07/2012


Age du Personnage : 20
Alignement:
Classe - Fonction:
MessageSujet: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Jeu 11 Oct - 23:41

Madenn avait les yeux plissés, un bruit sourd venait de la tirer de ses rêvasseries. Assise sur une caisse près du port, elle attendait que son bar ouvre pour pouvoir parler au patron.
Elle n'avait tenu que 2 jours, deux jours de dur labeur lui auront suffi pour abandonner. Aujourd'hui si elle était là, à attendre que le patron ouvre l'établissement, c'était pour récupérer sa dernière paye et peut être avec de la chance, le barman lui proposerait un autre travail moins difficile cette fois.

La porte s'ouvrit et se referma, le patron venait de rentrer, aussitôt elle se leva et pris sa suite.

" C'est moi Madenn !"
- Ah... Oui c'est pour quoi ?
- Je crois que vous me devez un salaire ?
- Ah oui, rappelle moi combien d'heures tu as travaillé hier ?
- J'ai embauché à 18h et j'ai... j'ai fini a neuf heures du soir…


Elle n'avait pas seulement fini, elle était partie en trombe, insultant chaque homme qui croisait son regard, le patron compris.

- Alors donc 3 heures auxquels j'enlève le prix du verre pété... Tiens pour toi. Salut.

Elle prit l'argent et resta sur place l'air boudeur.

- Quoi ? S'enquit le patron ennuyé.
- J'ai plus de travail comment je vais faire pour vivre moi !?
- Tu vis chez ton frère non ? Il s'occupera de toi.
- Quoi tu veux que je reste à la maison et que je cuisine pendant qu'il travail ? Ça nan alors ! Merde !
- Ecoute après tout c'est pas mon problème fous moi la paix !
- Nan donne-moi un travail je t'en prie ! Je ne veux pas rentrer comme ça je ferais n'importe quoi
- N'importe quoi ?
- Sauf serveuse et sauf pute s'il te plait !
- Écoute, ça paie pas des masses mais ça te permettra de gagner du temps avant de trouver un boulot stable… Y a plein de boulot sur les quais, mais c'est pas pour les princesses comme toi, un conseil quitte le port et vite fait. Va bosser dans une usine ça rapporte
- C'est tout ?
-C'est déjà pas mal, un bon conseil vaut mi…
- Oh tais-toi ! Tu as parlé de gagner du temps c'est quoi l'histoire ? Dis-moi sinon je met le feu à ton bar !
- T'es marrante, après tout pourquoi pas. J'ai entendu de source sûr qu'un navire pirate recrutait, c'est le navire du capitaine Shader, le Cobalt. C'est pas sûr mais, si tu fais passer l'info et que tu leur ramène du monde peut être qu'ils te donneront quelques pièces ? Par contre ils se réunissent dans un bar craignos, tu entre et tu sors direct, ce qui est dit est dit le reste ne me regarde pas.
Tu vois Gilbert, celui qui a une jambe en bois, il a une auto. Je te note sur un papier l'adresse du rendez-vous pour le recrutement et il t'y conduira.

...

C'était le début de l’après-midi.
Après avoir pris le papier elle décida qu’elle ne voulait pas rentrer, pas question de croiser quiconque à la maison à cette heure-ci. Il ne fallait pas qu'on sache qu'elle avait été trop faible pour garder son travail.
Cela lui donna le temps de réfléchir. Les pirates, qu'est-ce que c'était en vrai ? Tout ce qu’elle savait à leur propos c'est ce qu'on racontait dans les contes. Et cela faisait bien longtemps qu'on ne lui lisait plus de contes. Tout ce dont elle se rappelait à leur sujet c'est qu'ils étaient libres et qu'ils passaient leur temps à courir après la fortune.

Certaines personnes n'aspirent à rien de plus.
La soirée touchait à sa fin quand elle rejoignit Gilbert pour qu'il l'emmène au lieu de rendez-vous.
Le lieu s’appelait À la chope sanglante, attrayant n'est-ce pas ? Passer la porte de cet antre lui fit l'effet d'un second dépucelage. Une vague de chaleur vint frapper son visage, l'atmosphère était chaude et moite. La fumée l'obligeait à plisser les yeux et le bruit à grimacer. L'odeur était une association de différents parfums habilement emboités ensemble, si bien que ça ne sentait pas réellement mauvais, mais pas bon non plus. L'odeur était simplement suspecte.
Madenn s’avançait tant bien que mal vers le tenancier, frôlant et s'appuyant sur plus d'hommes qu'elle ne l'aurait souhaité.

" Dites... Je cherche... Hey pas touche toi ! Non mais ! Comment ça trainée !!? Va te faire voir ! C'est ça dégage et ne recommence pas ! ! Ou en étais-je... ah oui, pourriez-vous me dire ou je pourrais trouver l'équipage du Cobalt ?"

On lui dit de suivre la file puis on lui montra le fond de la salle.
Madenn se retourna et aperçu à travers la foule ce qui ressemblait à une file d'attente.
Revenir en haut Aller en bas
Moera Dreyer

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 21/07/2012

MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Dim 14 Oct - 15:25

Quand nous avons débarqué à La Choppe Sanglante, le brouhaha ambiant s’est immédiatement suspendu et toutes les têtes se sont tournées vers nous. Les talons ferrés de Czar ont claqué sur le plancher, suivis de mes bottes. Nous avons regardé l’assistance et l’assistance nous a regardé. Il y a comme un claquement et quelques secondes plus tard chacun reprend ses habitudes : boire, s’esclaffer grassement et jouer aux cartes. Le barman nous fait un petit signe de la tête tout en continuant à essuyer son verre. Je lui rends un sourire. Une serveuse nous place à une table plus en retrait, une table rectangulaire qui conviendrait parfaitement à notre affaire. À la demande de Czar, elle nous sert une pinte de bière brune et un verre de cidre. Je ne suis pas très portée sur l’alcool.
Czar soulève les pans de sa veste pour s’asseoir sur une des chaises. Il humecte ses doigts et lisse consciencieusement les pointes de ses moustaches. J’aime ces moments-là. C’est toujours le même geste. D’abord la pointe gauche, puis la pointe droite. Et puis une gorgée de bière. Toujours.

Melinda, la serveuse aux courbes grasses – et moi qui me plains toujours de ne pas avoir assez de formes, je suis presque heureuse d’être une planche à pain en la voyant – demande à Czar ce qu’il souhaiterait manger ce soir. Il hausse les épaules. Elle lui propose le plat du jour : une tourte au calmar baignant dans son jus d’huître. Il hoche la tête avec un sourire teinté d’or.
- Ah si si, répond-il de son accent piccomi, je voudrais bien ça.
- Et vous ? baragouine Melinda en se tournant vers moi.
- Rien, je vous remercie.
La politesse, il n’y a rien de plus vrai et de plus simple dans la vie. Ca fait presque plaisir de voir quelqu’un qu’on n’apprécie guère se déconfire face à un « merci » inattendu. Pas que je n’apprécie pas Melinda… j’ai juste des difficultés relationnelles avec les gens imbus de leur petite personne. Melinda disparaît dans un tressaillement de fesses et moi et Czar retournons à notre préoccupation principale : le recrutement.
Le capitaine a été formel. Si on ne ramenait pas un rookie dans les jours à venir, nous étions bons pour subir la planche. Enfin, façon de parler. Le capitaine du Cobalt a une petite préférence pour la torture mentale. Il nous laisse souvent croire qu’il serait lui-même prêt à nous écorcher vivant, pour finalement attendre patiemment qu’on se pisse dessus. La peur est une arme. J’ai appris à faire avec, bien que je ne puisse pas en dire autant de la plupart des autres membres de l’équipage.
Czar mange tranquillement sa tourte au calmar baignant dans son jus d’huître pendant que j’observe la foule chahutant. Installée au fond de ma chaise, les bras sur les accoudoirs, j’aperçois le premier candidat fendre la masse de soûlards. Je remarque tout de suite qu’il s’agit d’un ouvrier néothulian, certainement en quête d’un boulot qui puisse l’aider à survivre lui et sa famille. Il enlève sa casquette et ouvre la bouche.
- Tu es sûr que c’est ce que tu veux ? je lui dis d’emblée.
- Euh…
Il balbutie quelque chose, rougit et remet sa casquette avant de tourner les talons. Je jette un coup d’œil vers Czar. Il me regarde, les yeux mi-clos de plaisir après avoir avalé un supposé bon repas. Un morceau est resté coller près de sa grande bouche chafouine. Il l’enlève d’un coup assuré de serviette et croise ses longues mains sur un ventre parfaitement plat. Cet homme mange tout et n’importe quoi et il réussit quand même à garder la ligne.
La file d’attente commence à se former. Deux verres de cidre et quatre pintes plus tard, nous en étions toujours au même stade : les gens intéressés par un travail sur un bateau contrebandier n’y connaissent décidément rien en matière de navigation ou de recel. Certains n’avaient jamais ni volé, ni escroqué, ni même menti de leur vie. Bon, peut-être que j’exagère un peu, mais très franchement je ne regrette pas de les avoir tous refoulé. Czar, quant à lui, a somnolé durant tous les échanges. Tant que ça ne l’intéresse pas, il n’intervient pas. Et puis c’est un bon moyen de voir si je m’en sors bien. Du moins, c’est ce que je crois.
Alors que j’allais perdre espoir de trouver enfin la perle rare – ça fait quand même plusieurs jours qu’on cherche – une femme apparaît devant la table. Peu convaincue par son allure, je lui demande d’un ton sec :
- Tu es sûre que c’est ce que tu veux ?

[Celui ou celle qui trouvera l'allusion à une pub culte se verra offrir un strip débile sur l'un de ses persos]
Revenir en haut Aller en bas
Madenn Brunehaube

avatar


Messages : 214
Date d'inscription : 22/07/2012


Age du Personnage : 20
Alignement:
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Mar 30 Oct - 13:59

La question était tombée, et qu'elle bonne question c'était ! Madenn n'avait pas eu le temps de préparer ses réponses, d'une part parce que la file avançait beaucoup plus rapidement que prévu, et d'autre part parce que le fait de voir tout ces candidats rebrousser chemin le visage déconfis l'avait quelque peu perturbé.
Comment une aussi jeune femme pouvait-elle avec de simples mots ébranler des hommes dans la force de l'âge ?
La femme pirate savait poser ses questions, elle n’y allait pas par quatre chemin mais Madenn ne voulait pas la laisser gagner. La bataille était ouverte et que la meilleure gagne.

"Je voudrais faire partie de l'équipage du Cobalt et servir sous les ordres du capitaine Shader"

Dit-Madenn en regardant Czar droit dans les yeux.
" Euuh c’est pas lui le capitaine" Précisa Moera
- Je… je sais, c'est juste que... !!
- Et qu’est ce qui te fait croire qu’on pourrait avoir besoin de toi ? T’as l’air plutôt frêle

Interrompit Moera.

Là s’en était trop, venant de l’homme aux fines moustaches Madenn aurait accepté la critique mais venant d’elle, et puis quoi encore ?

- Non mais oh ! Pour qui vous prenez vous pour me parler ainsi ? Je suis prête à parier que si VOUS pouvez travailler sur ce bateau moi aussi ! Il n y a rien de compliqué à travailler sur un bateau marchand, il suffit de savoir négocier.
Un marchand veux nous refourguer ses babioles trop cher ? Il suffit de le menacer et l’affaire est régler !
Si la marine pause problème il n’y a qu’à porter des pots de vins aux bonnes personnes, ces pauvres marins ont un salaire de misère tout le monde sait ça.

Si en mer un pirate nous attaque il suffit de les payer pour qu’ils nous escortent en leur promettant plus de richesses une fois à terre ! Et dès qu’on le peut on empoisonne leur nourriture et l’affaire est réglée.
Je pourrais accomplir ce travail mieux que vous j’en suis persuadé !
Revenir en haut Aller en bas
Moera Dreyer

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 21/07/2012

MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Dim 11 Nov - 12:29

Je demeure impassible tout au long du laïus décousu de la nénette. Mais il y a un moment où il n’est plus question de la laisser palabrer, surtout si c’est pour entendre des idioties. Elle veut se défendre, du moins en a-t-elle le courage, et c’est ça qui compte le plus. Le contenu n’a aucune importance, et ce même si j’ai été quelque peu malmenée par ses paroles. Je coule un regard vers Czar qui est occupé à se curer les dents avec son petit doigt. Or ses yeux sont tournés vers moi et j’y perçois une vague lueur de considération. J’ai bien dit une vague lueur. C’est plus que suffisant.
Je me lève et interrompt la femme d’un geste machinal de la main.

- Okay ma cocotte. J’ai bien compris que t’es pas du genre à te laisser faire. C’est déjà un bon point.

Elle ouvre la bouche pour répliquer quelque chose mais la referme aussitôt, déroutée par mon comportement, vraisemblablement. Quoi ? S’attend-elle à ce que je sorte le mousquet pour la plomber sur place ? Elle comprendra bien assez tôt que je ne suis pas faite de cette engeance-là.

- C’est quoi ton nom ?
- Madenn… Madenn Brunehaube.
- Madenn, t’as des compétences particulières ? Un pouvoir ?
- … Je suis télékinésiste, mais…
- Bon, écoute Madenn. Je vais pas passer par quatre chemins. C’est bien beau de discutailler pendant trois heures mais c’est pas ça qui fait avancer l’affaire, tu vois ce que je veux dire ? Nous ce qu’on cherche c’est quelqu’un qui saura faire face aux pires situations et aux pires contraintes qu’impose la vie de flibuste. Il faut en avoir dans les tripes pour pouvoir survivre, tu comprends ? D’ailleurs en parlant de tripes, tu auras l’occasion d’en voir des vraies. Donc j’espère pour toi que t’es pas le genre de poulette à jacter fièrement quand tout va bien et à se faire dessus quand vient le moment de passer à l’action. Si tu t’engages à travailler pour Shader, alors t’attends pas à boire des cocktails et à bronzer les doigts de pieds en éventail sur une plage de sable blanc.
- Lé doigts dé pieds, on lé coupe, intervient Czar d’une voix onctueuse, se curant désormais les ongles avec la pointe d’un couteau.
- Entre autres, je lui accorde en fronçant légèrement les sourcils. Bref, je vais pas me lancer dans un grand discours pour te prévenir des dangers de la vie de flibuste. Si t’es là, c’est que tu as bien réfléchi à tout ça, j’imagine. L’enjeu maintenant c’est de savoir si tu vas tenir la route autant physiquement que mentalement.
- Qu’est-ce que vous voulez dire ?

J’entends Czar bâiller. Il me faut passer à la vitesse supérieure si je ne veux pas le perdre dans les méandres de la digestion.

- Tu vas passer une petite épreuve. Oh, rien de bien méchant. Après ça, si tu as tenu le choc, on t’accordera une période d’essai sur le Colbat.
- Quel genre d’épreuve ?
Czar se lève brusquement et enroule son bras autour de mes épaules, son sourire chafouin tourné vers la nénette.
- Oune course ! Oune joulie pétite course contré mah chère collègue.

Je tente de rester calme, les mains appuyées sur la table. J’aurais dû la voir venir, celle-là. Je me souviens encore d’une conversation entre moi et Czar, à bord du Cobalt il y a quelque temps de ça. Moi lui demandant pourquoi c’était toujours à moi d’affronter les éventuels candidats retenus, et lui me répondant, grandiloquent : « Mah ! c’est parcé qué tou es la plous jeune dé l’équipage ! La plous agile, la plous… rapide ! … Et parcé qué Shader l’a décidé ». Je le revois hausser les épaules d’un air fataliste et je me revois tempêter intérieurement contre le capitaine.

Je soupire puis je croise le regard étrangement déterminé de Madenn. Malgré tout ça, elle reste campée sur ses positions. Elle n'a pas l'air si fragile que ça, finalement.
- Des questions ?
Revenir en haut Aller en bas
Madenn Brunehaube

avatar


Messages : 214
Date d'inscription : 22/07/2012


Age du Personnage : 20
Alignement:
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Dim 3 Mar - 22:08

Des questions ? A ces mots Madenn sentit une sueur froide, suivit d'une bouffé de chaleur. L'épreuve était une course... Après tout ce discours sur les tripes et les doigts de pieds, l'épreuve qu'on lui imposait était une course. Cela ne faisait aucun doute, elle allait gagner.
Comment garder son calme dans une situation pareille ? L'exercice consistait à ne pas rire, à ne surtout pas rire et à retenir ce rictus qui tentait de s'imprimer sur son visage.
Madenn garda son calme le temps d'échanger avec Moera les détails de l'affaire à savoir le jour, l'heure et le lieu. Une fois sortit du bar elle laissa sortit ce rire qu'elle avait gardé prisonnier trop longtemps.
"C'est comme si j'avais déjà gagné", lâcha-t-elle se parlant à elle-même.

Le lendemain matin elle arriva au lieu de rendez-vous de bonne heure. C'était dans une rue de La Lisière, il était tôt mais déjà on pouvait croiser quelques passants.
Elle s'était levé en avance en vue de repérer le terrain, et aussi parce qu'elle n'avait pas réussi à trouver le sommeil, à cause de l'excitation. Et du stress probablement.
Elle inspecta l'état des rues, toucha les murs, repéra les ruelles et autres petits chemins.

"Tu es en avance" lança une voie lointaine.
- Ah vous voilà, alors qu'on en finisse je suis prête ! Au fait vous m'avez demandé mon nom hier et je vous l'ai donné. Il est naturel que vous me donniez le vôtre à présent que je m'apprête à vous affronter à la course.
- Certes... je m'appelle Moera Dreyer, et lui c'est Czar.

L’étrange personnage se contenta de sourire pour toute présentation.
"Tu connais le coin tu es déjà venu ici ?" Interrogea Moera
- Oui une fois.
- Huum
- Huum

La glace étant brisée il était temps de parler des règles :
La coulse la coulse ! S’enquit Czar
- Nous sommes à environs 600 mètres des côtes à vol d’oiseau. Libre à toi de passer par l’endroit de ton choix. La première à arriver au niveau des vagues remporte la course.
Expliqua Moera.
- 600 mètres ! C’est une longue distance! Si j’ai bien compris la course se fait en ligne droite vers la mer, sommes nous contraints de suivre le tracé de la route ?
- Précise tes pensées ?
- A-t-on le droit de passer par Habilitas ?
- Tu fais comme tu veux. Czar nous suivra histoire de s’assurer que personne ne triche et afin de déclarer un vainqueur à la fin. Quoi qu’il dise son jugement fera loi et personne ne sera en mesure de contredire son verdict. Est-ce clair ?
- Parfaitement clair, pour vous aussi je l’espère. Je n’aime pas fanfaronner mais on me dit plutôt rapide. A votre place je prendrais cette course au sérieux !
- Tu as de l’énergie à revendre dis-moi ! Garde la pour la course tu en auras besoin ! C’est que 600 mètres c’est plus long qu’il n’y parait.
- Il nous aurait suffi d’une centaine de mètres pour voir éclore un vainqueur, pourquoi choisir un circuit si long ?
- Parce que c’est plus amusant comme ça !


Moera semblait aussi excité que Madenn par cette compétition ! Malgré l’assurance de son adversaire Madenn ne doutait pas seconde de ses chances de victoire. Les deux femmes se positionnèrent.

Moera traça du pied une ligne imaginaire.
"A ton signal Czar !" Lança-elle.

[hrp:illus à venir =o]

Revenir en haut Aller en bas
Moera Dreyer

avatar


Messages : 15
Date d'inscription : 21/07/2012

MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Jeu 9 Mai - 16:19

Czar prend de l’avance sur nous car même s’il est lui-même plutôt rapide à la course, et d’une endurance à toute épreuve, il risquerait de nous perdre de vue très vite si on se lançait avant lui. Je vois sa silhouette dégingandée disparaître au tournant d’une ruelle. Mes poings se serrent alors que la tension monte, réveillant chaque muscle de mon corps. Je sens que mon adversaire, cette fille a l’allure si fragile, cache bien son jeu. Elle me toise avec une arrogance qui me donne envie de sourire. J’aurais pu m’énerver, mais c’est pas mon genre. Et puis il ne faut jamais se laisser démonter devant l’ennemi. En l’occurrence, l’ennemie deviendrait plutôt une alliée si elle venait à gagner. Mais voyons déjà de quoi elle est capable…

Je vois Czar apparaître sur le toit d’une maison de la Spiazza. Il enlève le foulard rouge qui ceignait son cou et l’agite tout à coup. La course peut commencer. Je me lance, et au lieu d’activer tout de suite mon pouvoir, je préfère parcourir les premiers mètres à pied, au niveau du sol. Madenn disparaît de mon champ de vision mais peu importe. Je connais le parcours et je n’ai pas très envie de me déconcentrer en la surveillant comme une débutante. J’évite tous les obstacles qui se dressent sur ma route : tonneaux, barrières, badauds… Enfin, je me décide à passer à la deuxième étape. D’un bond, je m’appuie sur une bordure en bois qui se trouve sur la façade d’un bâtiment et je prends mon élan pour me retrouver sur le toit de la maison suivante. L’air étant mon élément, je deviens aussi légère qu’une plume. J’obtiens le soutien du vent maritime qui me pousse et me permet d’aller plus vite encore.

Dans ces moments-là, mon corps n’a plus tout à fait son libre arbitre. Je peux décider d’aller dans telle ou telle direction, mais le plus souvent je vais au gré de la brise, je me laisse emporter en toute confiance. L’air s’insinue par tous les pores de ma peau, il est la voie intermédiaire entre le ciel et la terre et me connecte ainsi à tout ce qui m’entoure. Il y a quelque chose de presque transcendantale dans le rapport que nous entretenons. Je le conçois comme une entité à part entière qui s’amuse de ses marionnettes humaines. Ces pouvoirs ne nous appartiennent pas. Nous leur appartenons.
Je décide donc que mon terrain de jeu sera les toits de Range Harbor. Je saute par-dessus des vides, des cordes de linges tendues, je passe d’un rebord à un autre, toujours sur le point de perdre l’équilibre mais il n’en est rien. Je vogue comme un bateau sur la houle furieuse. Les maisons ne sont plus des obstacles mais des marches que je franchis pour progresser. Je me trouve entre le haut et le bas, je grimpe et me retiens in extremis à une fenêtre pour ne pas tomber. Mes mains manquent de glisser, mon cœur de s’arrêter, puis le pouvoir jaillit et me pousse. J’atterris sur le toit suivant, le souffle court, une mèche en travers du visage. Je reprends la course.

Enfin, j’aperçois Madenn. Nous sommes au coude à coude. Comment a-t-elle pu arriver jusque-là ? Je fronce les sourcils et j’accélère.


ah ah désolée pour l'arrière plan moche
Revenir en haut Aller en bas
Madenn Brunehaube

avatar


Messages : 214
Date d'inscription : 22/07/2012


Age du Personnage : 20
Alignement:
Classe - Fonction:
MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   Sam 20 Juil - 7:29

Ce petit bout de femme est très rapide. Madenn est seulement à quelques mètres derrière elle mais elle le sent, si le vent continu de tourner à son avantage, Moera gagnera cette course. L’assurance de Madenn a laissé place à l’adrénaline de la course.
Elle pense à toute allure, c’est l’affaire de quelques secondes. Face au vide il n’y a que peu de solutions. Sauter ou contourner.
Pour gagner, la seconde solution est proscrite, il faut alors trouver le bon endroit pour sauter, l’endroit qui réunit ces 3 conditions :

Il est facile de sauter de cet endroit
Il est possible d’arriver de l’autre côté sans se blesser
Il sera aisé d’atterrir à nouveau et d’amortir le choc


On peut qualifier de saut dangereux un saut ou une de ces caractéristiques n’est pas respectée.
Face à elle se trouve  une cheminée, elle s’appuie dessus d’une de ses mains, atterrit puis bondit sur le toit suivant. Elle roule, se relève et accélère.
De nombreuses bourrasques de vent l’empêchent de faire des sauts allongés, car on ne sait jamais quand le vent tournera.
Ah, en face Moera s’est arrêtée au-dessus d’une fenêtre, elle semble en difficulté. En face de nouveau le vide. C’est un saut risqué mais pas le temps de réfléchir, Madenn prend son élan et bondit. Elle allonge ses jambes de façon à gagner quelques précieux centimètres et manque de s’affale sur le toit, puis roule péniblement et se relève.
Elle a pris la tête.
A l’horizon, la mer est visible, Moera est sur ses talons, elle le sent car le vent est plus violent, il la ralentit.
Son cœur bat à tout rompre, son souffle est désordonné, elle s’épuise, elle pousse, elle bouge, elle court.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Flibuster c'est oser [rétro 2 ans]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Aere Sciutta - Secteur des Alchimistes :: La Spiazza - Les quais-
Sauter vers: