AccueilCalendrierRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Wilson a merdé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ethan Millers

avatar


Messages : 725
Date d'inscription : 16/01/2012
Age : 25


Age du Personnage : 29 ans
Alignement: Loyal Mauvais
Classe - Fonction: Technologue
MessageSujet: Wilson a merdé.   Dim 18 Nov - 22:42

Wilson a merdé grave.

Il doit une sacrée dette au patron et vu le pétrin dans lequel il s’est fourré, ça m’étonnerait qu’il soit très coopératif en me voyant arriver… Je n’aime pas ces histoires, ça m’emmerde profondément en fait... Pourquoi ce genre de mec ne fait pas gaffe à bien choisir ses relations dès le départ ?
Quand ça tourne mal c’est moi qui dois me déplacer du coup... Un temps précieux envolé pour pas grand chose, à mon avis.


Le poinçonneur rentra dans le bureau de Wilson, l’air mauvais. Il ressemblait à ces dogues aux dents acérés et à l’œil noir que l’on ne veut surtout pas commencer à faire aboyer, de peur qu’il nous saute à la jugulaire et qu’il tire dessus en secouant frénétiquement sa mâchoire jusqu’à nous l’arracher entièrement…

Il toisa la pièce de son regard sinistre. L’intéressé n’était bien sûr pas là, comme il s’en doutait…

« Si tu veux jouer au chat et à la souris Wilson, je suis désolé de t’annoncer que tu vas perdre … »

Ca ne le faisait pas rire du tout, au contraire. Il bouillonnait, essayant malgré cela de modérer son irritation exécrablement élevée. Ses doigts le démangeaient de plus en plus et son visage habituellement rieur se crispait contrarié, petit à petit, amplifiant son air de molosse cerbèrique.

Il sifflota un air pour se détendre, ce qui évoquait plus un nocturne morbide qu’une petite mélodie apaisante vu son état psychique. En sortant du bureau, il claqua la porte, manquant d’arracher la poignée. Il garda la main crispée dessus un petit moment, observant le couloir sordide. Le calme environnant rendait l’espace confiné très lourd au vu de l’humeur du jeune homme. Les lumières sales et éthérés filtrées par les fenêtres crasseuses n’arrangeant rien. Des cartons mal rangés à gauche et à droite, des étagères remplient de poussière, de vieux paquets de maria qui traînaient à vue, un appart fouillis. Typique de ce boulet là. Tout laisser en évidence comme dans un bordel russe… C’était tellement lui.

Ce gros idiot devait être là de toute manière quelque part à se pisser entre les genoux. Ethan eut un rictus nerveux et de son air jovial qui, dans sa façon de se comporter faisait plutôt froid dans le dos, lança un : « Hahaha, cours petite souris, je vais t’attraper » pesant ses pas, avançant doucereusement à travers le capharnaüm de l’appartement, faisant craquer quelques vieilles lattes de plancher.

Il entendit un bruit infime. Quelqu’un qui s’essuyait nerveusement le front, la respiration courte et faible. Ca le fit tressaillir.

Relevant son SAS-12 d’un geste las et agacé, le faisant retomber sur son épaule, il pinça sa cigarette entre les doigts de sa main libre en soupirant et tira deux trois bouffées de nicotine.

Perdre sa soirée pour « ça »…. Ca avait le don de le foutre en rogne. Il fit craquer sa nuque, bougea les épaules pour se les détendre et posa sa deuxième main sur le fusil qu’il plaça en joue une petite seconde. Il en avait assez d’attendre. Il tira dans la caisse en face de lui. La puissance de feu de l’arme laissa entendre dans sa détonation un petit cri horrible, lançant un pic de colère dans le crâne du mâtin. Le genre de pic qui fait atteindre un seuil critique de frénésie dans la tête d’un homme agressif.

« Sors de ton trou à rat Wilson !» gronda-t-il furieusement.

Il n’eut droit en réponse qu’à de petits gémissements de la part de l’homme tremblotant caché derrière la caisse, répandant par terre un flot dégoutant d’excuses et d’explications idiotes.

Il n’en avait rien à foutre. Il ne l’écoutait pas. Il perdait patience.

« SORS ! » répéta le Cerbère en tirant un autre coup dans le mur.

Sans demander son reste, le quarantenaire bien en point sortit de sa cachette les mains levées, faisant suinter de ses yeux globuleux de grosses larmes flasques et lourdes.

- Pourquoi tu te caches Wilson ? Mh ? demanda Ethan, d’une voix doucereuse faignant un calme absolu.
- Euh Je … J… B…B-bah tu vois Mi… Mi … Millers c’est que …
- C’est que quoi ?
coupa le poinçonneur. Mh ? Tu as eu des problèmes ? C’est ça ? reprit-il après un instant, reprenant un air faussement compatissant.
- Tu t-tu sais il y a souvent des taupes dans le m-métier hein… ? Tu es au c-courant toi hein … ? Haha …
- Hahaha … Oui c’est marrant hein ? Vas-y continue ça m’intéresse.
- … N-ne me tue pas Ethan, j-je vous payerai. Je vous le promets …
- Quoi ?
s’exclama le jeune homme, prenant un air pur et outré. Wilson, Wilson, Wilson … Je ne vais pas te tuer voyons… Tu es comme un “ami” hein ? Vieille crapule hahaha !

Ethan empoigna fermement Wilson, lui comprimant l’épaule.

- Je m’inquiète juste pour ta santé … Tu vois ? Parce que quelqu’un comme toi, qui envoie au trou ses anciens collègues … Bah …. Ca doit avoir des ennemis non …. ? Il faut bien que je m’assure que tu ailles bien ? Hein ? Hahaha … !
- Aaah? Hahaha … Oui … Ha ha ….


Et il riait ce con…

Ethan eut un autre rictus nerveux. Il serra la longuesse du fusil qu’il tenait, rabattant violemment sa crosse dans la mâchoire du mac. Celui-ci tomba à terre en couinant. Quel crétin… L’argent n’était pas du tout la priorité du bras droit du parrain. Il voulait simplement entendre le silence total de Wilson qui, une semaine plus tôt avait vendu déjà deux de ses collègues aux forces de police. Et pour quoi ? Des bénéfices qu’il n’aura plus jamais car les poulets n’allaient pas mettre longtemps à le coincer lui aussi.

Pitoyable…. Pitoyable, pitoyable, pitoyable….

Il ne pouvait s’empêcher de murmurer encore et encore ce mot en observant ce vieux débris au sol. Ca l’énervait. Il devait le tuer. Il perdait du temps. Finalement, cet incapable lui avait pourri sa soirée.

Tu me fais vraiment chier…

Il sourit à pleines dents et redonna un coup de crosse, digne d’un home-run dans le thorax de Wilson….puis il se redressa, desserra sa cravate et expira profondément quelques secondes pour essayer de se calmer. Il n’y arrivait pas.

Il n’y arrivait pas du tout. Il donna un deuxième coup brutal dans le poitrail de l’homme blessé puis un troisième, un quatrième, un cinquième… L’impact. Ca le détendait. Vraiment. Sentir les os se briser doucement, comme une brèche que l’on créer dans un mur. Ce bruit sourd, il n’écoutait que ça. Sans entendre les hurlements de douleurs qui résonnaient autour de lui. Dans les avant-bras, les côtes, la nuque, les genoux, les chevilles … La tête. Pris de frénésie, le faucheur ajouta cruellement une vie de plus à son tableau de chasse, frappant à répétition sur le corps inerte du malheureux couvert de sang comme s’il voulait démanteler son âme et la lui prendre de force afin d’être sûr qu’elle ne viendrait pas se venger, comme toutes les autres, lors de sa propre mort…
Revenir en haut Aller en bas
 

Wilson a merdé.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Blend Awake :: Technopolis - Secteur des Technopolitains :: Consortium :: Résidential district-
Sauter vers: